Dtermination :
Membre MycoDB - Se connecter





Recherche sur MycoDB


Il y a 141 champignons qui correspondent votre recherche par ordre de popularit :


Hypholoma fasciculare (Hudson) P. Kummer (1871) Noms francais : Hypholome en touffes ; Hypholome fascicule
Synonymes : Agaricus fascicularis Hudson (1778) , Flora Anglica, Edn 2, p. 615 (Basionyme) Sanctionnement : Fries (1821)
Agaricus jenensis Batsch (1783) , Elenchus fungorum, p. 83, tab. 7, fig. 29
Agaricus fascicularis var. jenensis (Batsch) Willdenow (1787) , Florae berolinensis prodromus, p. 380
Agaricus fasciculatus J.F. Gmelin (1792) , Systema naturae, Edn 13, 2, p. 1425
Hypophyllum sulphuratum Paulet (1808) [1793], Traite des champignons, 2, p. 228, tab. 107, fig. 1-5
Digitellus chiromorpha Paulet (1808) [1793], Traite des champignons, 2, p. 420, tab. 192, fig. 1-3
Agaricus lucidus J. Otto (1816) , Versuch einer auf Anordnung und Beschreibung der Agaricorum, p. 35 (nom. illegit.)
Pratella fascicularis (Hudson) Gray (1821) , A natural arrangement of British plants, 1, p. 627
Agaricus fascicularis terrestris Secretan (1833) , Mycographie Suisse, 1, p. 354 (nom. inval.)
Hypholoma fasciculare (Hudson) P. Kummer (1871) , Der furher in die pilzkunde, p. 72 (nom actuel)
Naematoloma fasciculare (Hudson) P. Karsten (1879) , Bidrag till kannedom af Finlands natur och folk, 32, p. 496
Geophila fascicularis (Hudson) Quelet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 113
Dryophila fascicularis (Hudson) Quelet (1888) , Flore mycologique de la France et des pays limitrophes, p. 154
Psilocybe fasciculare (Hudson) Kuhner (1980) , Bulletin mensuel de la Societe linneenne de Lyon, 49, n sp., p. 899
Hypholoma sulphureum G.M. Taylor & P.K. Buchanan (1988) , New Zealand Bot. Soc. Newsletter, 13, p. 11

References : Bon p. 253 ; CD 1288 ; BK 4 411 ; IH1 349 ; Yoshimi p. 36 ; IOH 224-225 ; Eyssartier et Roux p. 828 ;
Groupe : Hypholomes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Strophariaceae
Chapeau/Fructification : 1,5 a 8cm, brun orange a jaune citrin, marge enroulee, parfois cortinee.
Lames/Pores : Serrees, jaunes puis verdatre a gris olivace.
Chair : Jaune, inodore a saveur tres amere.
Stipe : 4-12x0,5-1 cm, jaune soufre a roussatre a la base, cylindrique, souvent courbe a cortine verdatre parfois abondante.
Habitat : En touffe, souvent sur souches ou branches mortes diverses.
Spores : 7x4 μm a pore germinatif net.
Comestibilite : Mortel
Commentaires : L'amertume extreme de ce champignon aura epargne de nombreuses vies. Mortel. LD 50 = 50 mg/kg (fasciculol E), + le principe amer, la Naematoline qui est cytotoxique et antibiotique cf etude de cas et bibliographie ci-dessous : En 1983 a Aomori (Japon), une famille de 6 personnes se partage un plat de ces champignons, cuits en tsukudani (mijotes longuement dans un melange de sauce de soja et de sucre). Trois des enfants, ages de 5,7 et 10 ans decedent deux jours apres. L'ainee, 13 ans decede quatre jours apres ingestion. Tous les quatre enfants ont presentes 6-8 heures apres le repas les symptomes suivants : - picotements de la langue, - vomissements violents, - convulsions, - coma avec reprise de conscience momentanee, - apparition de taches violettes sur l'abdomen, le torse et le cou, - mort subite. La mere, 38 ans, souffre de vomissements, diarrhee, convulsions, perte de conscience, avant la remission spontanee au 5eme jour. Le pere, 46 ans, seulement de vomissements, diarrhee, douleurs abdominales, et guerit au bout de 24 heures. - DIAK J. (1975). The study of some compounds biosynthesized by Naematoloma fasciculare (Huds ex Fr.) P. Karst. Part. I. Analysis in vitro. Polish Journal of Pharmacology & Pharmacy 27 (2), 235-241. - DIAK J. (1977). Investigation on some compounds biosynthesized by fruitbodies of naematoloma fasciculare. Planta Medica 32 (2), 181-187. - HERBICH J., LOHWAG K., and ROTTER R. (1966). Fatal poisoning with the green-leaf sulfur cap (Nematoloma fascicularis). Arch. Toxikol. 21 (5), - ITO Y., KURITA H., YAMAGUCHI T., and SATO M. (1967). Naematolin, a new biologically active substance produced by Naematoloma fasciculare (Fr.) Karst. Chemical & Pharmaceutical Bulletin 15 (12), 2009-2010. - KUBO I., MATSUMOTO A., KOZUKA M., and W.F., W. (1985). Calmodulin inhibitors from the bitter muschroom Naematolola fasciculare (Fr.) Karst. (Strophariaceae) and Absolute configuration of fasciculols. Chem. Pharm. Bull. 33 (9), 3821-3825. - SUZUKI K., FUJIMOTO H., and M., Y. (1983). The toxic principles of Naematoloma fasciculare. Chem. Pharm. Bull. 31 (6), 2176-2178. - TAKAHASHI A., KUSANO G., OHTA T., and Y., O. (1989). Fasciculic Acids A, B and C as calmodulin antagonists from the mushroom Naematololoma fasciculare. Chem. Pharm. Bull. 37 (12), 3247-3250.
Psathyrella spadiceogrisea (Schaeff.) Maire 1937 Noms francais : Psathyrelle grisatre
Synonymes : Agaricus spadiceogriseus Schaeff. 1774 ;
Agaricus pallescens Batsch 1783 ;
Psathyra s. (Schaeff.) P. Kumm. 1871 ;
Drosophila s. (Schaeff.) Quel. 1886 ;
Pratella s. (Schaeff.) Kirchn. & W. Eichler 1894 ;
Pilosace s. (Schaeff.) Kuntze 1898 ;
Psilocybe s. (Schaeff.) Boud. 1911 ;
Psathyra obtusata var. vernalis J.E. Lange 1940 ;
P. exalbicans (Romagn.) Bon 1983 ;
P. exalbicans (Romagn.) Romagn. 1982 ;
P. exalbicans (Romagn.) M.M. Moser, in Gams 1955 ;
Drosophila mammifera Romagn. 1976 ;
P. phaseolispora Arnolds 1982 ;
P. obtusata var. utriformis Kits van Wav. 1982 ;
Psathyrella s. f. exalbicans (Romagn.) Kits van Wav. 1985 ;
Psathyrella s. f. mammifera (Romagn.) Kits van Wav. 1985 ;
? P. grogoeri

References : Moser p. 280 ; KR p. 364 ; L 153-D ; KM 40 ; Bresadola 868 ; Ricken 676 ; Cetto 897 ; IH1 313 ; Bon p. 267 ; CD 813 ; Eyssartier et Roux p. 900
Groupe : Psathyrelles
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Psathyrellaceae
Chapeau/Fructification : 4-6 cm, un peu mamelonne, lisse a micace ou ruguleux, brun chaud a brun jaune, fauve ocrace, souvent terni et grisonnant, plus brun au disque et marge souvent brun chatain, hygrophane, gris brunatre pale au sec. Marge striee, vite glabre.
Lames/Pores : peu serrees, ventrues, grises puis gris brunatre a brun chocolat.
Chair : pale ou sale.
Stipe : 8-10(12) x a,5 cm, blanchatre a ocrace jaunatre ou brunatre, fibrillo-soyeux.
Habitat : Assez commun des le printemps, en Europe et Afrique du Nord, Asie. En sous-bois et lisieres herbeuses, sur la terre nue ou debris divers.
Spores : 9 x 5 m, sub-reniformes, a pore moyen. Pleurocystides utrifomes, marginales, sphero-pedonculees.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Japon (アシナガイタチタケ Ashinaga_itachitake = " Psathyrelle a long pied ")
Amanita pantherina (de Candolle) Krombholz (1836) Noms francais : Amanite panthere
Synonymes : Agaricus maculatus Schaeffer (1774) , Fungorum qui in Bavaria et Palatinatu circa Ratisbonam, 4, p. 39, tab. 90 (nom. illegit.)
Agaricus ruderatus Batsch (1783) , Elenchus fungorum, p. 59
Amanita umbrina Persoon (1797) , Tentamen dispositionis methodicae fungorum, p. 67
Agaricus pustulatus Schumacher (1803) , Enumeratio plantarum in partibus Saellandiae septentrionalis et orientalis, 2, p. 251 (nom. illegit.)
Hypophyllum margaritiferum Paulet (1808) [1793], Traite des champignons, 2, p. 356, tab. 160, fig. 1-3
Agaricus umbrinus (Persoon) Fries (1814) , Novitiae florae suecicae, 1, p. 17
Agaricus pantherinus de Candolle (1815) , Flore francaise ou description succincte de toutes les plantes qui croissent naturellement en France, Edn 3, 6, p. 52 (Basionyme) Sanctionnement : Fries (1821)
Agaricus muscarius var. 2 maculatus Purton (1821) , An appendix to Midland flora, 3(1), p. 200
Agaricus herpeticus Roques (1832) , Histoire des champignons comestibles et veneneux, p. 129, tab. 20, fig. 3
Agaricus muscarius var. ? umbrinus (Persoon) Wahlenberg (1833) , Flora suecica enumerans plantas sueciae indigenas, 2, p. 962
Amanita maculata (Purton) Secretan (1833) , Mycographie Suisse, 1, p. 17 (nom. inval.)
Amanita pantherina (de Candolle) Krombholz (1836) , Naturgetreue abbildungen und beschreibungen der essbaren, schadlichen und verdachtigen schwamme, 4, p. 24, tab. 29, fig. 10-13 (nom actuel)
Venenarius pantherinus (de Candolle) Murrill (1913) , Mycologia, 5(2), p. 80
Amanitaria pantherina (de Candolle) E.-J. Gilbert (1940) , Iconographia mycologica, 27, supplement 1(1), p. 77
Amanitaria pantherina f. exannulata A.G. Parrot (1966) [1965], Bulletin de la Societe mycologique de France, 81(4), p. 659 (nom. inval.)

References : BK 4 153 ; Bon p. 297 ; CD 839 ; Cetto 7 ; Galli p. 131 ; Marchand 5 ; MT 90 ; FE 9 photo 34 A et B ; Eyssartier et Roux p. 298
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 4-10 cm, brun noir a brun beige voire ochrace fauvatre, parseme de petits flocons d'un blanc pur typique, qui disparaissent facilement avec la pluie. Marge arrondie, reguliere, striee-cannelee bien visible chez les adultes.
Lames/Pores : Lames d'un blanc pur, libres, assez serrees avec lamellules tronquees. Sporee blanche.
Chair : Blanche immuable, de saveur douce avec odeur faible.
Stipe : 5x14 cm, blanc pur, bulbeux, avec volve circoncise surmontee de 1 a 3 bourrelets. Anneau blanc pur, membraneux, etale puis pendant, non strie en-dessus.
Habitat : Commune en ete et automne surtout sous feuillus mais aussi sous conifere notamment pour la f. abietum.
Spores : 11x7 m, elliptiques, non amyloides.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Toxique, a l'origine du syndrome pantherinien qui porte son nom et provoque des troubles digestifs et neurosensoriels. La f. abietum sombre, charnue, a flocons sales un peu confluents, a la marge peu striee ; elle pousse sous coniferes. La f. albida Schulz est une simple forme tres pale du type, dont le chapeau d'abord blanchatre, prend ensuite une pale nuance de la couleur du type, finalement gris-brun en sechant; tandis que la f. subcandida Traverso, Neville et Poumarat (2004), plus mediterraneen, a un chapeau blanc pur jusqu'a maturite, a l'exception du centre legerement teinte d'ocrace pale, sans assombrissement ulterieur, apparaissant comme une forme vraiment subalbinos. Le veritable sosie de pantherina est Amanita ibotengutake, deux fois plus robuste, surtout sous coniferes au Japon, boucles presentes, precurseur de l'acide ibotenique.
Tapinella atrotomentosa (Batsch) utara (1993) [1992] Noms francais : Paxille a pied noir
Synonymes : Agaricus jacobinus Scopoli (1772) , Flora carniolica, Edn 2, 2, p. 438 (' iacobinus ')
Agaricus atrotomentosus Batsch (1783) , Elenchus fungorum, p. 89, tab. 8, fig. 32 (Basionyme) Sanctionnement : Fries (1821)
Scutiger hypophyllum Paulet (1808) [1793], Traite des champignons, 2, p. 124, tab. 33, fig. 2-3
Paxillus atrotomentosus (Batsch) Fries (1838) [1836-38], Epicrisis systematis mycologici, p. 317
Rhymovis atrotomentosa (Batsch) Rabenhorst (1844) , Deutschlands kryptogamen-flora, 1, p. 453
Paxillus jacobinus (Scopoli) Wettstein (1886) [1885], Verhandlungen der kaiserich-koniglichen zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien, 35, p. 569 (' iacobinus')
Tapinia atrotomentosa (Batsch) Patouillard (1887) , Les hymenomycetes d'Europe, anatomie generale et classification des champignons superieurs, p. 130
Tapinella atrotomentosa (Batsch) utara (1993) [1992], Ceska mykologie, 46(1-2), p. 50 (nom actuel)
Sarcopaxillus atrotomentosus (Batsch) Zmitrovich, V. Malysheva & E. Malysheva (2004) , Folia cryptogamica Petropolitana, 1, p. 53

References : CD 1612 ; Bon p. 51 ; Marchand 236 ; IOH p. 288 ; Eyssartier et Roux p. 980
Groupe : Paxilles
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Tapinellaceae
Chapeau/Fructification : 5-30 cm de diametre, non circulaire mais dissymetrique, souvent excentrique en forme de rein ou presque lateral, tres epais mais tendre, tres tot surbaisse-aplani, brusquement enroule a la marge, brun d'ombre a brun ocre, a la fin creuse en entonnoir, revetement pelucheux, devenant ecaille ou ecorche et gerce. Reaction violette a l'ammoniaque.
Lames/Pores : tres serrees et tres inegales, arquees en fer de faux, tres etroites (4 mm) et fragiles (pouvant se separer en bloc du chapeau), decurrentes et sinueuses, reunies a la base, interveinees, creme incarnat, puis creme ocrace ou jaunatres, se tachant souvent de lilas violace au toucher.
Chair : epaisse, spongieuse, blanchatre, citrin pale sous la cuticule, devenant gris violace par endroits; saveur en general amere, rarement douce. Odeur faible, plutot agreable.
Stipe : 3-6 x 2,5-5 cm, d'abord plus large que long, obese et difforme, souvent appointi a l'exteme base, entierement couvert d'un feutrage veloute noiratre contrastant fortement avec le chapeau.
Habitat : Juin a novembre, frequent sur les vieilles souches et sous les coniferes, rarement sous feuillus. Une variete a pigment violet sombre dans toutes les partie vient sous les bambous.
Spores : sporee cacao clair (ou cacao sombre si les lames touchent le papier). 5-7 x 3-4 m, courtement ovales, lisses, jaunatre tres pale sub microscopio. Cystides absentes, lacticiferes etroits guttules de jaune pale. Trame bilaterale; Cuticule filamenteuse, a hyphes remplies d'un suc brun.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Saveur presque toujours amere. La var. bambusinum (Baker et Dale), decrite de Cuba sous bambous acclimates, frequente au Japon sous Phyllostachis bambusoides, se distingue par son tomentum plus clairseme, et surtout par son pigment violet sombre dans toutes les parties, la chair violette fuligineuse a la coupe, et le noircissement de l'entier carpophore. Marcel Bon, apres etude du pigment, lui attribuait un rang specifique.
Ganoderma lucidum (Curtis) P. Karsten (1881) Noms francais : Ganoderme luisant
Synonymes : Agaricus dactyloides Battarra (1755) , Fungorum agri ariminensis historia, p. 70, tab. 36, fig. C
Boletus flabelliformis Leysser (1761) , Florae halensis, Edn 1, p. 219
Boletus rugosus Jacquin (1774) , Florae austriacae sive plantarum selectarum in Austriae archiducatu sponte crescentium, 2, p. 44, tab. 169
Boletus variegatus Schaeffer (1774) , Fungorum qui in Bavaria et Palatinatu circa Ratisbonam, 4, p. 90, tab. 263 (nom. illegit.)
Agaricus pseudoboletus Jacquin (1778) , Miscellanea austriaca, 1, p. 26, tab. 41 (non)
Boletus obliquatus Bulliard (1780) , Herbier de la France, 1, tab. 7 & tab. 459
Boletus lucidus Curtis (1781) , Flora londinensis, 4, p. 72, tab. 224 (Basionyme) Sanctionnement : Fries (1821)
Boletus resupinus O.F. Muller (1782) , Flora danica, 15, p. 6, tab. 894
Boletus vernicosus Bergeret (1783) , Phytonomatotechnie universelle, 1, tab. 99
Boletus nitens Batsch (1783) , Elenchus fungorum, p. 109
Agaricus lignosus Lamarck (1783) , Encyclopedie methodique, Botanique, 1, p. 51
Boletus dimidiatus Thunberg (1784) , Flora japonica, p. 348, tab. 39
Boletus castaneus Weber (1787) , Praemisso Supplemento Florae Holsaticae, p. 13 (nom. illegit.)
Boletus crustatus J.J. Planer (1788) , Index plantarum quas in agro erfurtensi sponte provenientes, p. 280
Boletus laccatus Timm (1788) , Florae megapolitanae prodomus, p. 269
Boletus supinus J.F. Gmelin (1792) , Systema naturae, Edn 13, 2, p. 1433
Boletus verniceus Brotero (1804) , Flora lusitanica, 2, p. 468
Pyrenium vernicosum (Bergeret) Paulet (1808) [1793], Traite des champignons, 2, p. 92, tab. 8, fig. 1-2
Polyporus lucidus (Curtis) Fries (1821) , Systema mycologicum, 1, p. 353
Grifola lucida (Curtis) Gray (1821) , A natural arrangement of British plants, 1, p. 644
Polyporus laccatus (Timm) Persoon (1825) , Mycologia europaea, seu complet omnium fungorum in variis europaeae regionibus detectorum enumeratio, 2, p. 54
Polyporus laccatus subsp.* semipatera Persoon (1825) , Mycologia europaea, seu complet omnium fungorum in variis europaeae regionibus detectorum enumeratio, 2, p. 55
Polyporus vernicosus (Bergeret) Chevallier (1826) , Flore generale des environs de Paris, 1, p. 252
Polyporus lucidus subsp.* japonicus Fries (1838) [1836-38], Epicrisis systematis mycologici, p. 442
Fomes lucidus (Leysser) J. Kickx f. (1867) , in J.J. Kickx, Flore cryptogamique des Flandres, 2, p. 238
Polyporus semipatera (Persoon) Fries (1874) , Hymenomycetes europaei sive epicriseos systematis mycologici, p. 537
Ganoderma lucidum (Curtis) P. Karsten (1881) , Revue mycologique (Toulouse), 3(9), p. 17 (nom actuel)
Fomes amboinensis var. japonicus (Fries) Cooke (1885) , Grevillea, 13(68), p. 118
Placodes lucidus (Leysser) Quelet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 170
Fomes japonicus (Fries) Saccardo (1888) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 6, p. 156
Phaeoporus lucidus (Curtis) J. Schroter (1888) [1889], in Cohn, Kryptogamen-flora von Schlesien, 3(1), p. 491
Ganoderma fici Patouillard (1892) , Enumeration des champignons observes en Tunisie, Exploration scientifique de la Tunisie, p. 4, tab. 2, fig. 1
Ganoderma laccatum (Timm) Patouillard (1897) , Annales du Jardin botanique de Buitenzorg, supplement 1, p. 114
Scindalma variegatus (Schaeffer) Kuntze (1898) , Revisio generum plantarum, 3, p. 517
Scindalma japonicum (Fries) Kuntze (1898) , Revisio generum plantarum, 3, p. 518
Ganoderma pseudoboletus (Jacquin) Murrill (1902) , Bulletin of the Torrey botanical Club, 29(10), p. 602
Ganoderma curranii Murrill (1908) , Bulletin of the Torrey botanical Club, 35(8), p. 411
Ganoderma lucidum var. japonicum (Fries) Bresadola (1912) , Annales mycologici, edii in notitiam scientiae mycologicae universalis, 10(5), p. 500
Ganoderma leucocreas Patouillard & Hariot (1912) , Bulletin de la Societe mycologique de France, 28(3), p. 281
Polyporus japonicus (Fries) Lloyd (1912) , Mycological writings, 3, synopsis of the stipitate polyporoids, p. 102
Ganoderma nitens (Batsch) Lazaro Ibiza (1916) , Revista de la real Academia de ciencias exactas, fiscicas y naturales de Madrid, 14, p. 104 (nom. illegit.)
Ganoderma ostreatum Lazaro Ibiza (1916) , Revista de la real Academia de ciencias exactas, fiscicas y naturales de Madrid, 14, p. 110
Ganoderma japonicum (Fries) Sawada (1931) , Descriptive catalogue of Formosan fungi, 5, 51, p. 76
Ganoderma mongolicum Pilat (1940) , Annales mycologici, edii in notitiam scientiae mycologicae universalis, 38(1), p. 78

References : Bon p. 321 ; CD 81 ; Marchand 323 ; Eyssartier et Roux p. 1032
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Aphyllophorales / Ganodermataceae
Comestibilite : Sans interet
Gymnopilus spectabilis Gymnopilus spectabilis (Weinm.) A.H. Smith 1949 Noms francais : Pholiote remarquable ; Gymnopile remarquable ; Pholiote a grand spectacle (オオワライタケ)
Synonymes : Flammula spectabilis (Weinm.) R. Heim ;
Agaricus spectabilis Weinm. (1822) ;
Pholiota spectabilis (Weinm.) P. Kumm.(1871) ;
Rozites spectabilis (Weinm.) Singer (1922) ;
Fulvidula spectabilis (Weinm.) Romagn.(1937) ;
Agaricus junonius Fr.(1821) ;
Pholiota grandis Rea (1903) ;
Pholiota aurantiaca Thesleff (1920) ;
Pholiota gigantea Naveau (1923)

References : Romagn. NA (I)59 ; Becker p. 247 ; Bon p. 245 ; CD 1207 ; IH1 448 ; IOH p. 268 ; Eyssartier et Roux p. 676
Groupe : Pholiotes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Hymenogastraceae
Chapeau/Fructification : epais et charnu, de 5 a 15 cm de diametre, hemispherique ou obtusement conique, puis convexe, parfois bossu au centre, a marge fortement enroulee dans la jeunesse, tres sec, glabre, soyeux, non hygrophane, tout vergete de petites ecailles rougeatres (apprimees et non dressees comme chez les pholiotes), puis finement gerce, d'une belle couleur jonquille ou doree (qui lui a valu son nom), et enfin fauve, roux orange a roux.
Lames/Pores : pas tres serrees, inegales, en fer de faux, adnees a echancrees, un peu uncinees (decurrentes en filet), sulfurines puis fauve dore, avec l'arete plus jaune, enfin safrane rouille par les spores, de consistance tenace (impossible a fendre transversalement).
Chair : epaisse, ferme et tres amere, du meme jaune safrane vif que le chapeau, se tachant de brun rouge au toucher. Odeur faible.
Stipe : 8-15 x 1-3 cm, ventru (un peu attenue en haut et en bas, renfle dans la partie moyenne), courbe, plein, ferme et presque dur, farineux et striole au sommet, glabrescent, d'un superbe jaune d'or clair, muni pres des lames d'un anneau membraneux bien developpe, assez mince, strie, jaune puis rouille.
Habitat : assez commun dans les bois clairs, les pres, ou le long des routes, souvent en touffes, plus ou moins fournies, surtout sur les vieilles souches de feuillus, isolees et ensoleillees.
Spores : fauve rouille en masse, 8-11,5 x 5-7 m, subamygdaliformes a pruniformes, granulees de fortes verrues, sans pore germinatif, jaune fauve vif sous le microscope. Petites cystides lageniformes a suc jaune, difficiles a voir entre les basides. Cuticule filamenteuse.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Jaune vif et amers, les Gymnopiles different des vraies pholiotes par la couleur de la sporee et du carpophore, les spores fortement verruqueuses. Sur coniferes, plus petit et sans anneau membraneux, voir Gymnopilus penetrans. En Asie, ou l'amertume n'est pas un obstacle a la consommation, cette espece est traditionnellement consideree comme psychodysleptique, comme en atteste par exemple les noms japonais etudies par R. Imazeki : [ - Oo-warai-take [Oowaraitake] 大笑茸, オオワライタケ, Grand champignon hilarant, Grand Waraitake. - Doko (Yamagata). どこ、ドコ, abbreviation d'Odoko, variante patoisante d'Otoko, Homme, male . - Odori-take (Yamagata), 踊り茸、オドリタケ、 Champignon qui danse / qui fait danser . - Otoko-mai-take (Yamagata), 男舞茸、オトコマイタケ、 Maitake male . Il s'agit d'une espece hallucinogene, commune a Yamagata. Le nom vernaculaire Odori-take, tout comme le nom national, renseigne sur ce qui se produit quand on le consomme. Quant a Otoko-mai-take, ainsi que son abbreviation Doko, bien qu'on puisse les traduire par " Champignon danseur male ", ils signifient plus simplement "Grifola frondosa male", ou "Coq de bois" pour sa ressemblance avec la Poule de bois, qui vient aussi en grosse touffe a partir d'une base commune. ]
Pisolithus arhizus (Scopoli) Rauschert (1959) Noms francais : Pisolithe du teinturier ; Pisolithe sans racine (コツブタケ)
Synonymes : Lycoperdon conglomeratum P. Micheli (1729) , Nova plantarum genera, p. 219, tab. 98, fig. 3 (nom. inval.)
Lycoperdon tuberosum P. Micheli (1729) , Nova plantarum genera, p. 219, tab. 98, fig. 2 (nom. inval.)
Lycoperdon capitatum Batsch (1783) , Elenchus fungorum, p. 147
Lycoperdon arrhizon Scopoli (1786) , Deliciae florae et faunae insubricae, 1, p. 40, tab. 18 (' arrizon') (Basionyme) Sanctionnement : Persoon (1801)
Scleroderma tinctorium Persoon (1801) , Synopsis methodica fungorum, p. 152
Scleroderma arrhizum (Scopoli) Persoon (1801) , Synopsis methodica fungorum, p. 152
Pisolithus arenarius Albertini & Schweinitz (1805) , Conspectus fungorum in Lusatiae superioris, p. 82, tab. 1, fig. 3
Polysaccum crassipes de Candolle & F. Desportes (1807) , Memoires de la Societe d'agriculture du departement de la Seine, 11, p. 8
Polysaccum acaule de Candolle & F. Desportes (1807) , Memoires de la Societe d'agriculture du departement de la Seine, 11, p. 8
Pisocarpium arenarium (Albertini & Schweinitz) Nees (1817) , Das system der pilze und Schwamme, p. 139
Pisocarpium clavatum Nees (1817) , Das system der pilze und Schwamme, p. 138, tab. 13, fig. 131
Pisomyces arenarius (Albertini & Schweinitz) Fries & Nordholm (1817) , Symbolae Gasteromycetum, 1, p. 4
Polysaccum pisocarpium Fries (1829) , Systema mycologicum, 3(1), p. 54
Polysaccum conglomeratum Fries (1829) , Systema mycologicum, 3(1), p. 55
Polysaccum subarhizum Fries (1829) , Systema mycologicum, 3(1), p. 54
Polysaccum tuberosum Fries (1829) , Systema mycologicum, 3(1), p. 55
Polysaccum turgidum Fries (1829) , Systema mycologicum, 3(1), p. 53
Polysaccum capsuliferum (Sowerby) Secretan (1833) , Mycographie Suisse, 3, p. 373 (nom. inval.)
Polysaccum arenarium (Albertini & Schweinitz) Corda (1838) , Icones fungorum hucusque cognitorum, 2, p. 25, tab. 12, fig. 91
Polysaccum tinctorium (Persoon) Montagne (1840) , Histoire naturelle des Iles Canaries, 3(2), Phytographia canariensis, p. 87, tab. 5, fig. 1
Polysaccum crassipes var. b clavatum (Nees) Rabenhorst (1844) , Deutschlands kryptogamen-flora, 1, p. 294
Polysaccum arrhizum (Scopoli) Rabenhorst (1844) , Deutschlands kryptogamen-flora, 1, p. 294
Polysaccum australe Leveille (1848) , Annales des sciences naturelles, botanique, serie 3, 9, p. 136, tab. 9, fig. 3
Polysaccum boreale P. Karsten (1866) , Fungi Fenniae exsiccati, 6, n 570
Polysaccum leptothecum Reichardt (1866) , Verhandlungen der kaiserich-koniglichen zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien, 16, p. 373
Polysaccum marmoratum Berkeley (1872) [1873], The journal of the linnean Society, botany, 13, p. 171
Polysaccum arenarium var. crassipes (de Candolle & F. Desportes) Quelet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 243
Polysaccum pisocarpium var. rafinesquii De Toni (1888) , in Saccardo, Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 7, p. 148
Pisolithus crassipes (de Candolle & F. Desportes) J. Schroter (1889) , in Cohn, Kryptogamen-flora von Schlesien, 3(1), p. 706
Scleroderma umbrinum Cooke & Massee (1890) , Grevillea, 19(90), p. 45 ('umbrina')
Lycoperdodes australe (Leveille) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 859
Lycoperdodes arhizus (Scopoli) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 859
Lycoperdodes boreale (P. Karsten) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 859
Lycoperdodes conglomeratum (Fries) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 859
Lycoperdodes leptothecum (Reichardt) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 859
Lycoperdodes marmatorum (Berkeley) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 859
Lycoperdodes crassipes (de Candolle & F. Desportes) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 859
Lycoperdodes turgidum (Fries) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 859
Lycoperdodes tuberosum (Fries) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 859
Pisolithus marmoratus (Berkeley) E. Fischer (1900) , in Engler & Prantl, Die naturlichen pflanzenfamilien, 1(1**), p. 338
Pisolithus australis (Leveille) E. Fischer (1900) , in Engler & Prantl, Die naturlichen pflanzenfamilien, 1(1**), p. 338
Polysaccum pusillum Hariot & Patouillard (1903) , Journal de botanique, Paris, 17(1), p. 13
Polysaccum umbrinum (Cooke & Massee) Lloyd (1905) , Mycological writings, 1, the Lycopodaceae of Australia, New Zealand and neighboring islands, p. 13
Pisolithus kisslingii E. Fischer (1907) [1906], Mitteilungen der naturforschenden Gesellschaft in Bern, 1906, p. (10) (??)
Pisolithus tuberosus (Fries) Migula (1912) , Kryptogamen-flora von Deutschland, Osterreich und der Schweiz, Band III. Pilze, 2(2), p. 765
Pisolithus turgidus (Fries) Migula (1912) , Kryptogamen-flora von Deutschland, Osterreich und der Schweiz, Band III. Pilze, 2(2), p. 765
Polysaccum kisslingii (E. Fischer) Saccardo & Trotter (1912) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 21, p. 492
Polysaccum pygmaeum Lloyd (1924) , Mycological writings, 7, mycological notes n 73, p. 1306
Pisolithus tinctorius (Persoon) Coker & Couch (1928) , The Gasteromycetes of the Eastern United States and Canada, p. 170, tab. 96-97
Pisolithus tinctorius f. turgidus (Fries) Pilat (1958) , Flora CSR : Gasteromycetes, p. 581
Pisolithus tinctorius f. tuberosa (Fries) Pilat (1958) , Flora CSR : Gasteromycetes, p. 582
Pisolithus tinctorius f. pisocarpium (Fries) Pilat (1958) , Flora CSR : Gasteromycetes, p. 581
Pisolithus tinctorius f. olivaceus (Fries) Pilat (1958) , Flora CSR : Gasteromycetes, p. 582
Pisolithus tinctorius f. clavatus (Nees) Pilat (1958) , Flora CSR : Gasteromycetes, p. 581
Pisolithus tinctorius f. conglomeratus (Fries) Pilat (1958) , Flora CSR : Gasteromycetes, p. 582
Pisolithus arhizus (Scopoli) Rauschert (1959) , Zeitschrift fur pilzkunde, 25(2), p. 51 (nom actuel)

References : CD 1724 ; Cetto 357 ; Marchand 183 ; Bon p. 303 ; Phillips p. 251 ; IH2 865 ; Yoshimi 89 ; IOH p. 501 ; Mycotaxon 112 p. 291-315
Groupe : Vesses de loup
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Pisolithaceae
Chapeau/Fructification : 3-10 x 2-3 cm, subglobuleux a piriforme, souvent turbine a la base. Peridium simple, mince (1 mm), sec, bossele et plus ou moins rugueux, jaune ocrace souvent macule de fauve roussatre ou de brun verdatre sale, noircissant au froissement, dur mais devenant tres friable, bientot rompu a partir du sommet en plaquettes polygonales.
Chair : Pateuse puis pulverulente, constituee d'une multitude de logettes en alveoles brun rougeatre a cloisons steriles, minces, molles, garnis de peridioles ellipsoides, revetues d'un duvet jaune. Une coupe verticale du carpophore montre trois zones concentriques differentes etagees: - petits peridioles jaunes immatures a la base, - plus grands (2 x 5 mm), brun noiratre et succulents dans la partie mediane, - secs, pulverulents, brun jaunatre au sommet. Saveur douce. Odeur fongique agreable.
Stipe : Subsessile ou muni d'un pied court (1,5-3 cm) enfoui dans le sable (cf. "arenarius"), plein et dur, epais de 1-2,5 cm, plus ou moins ramifie pour contourner les obstacles, garni d'un mycelium basal en chevelu brunatre.
Habitat : Cosmopolite (Europe, Afrique, Asie, Mexique, Japon...)quoi qu'assez rare, du printemps a l'automne dans les sols pauvres, secs et chauds, souvent sablonneux, les terrils, clairieres des pinedes ou chenaies, a tendance calcifuge.
Spores : globuleuses, 7(9)-12(13) m, aculeolees, ornees d'epines de 1-1,5 m de long, 0-1 grosse guttule, jaunatre sombre. Basides piriformes a 2-6 spores.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Probablement introduit en Europe depuis l'Australasie avec l'Eucalyptus, son aire d'invasion s'etend regulierement vers le nord (il a atteint l'Irlande en 1985). Consomme a l'etat jeune, selon Marchand, notamment pele et seche en lanieres, pour colorer (l'epithete "tinctorius" = du teinturier" se refere a l'usage en ebenisterie du pigment brun olivace extrait du gelin de la paroi des pseudoperidioles) en brun, mais aussi pour aromatiser les sauces et potages. NB: orthographie avec deux r ou un seul selon les auteurs. http://www.mycobank.org/name/Pisolithus%20arhizus Pisolithus arhizus est le chef de file d'un complexe de plusieurs taxons faciles a separer par l'analyse moleculaire mais tres semblables morphologiquement.
Lepista personata (Fries) Cooke (1871) Noms francais : Pied-violet ; Tricholome masque ; Tricholome sinistre ; Tricholome des oies
Synonymes : Agaricus amethystinus Scopoli (1772) , Flora carniolica, Edn 2, 2, p. 437 (nom. rej.)
Agaricus bulbosus Hudson (1778) , Flora Anglica, Edn 2, p. 611 (nom. illegit.)
Agaricus violaceus Scholler (1787) , Supplementum flora barbiensis, p. 344 (nom. illegit.)
Agaricus cyanopes Sibthorp (1794) , Flora oxoniensis, p. 346
Agaricus bicolor Persoon (1801) , Synopsis methodica fungorum, p. 281 (nom. illegit.)
Agaricus personatus var. bicolor Fries (1818) , Observationes mycologicae praecipue ad illustrandam floram suecicam, 2, p. 90
Agaricus personatus Fries (1818) , Observationes mycologicae praecipue ad illustrandam floram suecicam, 2, p. 89
Cortinarius bicolor (Fries) Gray (1821) , A natural arrangement of British plants, 1, p. 628
Agaricus hepaticus Weinmann (1832) , Flora oder allgemeine botanische Zeitung, 15, p. 449 (nom. illegit.)
Agaricus personatus subsp.* saevus Fries (1838) [1836-38], Epicrisis systematis mycologici, p. 48 (Basionyme)
Lepista personata (Fries) Cooke (1871) , Handbook of british fungi, Edn 1(1), p. 193
Tricholoma amethystinum (Scopoli) P. Kummer (1871) , Der furher in die pilzkunde, p. 132
Tricholoma personatum (Fries) P. Kummer (1871) , Der furher in die pilzkunde, p. 132
Tricholoma saevum (Fries) Gillet (1874) , Les hymenomycetes, ou description de tous les champignons (fungi) qui croissent en France, p. 123
Tricholoma palumbinum (Paulet) Quelet (1878) [1877], Bulletin de la Societe botanique de France, 24, p. 318
Gyrophila georgii var. palumbina (Paulet) Quelet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 15
Gyrophila amethystina (Scopoli) Quelet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 17
Gyrophila palumbina (Paulet) Quelet (1888) , Flore mycologique de la France et des pays limitrophes, p. 272
Entoloma personatum (Fries) Peck (1902) [1901], Annual report of the New York state Museum of natural history, 54, p. 166
Rhodopaxillus personatus (Fries) Maire (1913) , Annales mycologici, edii in notitiam scientiae mycologicae universalis, 11(4), p. 338 (au sens de certains auteurs)
Rhodopaxillus saevus (Fries) Maire (1913) , Annales mycologici, edii in notitiam scientiae mycologicae universalis, 11(4), p. 338
Lepista saeva (Fries) P.D. Orton (1960) , Transactions of the British mycological Society, 43(2), p. 177 (nom actuel)
Clitocybe saeva (Fries) H.E. Bigelow & A.H. Smith (1969) , Brittonia, 21, p. 169

References : Romagn.PA 152 ; BK 3 248 ; CD 429 ; Marchand 47 ; Bon p. 145 ; Eyssartier et Roux p. 610
Groupe : Tricholomes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Tricholomataceae
Chapeau/Fructification : 6-10(-15) cm, epais et convexe, souvent bombe au centre, a marge d'abord enroulee (et alors pruineuse et blanchatre), un peu onduleuse a la fin, gris pale, gris bistre, brunatre clair, cafe-au-lait, rarement un peu teinte de lilacin, palissant avec l'age. Surface lisse, humide, brillante.
Lames/Pores : assez serrees a serrees, sinuees, arrondies ou echancrees sur le pied, parfois legerement decurrentes a la fin, separables du chapeau (comme les tubes d'un bolet), blanc brunatre pale ou blanc rosatre, mais sans aucune nuance violette ou lilacine. Sporee beige rosee.
Chair : epaisse, tendre a ferme et alors cassante, blanchatre, a peine penetree de violet sous le revetement du pied. Saveur douce (d'amande amere? Mais parfois desagreable en fonction du terrain!), odeur agreable, faiblement fruitee ou de farine.
Stipe : epais, renfle a la base, 4-7(-10) x 1,5-2 cm, entierement revetu de fibrilles d'un violet assez intense, sur fond blanc, contrastant de facon frappante avec le chapeau.
Habitat : dans les pelouses, chaumes, prairies (surtout alluviales), lisieres (ou il pousse en ronds de sorcieres, parfois tres serres, ou en lignes sinueuses, en zigzag). Assez commun dans toute l'Europe, mais pas partout; signale en Amerique du Nord et au Japon.
Spores : 7-8 x 4-5 m, pruniformes, rosatre clair et finement piquetees d'ornements en relief.
Comestibilite : Bon comestible
Commentaires : Toujours hors de la foret, dans l'herbe des pres et des paturages humides, les vieilles prairies et sur les berges des rivieres, plutot en terrain calcaire. C'est un comestible d'assez bonne qualite (repute superieur au pied-bleu) interessant par sa poussee tardive, a partir d'octobre et jusqu'aux premieres gelees, de novembre a fevrier dans le Midi de la France.
Laccaria bicolor (Maire) P.D. Orton (1960) Noms francais : Laccaire bicolore
Synonymes : Agaricus plicatus Lamarck (1778) , Flore francaise ou description succincte de toutes les plantes qui croissent naturellement en France, Edn 1, 1, p. 111 (nom. illegit.)
Agaricus farinaceus Hudson (1778) , Flora Anglica, Edn 2, p. 616
Agaricus violaceolaccatus Hoffmann (1789) , Nomenclator fungorum, 1, p. 189
Omphalia farinacea (Hudson) Gray (1821) , A natural arrangement of British plants, 1, p. 612
Agaricus laccatus var. farinaceus (Hudson) Britzelmayr (1879) , Bericht des naturhistorischen vereins in Augsburg, 25, p. 29, fig. 3
Laccaria laccata var. bicolor Maire (1937) , Publicaciones del Instituto botanico, Barcelona, 3(4), p. 84 (Basionyme)
Laccaria proxima var. bicolor (Maire) Kuhner & Romagnesi (1953) , Flore analytique des champignons superieurs, p. 131 (nom. inval.)
Laccaria bicolor (Maire) P.D. Orton (1960) , Transactions of the British mycological Society, 43(2), p. 177 (nom actuel)
Laccaria farinacea (Hudson) Singer (1973) , Beihefte zur Sydowia, 7, p. 8

References : Orton PD. (1960). "New check list of British Agarics and Boleti, part III (keys to Crepidotus, Deconica, Flocculina, Hygrophorus, Naucoria, Pluteus and Volvaria)". Transactions of the British Mycological Society 43 (2): 159439 (cf. p. 177) ; CD 353 ; Bon p. 147 ; IH1 75 ; IOH p. 60 ; HN Aomori p. 33 ; Eyssartier et Roux p. 534
Groupe : Clitocybes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Hydnangiaceae
Chapeau/Fructification : 2,5-6 cm, hemispherique, bientot convexe, puis etale, avec presque toujours un ombilic au centre; revetement hygrophane (de saturation tres variable): brun-rose, carne brique a ocre, palissant, glabre a finement duveteux, la marge souvent striee et incurvee, tres ondulee en vieillissant.
Lames/Pores : adnees a sub-echancrees, espacees, intercalees de nombreuses lamelles et lamellules, de couleur lilas clair ou rose lilacin, parfois plus foncees jusqu'au rouge violete.
Chair : chair mince, ocre rosatre, saveur douce, odeur faible, parfois legerement fruitee.
Stipe : 7,5-11(-15!) x 0,5-0,8 cm, souvent flexueux ou tordu, fibreux, concolore ou un peu plus fonce que le chapeau, la base teintee de lilas a violet pale et mycelium basal violet.
Habitat : Dans toute la zone boreale temperee dEurope, Amerique et Japon, par petits groupes dissemines, du debut de l'ete a la fin de l'automne, dans les lisieres et clairieres des bois de coniferes et de feuillus avec une preference pour les hetres et les pins, mais aussi l'ammoniaque des lieux fumes (urine, cadavres enfouis).
Spores : subspheriques, 6,8-8,8 x 6,5-7,5 m, orne d'epines de 0,8-1,2 m de hauteur.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Facile a distinguer du clitocybe laque, du laccaire farineux et de Laccaria laccata var. pseudobicolor, par sa base du pied violette. C'est un champignon ecto-mycorhizien caracterise par sa souplesse d'adaptation, vivant en symbiose avec la plupart des arbres, notamment le sapin de Douglas, premiere espece de reboisement en France.
Physarum album (Bulliard.) Chevallier. 1826 Synonymes : Basionyme : Physarum nutans Persoon 1795.
Sphaerocarpus albus Bull. 1788 ; Stemonitis alba ( Bull. ) J.F.Gmelin 1792 ; Trichia hemisphaerica Trentepohl 1797 ; Mucor albus ( Bull.) Sobolewski 1799 ; Physarum bulbiforme Schum. 1803 ; Didymium marginatum ( Schum.) Fr. 1829 ; Telmadoche gracilenta ( Schum.) Rostaf. 1875

References : Cetto 6 2580 ; Poulain Meyer p. 158 fig. 263
Groupe : Myxos
Classification : Myxomycota / Myxomycetes / Physarales / Physaraceae
Chapeau/Fructification : Sporocystes non discoides, au plus lenticulaires avec la base plane. Generalement penches, oblates, convexes dessus, presque plats dessous, souvent legerement ombiliques, 0,4-0,7 mm de diametre, 0,3 mm d'epaisseur, couverts de petites particules calcaires blanches, plus ou moins serrees sur fond brun, dehiscence petaloide ou par plaques. Columelle absente.
Chair : Capillitium dense, plus ou moins rayonnant de la base au sommet, nuds calcaires petits, generalement allonges, fusiformes.
Stipe : Long, grele, subule, courbe au sommet, 0,9-1,4 mm, blanc a ochrace, clair au sommet, devenant brun fuligineux ou noir a la base.
Habitat : Bois mort et vieux champignons, ecorces d'arbres vivants, rarement sur litiere et sur mousse.
Spores : Moyennement foncees, verruqueuses avec des groupes de verrues plus marquees, 8-9,5-10,5 m.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Gregaire. Assez commun. De l'Automne au printemps. Remarque : Il existe au Japon une forme Rubrum a calcaire rouge ( Nann.- Bremek & Yamam. Voir aussi P. viride var. incanum a nuds calcaires jaunes.
Pleurocybella porrigens (Persoon) Singer (1947) Noms francais : Pleurote en oreille ; Pleurote du Cryptomeria (スギヒラタケ)
Synonymes : Agaricus abietinus Schrader (1794) , Spicilegium florae germanicae, 1, p. 132 (nom. illegit.)
Agaricus porrigens Persoon (1796) , Observationes mycologicae seu descriptiones tam novorum quam notabilium fungorum, 1, p. 54 (Basionyme) Sanctionnement : Fries (1821)
Agaricus palmatus Schumacher (1803) , Enumeratio plantarum in partibus Saellandiae septentrionalis et orientalis, 2, p. 362 (nom. illegit.)
Pleurotus porrigens (Persoon) P. Kummer (1871) , Der furher in die pilzkunde, p. 104
Phyllotus porrigens (Persoon) P. Karsten (1879) , Bidrag till kannedom af Finlands natur och folk, 32, p. 92
Agaricus niphetus Ellis (1882) , Bulletin of the Torrey botanical Club, 9(2), p. 18
Calathinus porrigens (Persoon) Quelet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 46
Pleurotus niphetus (Ellis) Saccardo (1887) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 5, p. 373
Dendrosarcus porrigens (Persoon) Kuntze (1898) , Revisio generum plantarum, 3, p. 464
Dendrosarcus niphetus (Ellis) Kuntze (1898) , Revisio generum plantarum, 3, p. 464
Geopetalum porrigens (Persoon) Murrill (1912) , Mycologia, 4(4), p. 215
Geopetalum abietinum Murrill (1916) , North American flora, 9(5), p. 300
Pleurotus albolanatus Peck (1918) , in Kauffman, Michigan geological and biological survey, biological series 5, 26, p. 672, tab. 145
Pleurocybella porrigens (Persoon) Singer (1947) , Mycologia, 39(1), p. 81 (nom actuel)
Pleurotellus porrigens (Persoon) Kuhner & Romagnesi (1953) , Flore analytique des champignons superieurs, p. 74 (nom. inval.)
Nothopanus porrigens (Persoon) Singer (1973) , Beihefte zur Sydowia, 7, p. 19

References : CD 154 ; Bon p. 121 ; Eyssartier et Roux p. 42, 958
Groupe : Collybies
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Marasmiaceae
Stipe : Stipe nul.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Au Japon, Sugi hira take (杉平茸) signifie "Pleurote du Sugi" (arbre majestueux voisin du cedre du Liban, Cryptomeria japonica). Comme le pleurote en huitre, il colonise les troncs de coniferes et Cryptomerias en jolies troupes de chapeaux blancs de 6 a 10 cm, spatules petaloides. tres elegants. Les lames sont assez larges, blanches a creme. Le pied est nul.. En 2001, c'etait la consternation en France apres les 4 deces (sur 13 hospitalisations) dans les Landes apres consommation du Tricholome equeste (Tricholoma auratum), frais ou meme en boite. Un champignon toujours tres prise dans ses regions de predilection, notamement les pinedes de la cote atlantique. C'est au tour du Japon de connaitre en automne 2004, une serie d'accidents similaires. La liste des champignons toxiques ne cesse d'augmenter dans le monde, parfois en raison des progres de l'analyse, mais souvent comme ici, par la necrologie brutale et incomprehensible de mycophages pourtant bon connaisseurs, comme ici a Niigata. Source: Nihon kingakkai (Societe Mycologique du Japon) et Mainichi shinbun du 22 10 2004. 5 deces sur les 11 intoxiques hospitalises dans le departement de Niigata tandis que les deux autres personnes hospitalisees dans le departement de Yamagata sont decedees dans les memes conditions. Pour 10 sur ces 11 personnes, la consommation de Sugi-hira take (Pleurocybella porrigens, "Pleurote en oreille " en francais) a ete confirmee par l'enquete des mycologues. L'autre personne etant decedee sans laisser aucune information sur une consommation fongique eventuelle. Double surprise: d'abord ce champignon etait considere comme comestible dans tout le pays, comme ailleurs dans le monde, notamment en France ou il est donne comestible dans tous les guides. De plus, aucun symptome "classique" gastro-intestinal (ni diarrhee, ni vomissements etc.) n'a ete observe Les intoxiques ont presente une chute brutale du tonus musculaire dans les jambes, interdisant la marche, puis l'apparition de mouvements incontroles et parasites des membres, enfin des convulsions, coma avec deces brutal pour 5 d'entre-eux. Une seule personne sur les onze hospitalisee de Niigata a quitte lhopital indemne a ce jour, cinq sont mortes, et les cinq autres sont en soins intensifs. Les deux intoxiques de Yamagata sont decedes. La plupart des intoxiques etaient des insuffisants renaux, certains avec rein artificiel (!). La poussee de Pleurocybella porrigens en 2004 a ete estimee a pres du double des moyennes annuelles. Beaucoup de specimens de taille "geante" auraient egalement ete recoltes. le nombre total des intoxiques a atteint 46 personnes, dont 14 decedes par encephalopathie aigue.
Boletus depilatus Redeuilh (1986) [1985] Noms francais : Bolet chauve
Synonymes : Boletus obsonium ss. J. Blum (1969) [1968], Bulletin de la Societe mycologique de France, 84(4), p. 594
Boletus depilatus Redeuilh (1986) [1985], Bulletin de la Societe mycologique de France, 101(4), p. 389, Atlas 241 (Basionyme)
Leccinum depilatum (Redeuilh) utara (1989) , Ceska mykologie, 43(1), p. 4
Xerocomus depilatus (Redeuilh) Manfred Binder & Besl (2001) , Sequence data and Chemotaxonomical analyses on the genetic concept of Leccinum, p. 85
Hemileccinum depilatum (Redeuilh) utara (2008) , Czech mycology, 60(1), p. 55 (nom actuel)

References : BSMF 101 (4) p. 389 (1986) ; BK 3 6 ; CD 1679 ; Galli p. 199 ; Bon p. 36 ; Eyssartier et Roux p. 86
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 6-12(15) cm, hemispherique a convexe-pulvine (en forme de coussin), vite etale, a la fin souvent entierement plan. Marge aigue, avec une fine marginelle peu ou non rabattue sur les tubes, ou obtuse et alors a marginelle subnulle. Surface parsemee de multiples depressions ou fossettes, donnant un aspect bossele-martele caracteristique, rarement unie reguliere chez les jeunes. A maturite, les depressions s'estompent, sauf vers la marge. La zone bosselee peut parfois etre circonscrite a mi-rayon, formant une "couronne" encore visible chez l'adulte. Cuticule molle-humide et legerement translucide, mais non separable, d'abord brun fauve a brun ocrace, chamois, s'eclaircissant vite creme-alutace, cafe-au-lait, plus ou moins pale, mastic, rarement grisonnant, les fossettes gardant parfois leur couleur plus sombre d'origine, d'ou un aspect marbre. Revetement tres doux, comme satine au toucher, subpruineux a subveloute chez les jeunes, et mat, mais en realite glabre, meme sous la loupe, sans la moindre mechule ou feutrage. La cuticule vire rapidement au lilas-violace persistant au contact des vapeurs de NH3.
Lames/Pores : Tubes moyennement longs, depassant a peine l'epaisseur de la chair a mi-rayon de l'hymenium, jaune vif ou citrin, puis jaune-verdatre, sublibres puis subadnes apres croissance complete du pied, non bleuissants a la coupe, sinon exceptionnellement. Pores ouverts des le debut, fins (0,5-1 mm), rarement composes, circulaires, puis anguleux, mais non disposes radialement, concolores aux tubes, jaune a jaune olivace, rarement roussissant (par temps brumeux ?)
Chair : ferme, legerement cortiquee et fibreuse dans le pied (adultes), d'abord citrin pale puis presque blanche a maturite, sauf sous les tubes et en haut du pied ou elle reste d'un jaune plus soutenu, ainsi qu'a la base du pied ou elle est parfois jaune-ocre. Non bleuissante mais se tache assez frequemment de rougeatre ou de rosatre vineux avec l'age et selon les intemperies, d'abord a la base du pied, puis en haut du pied, puis partout et dans les morsures. Elle peut aussi rester intacte ou bien prendre dans la moitie inferieure du pied une teinte gris-bleute ou verdatre-olivatre caracteristique. Saveur douce, a peine acidule. Odeur nettement iodee, presque toujours perceptible dans le pied.
Stipe : D'abord long et robuste par rapport au chapeau, puis plus elance, vaguement fusele, tortueux et attenue-subradicant sur pres de la moitie inferieure qui est enterree profondement et plus ou moins termine en pointe. D'abord blanchatre, surtout dans la partie enterree, puis progressivement jaune pale dans la partie aerienne, ou seulement au sommet, et enfin se tachant progressivement (mais de facon inconstante, et surtout dans les recoltes meridionales) de rougeatre vineux, sous la forme typique d'un anneau pres du sommet, et de macules ou de plages variables en dessous. Revetement presque lisse, sauf quelques fines granulations concolores, floconneuses dans la partie aerienne.
Habitat : Espece peu commune (et confondue avec impolitus) venant en petites troupes tres dispersees, fidele a ses stations, meme seches, sous feuillus, surtout Carpinus, en terrain calcaire, en ete (juillet-septembre), France, Corse, Italie, Tchequie, Slovaquie...
Spores : Sporee olivatre. Spores 11-15(16) x 5-6 m, jaune verdatre. Pleurocystides peu nombreuses 30-60, peu larges (7-10 m), longuement fusoides, a col souvent peu marque.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Proche de Boletus impolitus dont il differe par la structure de la cuticule, macroscopiquement glabre et nettement subcelluleuse au microscope. Chapeau cabosse, bossele, martele. Stipe attenue plus ou moins profondement enterre. Sous feuillus surtout charmes de preference en terrain calcaire. Odeur d'iode, ou de phenol comme B. impolitus et Agaricus xanthoderma, disparaissant a la cuisson. Tres semblable a Leccinum hortonii ou L. subglabripes (Amerique du Nord, Japon) aux teintes plus rougeatres, moins radicant et spores legerement plus grandes.
Russula lilacea Quel. 1876 Noms francais : Russule lilas ; Russule violet clair (ウスムラサキハツ)
References : BK 6 155 ; CD 1489 ; Galli p. 273 ; Sarnari 1326 ; Bon p. 61 ; Marchand 459 ; IH2 602 ; Eyssartier et Roux p. 178
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 3-6 cm, convexe puis plan et brusquement deprime au centre, a marge mince ondulee, souvent cannelee-tuberculeuse; lilas, vineux, violet clair, brun-vineux, olivatre ou nuancee de jaune vert, parfois de plusieurs couleurs. Cuticule mate et seche, rarement visqueuse par la pluie mais vite ressuyee et veloutee-ponctuee, tres separable.
Lames/Pores : blanches puis creme pale et souvent jaunissantes a la marge, larges, obtuses a la marge, assez serrees au debut, fourchues, interveinees, friables, a arete aigue et fimbriee.
Chair : fragile, blanche, parfois tachee de jaune brunatre, assez epaisse au disque, bleuatre a la sulfo-vanilline, rougeatre pale au sulfate de fer, lente au Gaiac. Odeur faible, saveur douce ou parfois un peu apre.
Stipe : (2)3-5(6) x 0,7-1(1,5) cm, egal ou claviforme, mou et compressible, blanc mais presque toujours avec au moins des traces de rose d'un cote.
Habitat : Sous feuillus humides, charmes surtout. Assez rare en Europe, eparses ou en troupe en ete-automne, Europe, Chine, Japon.
Spores : Sporee d'un blanc pas toujours pur. Spore 8-10 x 6-8 m a verrues isolees, de hauteur tres variable. Cystides 41-60 x 9,5-13,5 m. Cuticule a hyphes primordiales incrustees.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Belle espece lilacine plutot petite, a pied fragile lave de rose, aimant les chenaies et charmaies humides. La var. carnicolor est plus polychrome, rose, carmin, olivace ou ocrace.
Lactarius glaucescens Crossland (1900) Noms francais : Lactaire verdissant ; Lactaire glaucescent
Synonymes : Lactarius glaucescens Crossland (1900) , The naturalist, 1900, p. 5, tab. 10, fig. 1-3 (Basionyme)
Lactarius piperatus var. glaucescens (Crossland) Hesler & A.H. Smith (1979) , North American species of Lactarius, p. 186
Lactarius eburneus Z. Schaefer (1979) , Ceska mykologie, 33(1), p. 4 (nom. illegit.)
Lactifluus glaucescens (Crossland) Verbeken (2012) , Mycotaxon, 120, p. 449 (nom actuel)

References : Bon p. 95 ; CD 1511 ; Cetto 1931 ; BK 6 25 ; Galli p. 283 ; Marchand 503 ; FE 7 723 ; Eyssartier et Roux p. 114 ; IH1 617 ; Phillips (NA) p. 91
Groupe : Lactaires
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 3,5-8 cm de diametre, uniformement blanc creme a roux, avec des plages glacees et comme micacees-brillantes. Cuticule lisse, non veloutee; consistance ferme. Chapeaux jeunes non deprimes, finement ponctues d'ocre jaunatre, avec souvent des micro-gouttelettes de latex (a la loupe) sechant en vert olive. Vieux chapeaux deprimes a cuticule teintee d'ocre de plus en plus fonce.
Lames/Pores : extremement serrees (20/cm), comme piperatus, de couleur creme chair, decurrentes au moins par un filet. Latex verdissant assez lentement (15'-30') et faiblement sur les lames a la blessure, grisatre sale puis olivace ; KOH jaune orange pale rapide sur lame de verre, mais nulle au Formol.
Chair : Chair ferme, jaunatre sale au grattage et dans les morsures, verdissant lentement; Reaction lente au formol (cerne violet en 20-30 minutes), bleu clair apres 3 heures, bleu fonce en 24 h.
Stipe : 4-8(-15), appointi a la base (quasi conique), blanchatre, brunissant a la manipulation.
Habitat : Assez rare en ete-automne sous feuillus, dans tout l'hemisphere nord. Parfois aussi sous Pinus et Abies au Japon.
Spores : subglobuleuses a subovales, de 6,5-8 x 5,5-,7 m, subtilement verruqueuses, avec de fines cretes relies en filet. Basides tetrasporiques de 35-40 x 9-11 m. Cheilocystides de 55-60 x 5,5-7 m. Epicutis compose d'un tapis peu serre de touffes d'hyphes minces et enchevetrees.
Comestibilite : Sans interet
Dictydiaethalium plumbeum (Schum.) Rost. 1894 Synonymes : Fuligo plumbea Schumach. 1803
Enteridium japonicum Nann. Bremek & Y.Yaman 1995
Clathroptycium cinnabarinum ( Berk. & Broome ) Sacc.1879
Reticularia plumbea ( Schumach. ) Fr. 1829
Licea cinnabarina Berk. & Broome 1875
Dictydiaethalium ferrugineum Nann. Bremek 1966

References : Cetto 1686 . Poulain Meyer p. 48 fig. 40
Groupe : Myxos
Classification : Myxomycota / Myxomycetes / Liceales / Reticulariaceae
Chapeau/Fructification : Sporocarpes a sommet hexagonal 0,2-0,5 mm de diametre. Pseudoaethaliums / aethaliums aplatis, 1-3 mm de haut, 30-60 mm de long, gris fonce, gris-brun, brun-jaune, gris -ochrace, reposant sur un hypothale argente. Cortex finement bulle, persistant.
Chair : Pseudocapillitium a filaments de 2-4 m de large, a section transversale en forme de T, munis tout au long d'une frange de poils fins de 1 a 2 m de long.
Habitat : Bois mort.
Spores : Jaune pale, 7,5-12 (13-) m, spinuleuses a spinules pouvant atteindre 1 m de long.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Pas rare. Plutot automnal.
Hypsizygus tessulatus (Bull.) Singer 1947 Noms francais : Shimedji du hetre (ブナシメジ)
Synonymes : Pleurotus tessulatus ; P. tesselatus ; Hypsizygus marmoreus ; Hypsizygus elongatipes
References : KR p. 168 N 8 ; BMBDS 142 p. 6-10 ; DM Hors-serie N5 p. 102 ; CD 471 ; IOH 58-59 ; Eyssartier et Roux p. 356
Groupe : Tricholomes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Lyophyllaceae
Chapeau/Fructification : 4-12 cm, convexe puis etale, humide, glabre, lisse, distinctement tesselle et guttule par l'humidite au centre ou vers la marge, hygrophane, blanchatre a chamois, creme rosatre a brunatre
Lames/Pores : adnees a sinuees, avec des filets sur le haut du pied, larges, interveinees, serrees a subespacees, intercalees de lamellules, subconcolores au chapeau. Sporee blanchatre.
Chair : ferme et epaisse mais tendre, blanche sordescente a chamois rosatre, odeur agreable, legerement anisee ou fruitee, saveur douce et fongique.
Stipe : 4-15 X 0,4-2 cm, parfois excentre, subegal, parfois radicant, souvent courbe, tres ferme, plein, pruine blanche a l'apex, lisse vers la base, blanchatre.
Habitat : Assez rare en Europe, vient en touffes denses sur bois vivant ou pourri de feuillus, en ete-automne. Au Canada, surtout sur peupliers et erables a sucre, ou parfois sur bouleaux.
Spores : globuleuses a subglobuleuses, lisses, hyalines, non amyloides, 4-5(6) X 3,5-4,5 m.
Comestibilite : Bon comestible
Commentaires : Excellent comestible, cultive a grande echelle au Japon depuis une trentaine d'annees sous le nom de "Bouna-shimedji".
Hydnellum ferrugineum (Fr.) P. Karst. 1879 Noms francais : Hydne ferrugineux ; Hydne rouille (オオサビハリタケ)
Synonymes : Hydnum hybridum Bull. (1790) ;
Hydnum ferrugineum Fr. (1815) ;
Hydnum carbunculus Secr. (1833) ;
Calodon ferrugineus (Fr.) P. Karst. (1881) ;
Phaeodon ferrugineus (Fr.) J. Schrot. (1888) ;
Hydnellum sanguinarium Banker (1906) ;
Calodon hybridus (Bull.) Lindau
(1911) ;
Hydnellum hybridum (Bull.) Banker (1913) ;
Hydnellum pineticola K.A. Harrison (1964)
References : CD 71 ; BK 2 262 ; Marchand 344 ; IH2 255 ; Eyssartier et Roux p. 998
Groupe : Hydnes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Thelephorales / Bankeraceae
Chapeau/Fructification : 3-10 cm, pulvine puis vite etale a infundibuliforme, souvent inegal, bossele, irregulierement arrondi, cyathiforme a la fin, parfois soudes ou surmonte de chapeaux secondaires a demi avortes (pileoles), veloute puis fortement tomenteux-feutre, plus ou moins ride-radie, scrobicule, avec ou sans zones concentriques, blanchatre a rose, dans la jeunesse et par temps humide exsudant des gouttes de suc rouge sang (vermillon), puis brun-jaune a rouge-brun; la marge restant longtemps blanc de craie, mince et sinueuse crenelee, tomenteuse, incurvee puis droite ou dressee et concolore, englobant souvent des debris vegetaux.
Lames/Pores : 3,5-5 mm de long, fins (0,2 mm) inegaux, decurrents, serres, fragiles, blancs bientot rose carne brunatre a pointe pale, enfin brun rouille. Sporee brun clair.
Chair : a double trame, vaguement zonee concentriquement, spongieuse puis subereuse, brun rose carne a rouge-brun pale dans le chapeau, brun pourpre dans le pied, grisonnant a la dessication, marquee d'une foule de petites taches plus pales. Odeur faible de farine; saveur presque douce.
Stipe : 2-4(5) x 1-3 cm, plein, irregulier, comprime, tomenteux, glabrescent, englobant des particules du substrat, epaissi en une base spongieuse, concolore au chapeau.
Habitat : Pas si commun (a moins de confusion avec les especes voisines !) de juillet a novembre, en Europe et au Japon, dans la litiere d'aiguilles de coniferes, surtout Pinus et Picea.
Spores : 4-6 x 3,5-4,5 m, subglobuleuses a largement ellipsoides, parfois guttulees, brunatres, a apicule oblique. Basides 20-30 x 5-7 m, a 4-sterigmates de 3,75 m. Structure monomitique. Boucles nulles.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Souvent confondu avec d'autres Hydnes, surtout Hydnellum peckii dont les jeunes chapeaux blancs exsudent egalement des gouttes rouges, mais notre champignon prend a partir du centre sa couleur brun ferrugineux, sauf la marge. Idem pour les aiguillons. La chair qui jute son suc rouge si on la comprime, finit par grisonner en laissant des taches allongees.
Mutinus elegans (Montagne) E. Fischer (1888) Noms francais : Phalle elegant ; Mutin elegant (タヌキノベニエフデ)
Synonymes : Corynites elegans Montagne (1856) , Sylloge generum specierumque plantarum cryptogamarum, p. 281 (Basionyme)
Caryomyxa elegans Montagne (1856) , Sylloge generum specierumque plantarum cryptogamarum, p. 281
Corynites curtisii Berkeley (1873) , Grevillea, 2(15), p. 34
Mutinus elegans (Montagne) E. Fischer (1888) , in Saccardo, Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 7, p. 13 (nom actuel)
Mutinus curtisii (Berkeley) E. Fischer (1888) , in Saccardo, Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 7, p. 13
Mutinus bovinus Morgan (1889) , Journal of the Cincinnati Society of natural history, 12(4), p. 147, tab. 3
Aedycia curtisii (Berkeley) Kuntze (1898) , Revisio generum plantarum, 3, p. 441
Aedycia bovina (Morgan) Kuntze (1898) , Revisio generum plantarum, 3, p. 441
Jansia elegans (Montagne) Penzig (1899) , Annales du Jardin botanique de Buitenzorg, 16(2), p. 140, tab. 20, fig. A, tab. 22, fig. 5-13
Mutinus inopinatus Ulbrich (1936) , Berichte der Deutschen botanischen Gesellschaft, 54, p. 499

References : DM 53 p. 44 Jean Mornand (1984), Gasteromycetes de France ; DM 25 p. 453-458 Szczepka (1995), Cle des Mutinus ; CD 1748 ; Marchand 378 ; TMSJ 41 p. 75-78 Guez D. et Nagasawa E. (2000), Espece nouvelle pour le Japon ; Eyssartier et Roux p. 1052
Groupe : Phalles
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Phallales / Phallaceae
Chapeau/Fructification : Sporophore d'abord en forme d'uf semi-hypoge puis epige de la taille d'un uf de pigeon, subglobuleux puis ovoide a piriforme, 1,5-4(5) cm de haut x 1-2,7 cm de diametre, non bossele mais bientot allonge par l'erection interne avant l'eclosion; surface lisse, blanche ou partiellement tachee de brunatre, munis a la base de nombreux rhizomorphes. Peridium constitue de trois couches, la couche externe et interne membraneuses et blanches, la couche mediane mucilagineuse et hyaline. L'enveloppe externe finit par se rompre pour former une volve a 2-4 lobes, tandis que la couche interne laisse souvent de fines veine blanches, formant des stries ou bracelets sur le receptacle.
Chair : Zone fertile non capitee et sans delimitation nette (pas de renflement ni amincissement notable, pas d'alveoles). Comme chez toutes les Phallales, le receptacle porte a son sommet (1/4 a 1/3 superieur) une gleba de couleur vert wagon a brun olivatre sombre, ointe sur 4-5 cm de la partie fertile, mucilagineuse et d'odeur forte et fetide, parfois a relent douceatre-nauseeux, mais non cadaverique.
Stipe : Receptacle stipitiforme, 9-19(22) cm de haut sur 1-2,5(3) cm de diametre, de forme tres variable, courtement acumine a la sortie de l'oeuf, puis cylindrique, souvent attenue a partir de la mi-hauteur en col de bouteille, toujours appointie et tronquee au sommet, perforee chez l'adulte, le meat du manchon apical variant en diametre de 0,4-0,8 cm. Structure spongieuse tubulaire et creuse de 2-3 mm d'epaisseur, d'abord dressee comme un i, bientot courbee, a la fin pliee en deux avant de seffondrer. Surface entierement de couleur rouge pasteque caracteristique (rouge carmin orange, a rouge rose, Methuen 9A4-6, 9A-B7 ou 6A6, 7A7), palissant un peu a la base (9C-D8), poreuse dans la partie inferieure qui est composee de cellules polygonales ouvertes de 0,2-0,8 mm, devenant de plus en plus petites et fermees, verruqueuse, vers le haut.
Habitat : Comme d'autres phallacees, le satyre elegant est a la fois tardif (nov.-dec.) et heliophile (recherche la lumiere) et thermophile. Il semble affectionner les debris vegetaux, surtout les composts d'ecorces, et les sols acides, le bord des ruisseaux, les terrains incultes sablonneux ou siliceux. Au Japon, il est apparu dans la litiere des feuilles de bambous, de Quercus, et hors des bois dans les allees herbeuses sous Zelkova et Cinnamomum.
Spores : Basides sub-utriformes a sub-cylindracees, non bouclees a la base, 15-25 x 4-6 m, portant un bouquet de 7-8 spores. Sterigmates de 1,5 m de long. Cystides absentes. Spores 4-5 x 1,8-2 m, oblongues-ellipsoides, lisses, cloison 0,4 m, hyalines, vert grisatre pale, non guttulees. Coupe d'un uf de 2,5 x 2,5 cm, blanc sordescent, vite sali de gris brunatre. Se perce naturellement au sommet apres deux jours et laisse echapper un, puis deux ballons remplis de mucus translucide. Coupe en deux au cutter, le cuir mince de l'enveloppe externe offre quelque resistance tandis qu'en dessous, une matiere visqueuse comme une huitre fuit sous la lame, avant de rencontrer une matiere plus solide, grenue comme un radis. Un liquide incolore et insipide comme de l'eau s'en echappe. La coupe (photo) montre un cortex rouge rose au centre, plus ou moins cordiforme, presque en V, a parois epaisses de 2-3 mm, enveloppe dans une gelatine translucide, plus coloree opaque qu'un blanc duf, beige a jaune brunatre pale ( couleur de la gomme arabique, de resine de pin), de 3-6 mm d'epaisseur de part et d'autre de la tige centrale, presque nulle au sommet et a la base. Le receptacle est creuse en cavite de 2-4 mm sur chaque moitie. La volve est deja formee par une couche basale blanc pur, isolant le canal de gelee amniotique, comme un nombril de 1,5 mm d'epaisseur, reliee a l'exterieur a deux cordons myceliens. Le receptacle de l'adulte presente presque toujours un orifice sommital, foramen de 1-3 mm de diametre. Le tube est un tissus forme d'alveoles de 0,5-1 mm (mesurees a la face interne du tube) sur la partie fertile, de plus en plus larges vers la base. Basidiospores verdatre pale dans l'eau, lisses, ellipsoides, 4-4,5(5) x 1,8-2 m, a parois epaisse vers 0,5 m. Sterigmates de 1,5 m de long. Basides en massue ou fusiformes, 8-spores, non bouclees, 3-5,5(5) x 20-25(30) m, se retrecissant avec l'age, de sorte que leur largeur est inversement proportionnelle a la taille du primordium etudie, se liquefiant completement a maturite. Cloisons frequentes, parfois enormes. Hyphes greles, vers 3 m, brusquement renflees en raccord, de type manchon de 8 m. Spherocystes 20-30 x 25-32 m.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Sous le basionyme de Corynites elegans, il fut decrit pour la premiere fois par le mycologue explorateur Camille Montagne en 1850 (Herbier inedit), publie en 1856 dans son ouvrage Sylloge Cryptogamarum1. L'espece fut ensuite recombinee dans le genre Mutinus par Eduard Fischer dans l'ouvrage de Saccardo, Sylloge Fungorum 7 (1), p.13. Son nom scientifique est tire du Latin mutinus, rebelle, mutin , en raison de la force suggestive de son erection, qui attente a la pudeur, et de elegans, sans doute en raison de ses belles couleurs. Anglais : Elegant stinkhorn, Dog stinkhorn, Devil's dipstick. Japonais : タヌキノベニエフデ, 狸紅絵筆 (prononce Tanuki-no-beni-efude signifie Pinceau rouge de blaireau ) Il se differencie du banal satyre du chien (Mutinus caninus) par sa taille plus robuste, appointie au sommet, sa partie fertile coloree de rouge ecarlate et peu differenciee du receptacle (on n'ose pas dire pied, vu l'absence de chapeau ). Ce dernier n'ayant pas d'alveoles sur la face externe, est simplement ponctue de pores.
Lamproderma arcyrionema Rostafinsky.1875 Synonymes : Lamproderma subreneum Massee 1892 ; Comatricha shimekiana T.Macbride 1893 ; Lamproderma inconspicuum J.Shroter 1896 ; Lamproderma arcyrionema var japonicum Meylan 1935 ; Paradiacheopsis arcyrionema ( Rostaf.) Hertel 1956 ; Collaria arcyrionema ( Rostaf. ) Nann.-Bremek. 1967
References : Ing p. 158 ; Poulain Meyer p. 242 fig. 441 1 442
Groupe : Myxos
Classification : Myxomycota / Myxomycetes / Stemonitales / Stemonitidaceae
Chapeau/Fructification : Stipite, 0,9-2,5 mm de haut. Sporocystes globuleux, 0,3-0,6 mm de diametre, argente, bleu argente, bronzes ou dores, iridescents. Peridium se rompant irregulierement en larges fragments, subsistant souvent en collerette en haut du stipe.
Chair : Capillitium brun fonce, dense, a filaments ramifies et anastomoses ondules en boucles, emmeles.
Stipe : 1/2-2/3-4/5 de la hauteur totale, grele, subule, noir, brillant.
Spores : Rondes,en masse brun fonce ou noires, verruqueuses avec des petits groupes de verrues plus foncees, 6,5-7-8 m.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Gregaire. Assez rare. Ete.
Phallus indusiatus Ventenat 1798, Mem. Inst. nat. Sci. Arts 1: 520 Noms francais : Satyre voile ; Tisseur de soie (キヌガサタケ)
Synonymes : Dictyophora indusiata (Vent.) Desv. 1809 ;
Hymenophallus indusiatus (Vent.) Nees 1817

References : CD 1747 ; IH1 909 ; IOH p. 522-523
Groupe : Phalles
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Phallales / Phallaceae
Chapeau/Fructification : Oeuf plus ou moins spherique, 3-4-(6) cm de diametre, blanc ou rarement se teintant de brun rougeatre ou de mauve au frottement, munit d'un cordon mycelien et d'une touffe de rhizoides a la base. L'eclosion commence generalement dans les premieres heures de la journee par la rupture du peridium sous la poussee du carpophore en expansion rapide (2-4 heures selon la temperature ambiante en zone penetropicale). Chapeau conique, 1,5-4 cm, nettement distinct du stipe, fortement reticule en relief, formant des crateres qui retiendront la gleba, rappelant a la fois les alveoles des morilles et les mailles de son indusie qui en sera bientot le prolongement. Sommet perce d'un meat circulaire, parfois saillant.
Chair : brun verdatre a vert glauque, olive fonce, tres visqueuse, epousant etroitement le relief du chapeau reticule-alveole, a odeur nauseabonde et incommodante.
Stipe : Cylindrique, 15-20-(25) cm x 1,5-3 cm, blanc, poreux et tubulaire, de consistance spongieuse, fait de 2 ou 3 couches de cellules aerees, aussi leger que du polystyrene. Sa vitesse de croissance est de 1-2 mm par minute selon la temperature et humidite ambiante. Le tricotage de l'indusie emerge du bord du chapeau, sous la gleba, pour descendre en cloche grillagee de dentelle blanche, jusqu'au contact du sol. Sa vitesse de croissance est de 2-4 mm/mn.
Habitat : Thermophile et tropical, Afrique, Asie, Amerique du Sud, Australie, en juin et en automne au Japon, peu commun a rare, isole ou en troupe, sous bambous ou ruderal
Spores : 2-3 x 1-1,5 m, ovales a elliptiques, etroites, lisses, hyalines.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Consomme en Chine. Frustres de ne pas comprendre l'utilite de cette indusie spectaculaire, certains ont suppose qu'elle pourrait rendre le champignon plus visible aux insectes en mal d'odorat, ou faciliter l'escalade des rampanst vers le chapeau (voila un fungi qui ajoute du "fun") comme les "Jungle Gyms" des jardins d'enfants.
Leucoagaricus rubrotinctus (Peck) Singer 1948, Sydowia 2: 36 Noms francais : Lepiote teintee de rouge (アカキツネガサ)
Synonymes : Lepiota rubrotincta Peck 1891, Ann. Rep. N. Y. St. Mus. 44 : 179 ;
Lepiota japonica Kawam. 1954, Icones of Japanese Fungi 4 : 175, fig. 455 (nom. nud.) ;
Lepiota japonica Kawam. ex Hongo 1959, Mem. Shiga Univ.no 9 : 75 , fig. 2, A-C (1959), [sp. nov.]

References : DM Hors Serie N 3 p. 100 ; FAMM 21 p.1, 19-23 ; IH1 251 ; IOH p. 184
Groupe : Lepiotes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Agaricaceae
Chapeau/Fructification : plan convexe ou largement mamelonne a revetement glabre ou lisse plus ou moins lubrifie, plus ou moins visqueux au disque et fifrillo-rimeux a plus ou moins excorie vers la marge a la fin.
Lames/Pores : blanches a aretes floconneuses parfois rosees
Chair : immuable a odeur et saveur banale
Stipe : Anneau plus ou moins fragile
Habitat : Thermophile, lieux riches en humus dans les bois, jardins, bambouseraie, bord des routes. Amerique du Nord, Japon, littoral mediterraneen ?
Spores : 7-9 x 4.5-6 m, ovoides a sommet plus ou moins etire
Comestibilite : Sans interet
Lampteromyces japonicus (Kawamura) Singer 1947 Noms francais : Pleurote clair-de-Lune (ツキヨタケ)
Synonymes : Pleurotus japonicus Kawam. 1915 ; Armillaria japonica (A. Kawam.) S. Imai 1938 ; Lampteromyces luminescens M. Zang, 1979; Omphalotus japonicus (Kawam.) Kirchm. & O.K. Mill. 2002
References : IH1 80 ; IOH p. 62-63
Groupe : Pleurotes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Tricholomatales / Marasmiaceae
Chapeau/Fructification : 10-25 cm de diametre, semi-circulaire a reniforme, revetu de squamules d'abord jaune-orange brunatre, puis brun vineux a brun datte sombre, plus ou moins glace-brillant.
Lames/Pores : decurrentes, larges (jusqu'a 2 cm), d'abord jaune pale, puis blanches, luminescentes (vert jaunatre) dans l'obscurite
Chair : tendre, blanche, mince a la marge, mais extremement epaisse vers le centre. Chair du pied presque toujours violet sombre a brun noiratre, critere qui permet d'eviter la confusion de cette espece tres toxique avec le shii-take et les pleurotes en huitre ou le Panellus serotinus.
Stipe : court et epais, 1,5-2,5 x 1,5-3 cm, tres excentre a sub-lateral, jaune brunatre a orange pale, bague par un liseret renfle ou bourrelet annuliforme a l'insertion des lames (rudiment d'anneau ?).
Habitat : Grand pleurote vegetant sur troncs et branches d'aout a novembre, surtout sur Fagus crenata dans les hetraies de montagne. Plus rare sur Carpinus laxiflora, Acer mono, Abies sachalinensis etc. Nous l'avons egalement recolte sur chataignier (Castaneus crenata). Assez commun au Japon, signale en Coree, Chine et dans lExtreme Orient russe. Espece tres toxique. Usage medicinal a l'etude.
Spores : Sporee blanche, legerement brun cendre. Grandes spores lisses et globuleuses, 11,5-15 m, non amyloides. Chlamydospores frequentes. Basides tetrasporiques de grande taille, 46-66 x 11-15 m. Boucles presentes.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Champignon poussant sur les troncs de feuillus, d'abord classe dans les Pleurotaceae, il est rattache a la famille des Marasmiaceae, remarquable pour sa bioluminescence (due a un compose fluorescent, la riboflavine ou lampteroflavine), d'ou le nom "Lamptero" (lanterne) et "myces" (champignon). Une colonie de Lampteromyces japonicus sur un tronc d'arbre la nuit offre une vision feerique. Apres adaptation de quelques minutes a l'obscurite, il est possible de lire une page de texte imprime avec la luminescence fournie par un seul exemplaire dispose a 20 cm de distance. Le genre Lampteromyces fut cree par Rolf Singer en 1947 (New genera of fungi III, in Mycologia 39: 79) pour accueillir une espece, alors endemique du Japon, le ツキヨタケ(月夜茸 Tsukiyo-take ou "Champignon clair-de-lune") publie en 1915 par Seiichi Kawamura sous le nom de Pleurotus japonicus. Confondu avec le shiitake (mis en vente par meprise sur certains marches de Nagano en octobre 2005), il a cause au Japon plusieurs intoxications gastro-intestinales subaigues parfois mortelles, notamment chez les enfants et les personnes agees. Les symptomes debutent 30 minutes a 1 heure apres ingestion par une attaque digestive brutale de type choleriforme, avec vomissements et diarrhees sanglantes, accompagnes de douleurs abdominales. La deshydratation, l'hypothermie et l'hypotension precedent des hallucinations colorees parmi d'autres troubles sensoriels, puis des troubles circulatoires qui se conjuguent pour provoquer un coma, ainsi qu'une atteinte hepatique et renale. Un premier principe toxique avait ete isole par K. Nakai en 1958, la lunamycine (ou lampterol), plus ou moins identifie aux sesquiterpenes deceles dans l'espece americaine Clitocybe illudens, notamment ceux nommes illudine S et M, dont la dose letale 50 chez la souris est de 50mg/kg). Les dernieres recherches ont isole de nouvelles substances: neoilludine A et B (cytotoxine), dihydroilludine S, deoxyilludine M, lampteroflavine (substance luminescente), lectine (molecule anti-bacterienne), atromentine, acide telephorique, gyrocyanine (pigment). En Chine, sa teneur en acetone a egalement ete declaree toxique pour les nematodes. Il possederait cependant des proprietes medicinales potentielles, dues a la puissante action antitumorale du lampterol, et qui ont ete comparees a celles de la streptomycine). Toutefois, sa virulence inflammatoire provoquant des hemorragies du tube digestif, ne permet pas encore une utilisation medicale. References: Nakai, K. (1958)- Medicine and Biology [en japonais] 49: 129. Kasahara Y., Itagaki A., Kumaki K. & Katagiri S. (1996) Gastrointestinal toxicity of Lampteromyces japonicus and its reduction by curing [en japonais], in Shokuhin Eiseigaku Zasshi 37 (1): 1-7, Tokyo Nakanishi K., Tada M., Yamada Y., Ohashi M., Komatsu N. & Terakawa H. (1963) Isolation of lampterol, an antitumour substance from Lampteromyces japonicus, Nature 197 : 292. Tanaka K., Inoue T., Tezuka Y. & Kikuchi T. (1996) Michael-type addition of illudin S, a toxic substance from Lampteromyces japonicus, with cysteine and cysteine-containing peptides in vitrom Chemical & pharmaceutical bulletin 44(2) : 273-279
Tylopilus virens (W.F. Chiu) Hongo 1964 Noms francais : Bolet amer verdoyant (ミドリニガイグチ)
Synonymes : Boletus virens W.F. Chiu 1948
References : IH2 561 ; IOH p. 332
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : (2,5)4,5-6(8) cm, convexe puis plan, a revetement verdatre, de fines squamules vert olive s'areolant a jaune moutarde ou brun jaune olivace avec l'age, viscidule seulement par temps humide.
Lames/Pores : jusqu'a 2 cm de longueur, d'un rose Congo, ventrus bientot anguleux, libres ou deprimes autour du stipe; pores 1-2 mm ( x 4 mm avec l'age), concolores aux tubes, circulaires.
Chair : jaune pale, immuable; odeur et saveur neutre.
Stipe : (2)6-8 x 0,7-1,5 cm, jaune pale plus ou moins reticule de veines olivacees, parfois lave de rougeatre par endroits, et de jaune a la base
Habitat : Chine, Borneo, Japon en ete-automne, isole ou en petits groupes, a terre, sous Keteleeria en Chine, sous Pinus densiflora meles a Castanopsis/Quercus
Spores : Spores roses en masse, 9,5-14 x 4-6 m. Cystides 18-27 x 4,5-6,5 m.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Ce tylopile non amer, a sporee rose est remarquable par l'evolution de la couleur du chapeau (vert dans la jeunesse, jaune a brun olivace en vieillissant), evoquant des especes differentes pour le neophyte.
Tylopilus neofelleus Hongo 1967 Noms francais : Faux Bolet amer (ニガイグチモドキ)
Synonymes : Tylopilus felleus sensu Kawamura 1929, non Fries ;
T. plumbeoviolaceus sensu Hongo 1960, non Snell

References : JJB 42 p. 154-155 ; Bull. natn. Sci. Mus., Tokyo 16 no. 3 p. 553-554 (1973, 3eme exploration de la Nouvelle-Guinee) ; IH2 566
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 6-11 cm, pulvine a convexe, puis plus ou moins etale, marge incurvee dans la jeunesse, surface seche, veloutee, finement tomenteuse, couleur brun noisette olivace a bronze.
Lames/Pores : Tubes adnes puis adnexes, deprimes autour du stipe, blanchatres puis incarnat vineux a rosatres, 6-12 mm de long x 1,5 de diametre; pores couleur de faon, (Magenta grisatre, rouge Rubis grisatre ou plus pales pour les recoltes de Nouvelle-Guinee), minuscules et arrondis dans la jeunesse, puis de taille moyenne et subanguleux.
Chair : epaisse, ferme, blanche, immuable, odeur faible a subnulle, saveur amere.
Stipe : 6-11 x 1,5-2,4 cm, epais et solide, souvent epaissi a la base (attenue a la base pour les recoltes de Nouvelle-Guinee), finement tomenteux, brun rougeatre a brun grisatre, ou subconcolore au chapeau (brun fauve olivace), jaune de miel au sommet, plus pale ou blanchatre aux deux bouts, subveloute, non reticule, ou avec un subtil reseau forme de pores descendants sur le sommet (Nouvelle-Guinee), parfois ruguleux. Base a tomentum blanchatre.
Habitat : en ete-automne, dans les bois meles de Pinus densiflora-Quercus serrata au Japon et en Coree du Sud, Catastanopsis-Quercus-Araucaria, etc. en Nouvelle-Guinee.
Spores : Spores en masse rosatre sale a brun vineux, lavees de jaune de miel sous le microscope, (6,5)7,5-9,5 x 3,5-4(4,5) m, (7-8,5 x 3-3,5 m pour les recoltes de Nouvelle-Guinee), ellipsoides-subfusiformes; Basides tetrasporiques, 30 x 7,5 m, cystides nombreuses, 20-50 x 5-7,5 m, subcylindracees a subfusoides, a paroi mince, jaunatres. Trame bilaterale de type Boletorum. Boucles absentes.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : D'abord endemique de Hondo (Japon), il fut retrouve par Hongo en Nouvelle-Guinee, puis signale de Chine (Sichuan,Yunnan), Coree et Taiwan. Differe de Tylopilus plumbeoviolaceus par ses couleurs noisette, brun olivace, et ses spores plus courtes (versus 912 x 3.44.5 ) Tylopilus felleus montre un chapeau brun jaunatre a gris olivace et un reseau remarquable sur le stipe jaunatre, des spores plus petites et des pleurocystides plus longues.
Tremella encephala Pers.: Fr 1801 Synonymes : Dacrymyces fragiformis ( Pers.) Nees 1836 ; Naematelia encephala ( Willdenow.: Fr.) Fr. 1818 ; Tremella fragiformis Pers. 1801 ; Encephalium aurantiacum Link 1816 ; Tremella alabastrina Bref. 1888 ; Tremella encephaliformis Wild. 1785 ; Naematelia japonica Lloyd 1915
References : BK 2 26 ; BG p. 24 n30
Groupe : Tremelles
Classification : Basidiomycota / Tremellomycetes / Tremellales / Tremellaceae
Chapeau/Fructification : Errompant, subsessile ou pulvine subglobuleux, 1 a 3 cm de diametre, rugueux, peu plisse, incarnat pale legerement fuscescent , pellucide, souvent teinte de creme orange, pruineux a maturite, noyau dur cartilagineux, blanchatre, adherent. Marge nette.
Habitat : Sur bois mort de coniferes, ( souvent poteaux et vieilles barrieres surtout de Pinus d' Abies et Picea, toujours en relation avec Stereum sanguinolentum qu'il parasite.
Spores : Spheriques ou largement elliptiques, lisses, hyalines, parfois avec de petites guttules pourvues souvent d'un mucron obtus, tres distinct, germant sur le cote, 10-12 x 7,5-9 m. I-. Hypobasides arrondies, septees longitudinalement, avec 2 longues epibasides, 13-20 x 13-18 m. Hyphes de la couche gelatineuse larges, 1,5-2,5 m, septees et cloisonnees. Hyphes du noyau larges de 2,5-4 m, a parois epaisses, cloisonnees, non bouclees.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Isole ou cespiteux. Peu frequent . Debut d'annee jusqu'en automne, particulierement en periodes humides.
Stereostratum corticioides ( Berk. & Broome ) H.Magnus. 1899 Noms francais : Rouille du bambou
Synonymes : Puccinia corticoides Berk. & Broome 1878 ;
Dicaeoma corticoides (Berk. & Broome) Kuntze 1898

Groupe : Rouilles
Classification : Basidiomycota / Pucciniomycetes / Pucciniales / Pucciniaceae
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : La "rouille du bambou", Stereostratum corticioides (Berk. & Br.). Magn. appartient au genre monospecifique etabli par Magnus en 1899 a partir de materiel recolte au Japon. Signale en Chine. Nos recoltes venaient sur Nezasa ネザサ(Pleioblastus nezasa), commun au printemps dans l'ouest de Hondo, plus frequent in litt. sur P. simonii, Phyllostachys, Pseudosasa, Sasa, Arundinaria... メダケ
Skeletocutis odora ( Peck ex Sacc.) Ginns 1984 Synonymes : Polyporus odorus Peck ; Poria odora Sacc. 1888 ; Antrodia odora ( Peck ex Sacc.) Gilb. & Ryvarden 1985 ; Poria gilvella Pilat ex Pilat 1953 ; Gloeoporus tschulymicus ( Pilat) Bond & Sing. 1941 ; Incrustoporia tschulymica ( Pilat) Domanski 1963 ; Poria tschulymica Pilat 1932 ; Skeletocutis tschulymica ( Pilat ) Keller 1979
References : DM 102 p. 47 ; E.P. 2 p. 631 fig. 339
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Polyporales / Polyporaceae
Chapeau/Fructification : Resupine a presque noduleux sur substrats inclines, mou, un peu gelatineux ou cireux et aqueux au frais, souvent retracte en partie au sec, largement etale et jusqu'a 50cm de largeur, 1 cm environ d'epaisseur, marge cotonneuse bien delimitee, sterile au-dessous, blanche a translucide, etroite, 1-3 mm de large.
Lames/Pores : Face unie ou un peu bosselee, blanc sordide, teintee de vert-olive, d'ambre, creme ou beige pale au sec, avec souvent de petites taches decolorees au froissement. Pores anguleux, reguliers au debut, 3 a 6 par mm ( parfois 9), tres minces, laceres, bordes d'une pruine poudreuse blanche, comprimes et fendus en V, plus dentes et irreguliers avec l'age ou au sec, creme olive sordide et d'aspect huileux au sec. Couche des tubes concolore a la face poroide, resineuse et distinctement coloree au sec comparativement au subiculum pale, se fendant sur le long au frais et au sec, 2-10 mm de long.
Chair : Molle , gelatineuse, odeur forte, nauseeuse, acidique, d'ail ou de punaise des plantes au frais. Subiculum blanc aqueux a creme pale, parfois avec quelques zones denses, minces, jusqu'a 1 mm d'epaisseur.
Habitat : Sur bois mort de feuillus et de coniferes, exceptionnellement et accidentellement sur vieux basidiomes morts tel que Phellinus chrysoloma. Agent de carie blanche, molle et humide sur Abies, Alnus, Picea, Populus, Quercus.
Spores : Basidiospores allantoides, lisses, a paroi mince, hyalines, negatives dans le reactif de Melzer, 4-5 x 1-1,5 m. Basides subcylindriques-claviformes, 4 sterigmates, etranglees a la base, 10-18-(22) x 4,5-5,5m. Cystides absentes. Cystidioles fusoides, abondantes, a parois minces, lisses, 11-14 x 4-5 m. Dimitique : (1)- Hyphes generatrices hyalines, ramifiees, a parois minces, larges de 2,5-3,5 m, septees, bouclees. (2)- Hyphes squelettiques sclerifiees dans le subiculum, hyalines, a parois epaisses, larges de 3-5 m, bouclees.
Commentaires : Annuel. Peu frequent. Plutot Automnal. Remarque : Circumpolaire en zone boreale-temperee, largement repandu en Europe surtout en Finlande, Suede, Ukraine, extreme Est de Russie, connue en Chine et Japon.
Russula senecis S. Imai 1938 Noms francais : Russule fetide senile (オキナクサハツ)
Synonymes : R. subfoetens ss. Matsuura 1933
? R. punctipes Singer 1935
? R. illota Romagn. ss. Singer 1975
Russula senis selon Romagn. 1989

References : IH1 587
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 5-10 cm, brun jaunatre, fauve roussatre a ocre sale, Revetement fortement ride, parfois presque cerebriforme, et plus ou moins strie radialement a la peripherie, cutis souvent rompu-fendille a lacere par temps sec et laissant alors apparaitre la chair jaune sale. Brun rougeatre au centre qui est lubrifie et souvent imbu, mais granule-chagrine sous la loupe.
Lames/Pores : sublibres, assez serrees a (6/cm a un cm de la marge), assez epaisses, larges de 0,6-1 cm, blanc jaunatre a beige sordide, tachees de brun rouge ca et la, arete erodee, brun rouille sombre. Reflet vineux-purpurin des taches selon l'incidence.
Chair : odeur faible, saveur acre a tres acre. FeSO4 brun et lent sur le stipe. Gaiac vert bleu sombre tres rapide (moins de 5 secondes). R56 (Dagron) sur lame entiere debute apres 10 secondes, diffuse 20 sec mais restant longtemps limite a la peripherie, n'est terminee qu'en 10 minutes.
Stipe : 5-10 x 1-1,5 cm, subcylindrique, souvent epaissi et courbe a la base, caverneux puis creux, jaune sale, plus ou moins roussatre par detersion.
Habitat : Gregaire et commune en ete-automne en forets a Castanopsis, Quercus etc., rarement sous coniferes. Japon, Nouvelle-Guinee (Hongo 1973), Extreme-orient russe( ? Vassilieva 1973), Coree du Sud (Hongo 1976), Chine (1979).
Spores : globuleuses, 7-5-9 m, remarquablement ailees de fortes cretes peu connexees. Sporee blanche.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Comme R. illota, les lames sont ponctuees de brun noir, aussi Henri Romagnesi nous avait prevenu que ce taxon de Imai serait prioritaire sur le sien en cas d'identite... Mais nous avons compare les autres caracteres differentiels, notamment le revetement pileique ride (aspect de vieillard de l'epithete) et plus tourmente, et l'ornementation sporale fortement ailee. Reste en course la punctipes de Singer 1935, recoltee en Chine par Rolf... qui serait aussi la meme espece selon l'auteur americain (1975, 1984).
Pseudocolus fusiformis (E. Fisch.) Lloyd 1909 Noms francais : Colus de Schellenberg ; Calmar puant ; Champignon Vajra (サンコタケ)
Synonymes : Colus shellenbergiae ;Pseudocolus schellenbergiae ; Pseudocolus javanicus ; Pseudocolus fusiformis
References : IH2 898 ; IOH p. 516
Groupe : Phalles
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Phallales / Phallaceae
Chapeau/Fructification : Jaune pale au stade d'uf; gelatineux a l'interieur, avec des rhizomorphes blancs attaches a la base. A maturite, developpe une fructification 2,5-8 cm de hauteur, composee de 3-5 tentacules effiles divergents d'une racine commune.
Habitat : Saprophytes, solitaire ou en groupe a la lisiere des bois, ou dans les parcs et jardins; commun dans diverses localites de l'Est Amerique du Nord, Japon, Coree en ete et automne.
Spores : 4,5-5,5 x 2-2,5 μm, elliptiques a ovoides, lisses.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Le nom japonais fait reference a la ressemblance avec le Vajra, arme du dieu Indra, instrument et symbole du culte hindouiste: http://fr.wikipedia.org/wiki/Vajra
Pleurotus salmoneostramineus Vasil. 1973 Noms francais : Pleurote saumon et paille ; Pleurote couleur d'ibis crete (トキイロヒラタケ)
Synonymes : Pleurotus djamor (Rumph. ex Fr.) Boedijn 1959 [nom prioritaire] ;
P. leptogrammus ; P. eous ; P. ostreatoroseus ; P. incarnatus

References : IH1 5 ; CD 150 ; IOH p. 17 ; DM 100 p. 242-243
Groupe : Pleurotes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Tricholomatales / Pleurotaceae
Chapeau/Fructification : 4-14 cm, d'abord convexe conchoide, puis spatuliforme a reniforme en s'etalant, plus ou moins deprime et festonne vers la fin, a cuticule lisse de couleur rose saumone, plus ou moins prononcee, nuance de jaune-paille pale par endroits. Marge incurvee et souvent fortement ondulee, de couleur nettement plus pale, voire blanchatre.
Lames/Pores : etroites et serrees, decurrentes, a nombreuses lamelles et lamellules, subconcolore au chapeau, jaune paille pale a rosatre saumone (inde nomen).
Chair : assez epaisse, douce, aromatique a vaguement farineuse
Stipe : excentre, tres court ou rudimentaire et coude, subconcolore.
Habitat : ete-automne sur souches et branches mortes de feuillus divers et arbustes d'agrement, souvent parasite de blessure.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Synonyme de Pleurotus djamor (Rumph. ex Fr.) Boedijn, cette espece est desormais consideree au sens (trop?) large, synonymisant P. eous aux lames blanches a creme (Inde, tres thermophile), la var. roseus Corner a sporee blanche, etc. Note sur les recoltes japonaises: Vient sur saules, peupliers, charmes... ici fructifiant sur blessure d'un tronc de glycine. Facile a cultiver, cf. Japan Times 94-97 et G. Fourre et D. Guez in Bull. Feder. Mycol. Dauphine-Savoie 129 p. 5-7, cette espece n'est plus commercialisee au Japon en raison de sa couleur dissuasive et sa comestibilite douteuse.
Phillipsia domingensis ( Berk.) Berk 1881 Synonymes : Peziza domingensis Berk. 1852 ; Otidea domingensis ( Berk.) Sacc. 1889 ; Helotium purpuratum Kalchbr. 1880 ; Lachnea crispata Sacc. 1889 ;Phillipsia kermesina Kalchbr. & Cooke 1880 ; Molliardiomyces domingensis Paden 1984
References : Pezizales du Costa-Rica
Groupe : Pezizes
Classification : Ascomycota / Hymenoascomycetes / Pezizales / Sarcoscyphaceae
Chapeau/Fructification : Fructification "pezizale" en forme de disque de 0,5 a 7,5 cm de diametre. Surface fertile lisse, rouge vif a rouge vineux ; face inferieure, lisse, blanc a blanc creme rose.
Chair : Coriace, solide, blanche ; saveur et odeur indistinctes.
Stipe : Dans certains cas, de 1,5 cm de long, et de 0,6 cm de large, blanc-creme.
Habitat : Sur bois pourri.
Spores : Asques octospores. Ascospores 24-28 x 11-14 a extremites pointues et remarquablement marquees par 3 a 5 stries longitudinales.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Pas rare. De Mai a Decembre. Espece des Iles Caraibes,de Guyane, Mexique, Afrique, Australie, Japon. Remarques : Remerciements pour les donnees microscopiques de Mr J.L. Cheype.
Oudemansiella venosolamellata (Imaz. & Toki) Imaz. & Hongo 1957 Noms francais : Fausse mucidule visqueuse (ヌメリツバタケモドキ)
Synonymes : Mucidula v. Imazeki & Toki 1955 ;
Mucidula mucida var. v. (Imaz. & Toki) R.H. Petersen 2010

References : IH1 152
Groupe : Collybies
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Tricholomatales / Dermolomataceae
Chapeau/Fructification : 2-6 cm, hemispherique puis plan-convexe,tres putrescible et revetu de mucus, teinte de brun grisatre au disque dans la jeunesse, puis presque entierement blanc.
Lames/Pores : echancrees-adnees, larges, espacees, sinueuses anastomosees, parcourues de nombreuses veines longitudinales ou interveinees.
Chair : mince, blanchatre ou grisatre
Stipe : 1,5-4 x 0,3-1 cm
Habitat : sur bois de Fagus, du printemps a l'automne. Japon (endemique?)
Spores : 18,5-25,5 x 14-23 m
Comestibilite : Sans interet
Lysurus mokusin (L.) Fr. 1823 Noms francais : Lanterne pekinoise ; Satyre de Mokusin ; Champignon-pince (ツマミタケ)
Synonymes : L. mokusin f. sinensis Y. Kobayasi 1938 ;

References : FAMM 11 p. 10-13 - OSTROVIDOW S. Un Gasteromycetes oriental rare en Europe : Lysurus mokusin (L.) Fr. ; CD 1751 ; IH2 897 ; DM 100 p. 265 ; IOH 515 ; Kinoko Field Book p. 277
Groupe : Phalles
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Phallales / Clathraceae
Chapeau/Fructification : D'abord un uf blanc, 1-3,5 cm, de consistance gelatineuse, d'ou s'erige, a l'eclosion, une tige a base quadrangulaire ou polygonale portant 3-7 bras, le plus souvent reunis en pointe de fleche au sommet, parfois s'ecartant a maturite, evoquant une pince a glace (a griffes), ou une lanterne de jardin, selon la cohesion des bras.
Chair : Gleba sur la face interieure des bras. Nauseabonde (excrements, vase...)
Stipe : 10-15 x 1,5-2,5 cm, spongieux blanc rosatre, rose saumone a rouge orange, forme de 4 a six cotes aux aretes saillantes, plus ou moins rainures longitudinalement.
Habitat : Espece penetropicale asiatique (Chine, Japon, Coree), introduite et invasive en Australie, Ameriques, Europe... venant isolee ou eparse en juin (ou saison des pluies), ou tardif et en groupe sur chablis d'ecorce, etc. Helio-thermophile au bord des sentiers, bambouseraies, jardins etc.
Spores : 4-6 x 2-2,5 m, cylindriques, hyalines, lisses, a parois minces, avec appendice hilifere au SEM. Basides 7-8 spores.
Comestibilite : Sans interet
Hygrocybe acutoconica (Clements) Singer (1951) [1949]
Pas de photo disponible
Synonymes : Hygrophorus conicus var. persistens Britzelmayr (1890) , Bericht des naturwissenschaftlichen vereins fur schwaben und Neuburg, 30, p. 200
Mycena acutoconica Clements (1893) , Botanical survey of Nebraska, 2, p. 38 (Basionyme)
Hygrophorus persistens (Britzelmayr) Britzelmayr (1893) , Botanisches centralblatt, 54, p. 98, fig. 64, 75-77
Prunulus acutoconicus (Clements) Murrill (1916) , North American flora, 9(5), p. 330
Hygrocybe californica Murrill (1916) , North American flora, 9(5), p. 382 (' Hydrocybe ')
Hygrophorus californicus (Murrill) Murrill (1917) , Mycologia, 9(1), p. 40
Hygrocybe constans J.E. Lange (1923) , Dansk botanisk arkiv, 4(4), p. 24 (nom. illegit.)
Hygrocybe langei Kuhner (1927) , Le Botaniste, 18, p. 175
Hygrophorus rickenii Maire (1930) , Bulletin de la Societe mycologique de France, 46(3-4), p. 220
Hygrophorus conicus subsp.* rickenii (Maire) Maire (1933) , Treballs del Museu nacional de ciencies naturals de Barcelona, serie botanica, 15(2), p. 56
Hygrophorus subruber (Murrill) Murrill (1939) , Bulletin of the Torrey botanical Club, 66, p. 160
Hydrocybe subrubra Murrill (1939) , Bulletin of the Torrey botanical Club, 66, p. 159 (' subruber ')
Hygrocybe persistens (Britzelmayr) Singer (1940) , Revue de mycologie, Paris, 5, p. 8
Hygrophorus acutoconicus (Clements) A.H. Smith (1947) , North American species of Mycena, p. 472
Hygrocybe acutoconica (Clements) Singer (1951) [1949], Lilloa, 22, p. 153 (nom actuel)
Hygrophorus langei (Kuhner) A. Pearson (1952) , Transactions of the British mycological Society, 35(2), p. 105
Hygrocybe amoena f. pratensis R. Haller Aar. & Metrod (1955) , Schweizerische zeitschrift fur pilzkunde, 33(3), p. 35
Hygrocybe amoena f. sylvatica R. Haller Aar. & Metrod (1955) , Schweizerische zeitschrift fur pilzkunde, 33(3), p. 35
Hygrophorus acutoconicus f. japonicus Hongo (1956) , Journal of Japanese botany, 31, p. 145
Hygrocybe acutoconica f. japonica Hongo (1959) , in S. Ito, Mycological Flora of Japan, 2(5), p. 75
Hygrophorus subglobisporus P.D. Orton (1960) , Transactions of the British mycological Society, 43(2), p. 267
Hygrophorus acutoconicus var. microsporus Hesler & A.H. Smith (1963) , North American species of Hygrophorus, p. 139
Hygrocybe subglobispora (P.D. Orton) M.M. Moser (1967) , Kleinen kryptogamenflora von mitteleuropa, band 2b/2, Edn 3, p. 67
Hygrocybe aurantiolutescens P.D. Orton (1969) , Notes from the royal botanic Garden, Edinburgh, 29(1), p. 103
Hygrocybe aurantiolutescens f. pseudoconica Bon (1976) , Documents mycologiques, 6(24), p. 42
Hygrocybe konradii var. pseudopersistens Bon (1978) , Documents mycologiques, 8(30-31), p. 69
Hygrocybe konradii f. pseudopersistens (Bon) Arnolds (1985) , Persoonia, 12(4), p. 476
Hygrocybe subglobispora f. aurantiorubra Arnolds (1985) , Persoonia, 12(4), p. 477
Hygrocybe persistens var. langei (Kuhner) Bon (1987) , Documents mycologiques, 18(69), p. 35
Hygrocybe konradii f. albidifolia Bon (1988) , Documents mycologiques, 18(72), p. 63
Hygrocybe aurantiolutescens var. subconica Bon (1989) , Documents mycologiques, 19(75), p. 55
Hygrocybe persistens f. subglobispora (P.D. Orton) Boertmann (1995) , Fungi of Northern Europe, 1, p. 156
Hygrocybe acutoconica f. subglobispora (P.D. Orton) Boertmann (1995) , Fungi of Northern Europe, 1, p. 166
Hygrocybe acutoconica var. microspora (Hesler & A.H. Smith) S.A. Cantrell & Lodge (2000) , Mycological research, 104(7), p. 878
Hygrocybe persistens var. subglobispora (P.D. Orton) Krieglsteiner (2000) , Beitrage zur kenntnis der pilze mitteleuropas, 13, p. 30
Hygrocybe konradii f. bispora Bon & Lefebvre (2000) , Documents mycologiques, 30(119), p. 23
Hygrocybe persistens var. pallidocarnea D. Antonini & M. Antonini (2002) , Fungi non delineati raro vel haud perspecte et explorate descripti aut definite picti, 22, p. 11
Hygrocybe acutoconica var. pallidocarnea (D. Antonini & M. Antonini) Becerra & Robles (2012) , Boletin de la Sociedad micologica de Madrid, 36, p. 136

Groupe : Hygrophores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Hygrophoraceae
Heimioporus japonicus (Hongo) E. Horak 2004 Synonymes : Heimiella japonica Hongo 1969 ; Boletellus japonicus (Hongo) L.D. Gomez 1997 ; Boletellus retisporus (Pat. & Baker) Sing. ss.Hongo, non Pat. & Baker;
References : IH1 515 ; IOH p. 355
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 5-8 cm de diametre, d'abord hemispherique puis convexe a plan-convexe. Marge legerement saillante aigue sans etre excedante. Surface lisse, un peu lubrifiee par temps humide, mais finement veloutee sur le sec, rouge fonce a rouge brunatre, legerement lave de violet.
Lames/Pores : Tubes adnes a libres, deprimes autour du stipe, d'abord jaune citrin, puis olivatres, immuables; pores concolores aux tubes, ronds ou presque anguleux, 0,5-1 mm de diametre, immuables.
Chair : jaune pale, legerement teintee de rouge a la base du stipe, immuable au froissement ou tres legerement bleuissante.
Stipe : Stipe 6-13 x 0,7-1,2 cm, souvent renfle a la base qui peut atteindre 3 cm, plein. Revetement concolore au chapeau, le sommet souvent teinte de jaune, couvert d'asperites granuleuses, orne presque entierement d'un reseau en filet tres net et dense, la paroi de la jonction entre les mailles etant elle)meme couvertes de granules et mechules dressees.
Habitat : Solitaire a gregaire en ete-automne, a terre dans les forets de Pinus densiflora et Quercus serrata au Japon, sous Melaleuca, Allocasuarina, Eucalyptus et Leptospermum en Australie. Signale en Chine (couvert non documente).
Spores : Sporee olivatre. Spores elliptiques 9,5-15 x 7-8 m, fortement ornees d'un reticulum parietal.
Comestibilite : Inconnu
Gyroporus longicystidiatus Nagasawa & Hongo 2001 Noms francais : Faux bolet chatain (クリイロイグチモドキ) 
References : RTMI 39 p. 1-27 Nagasawa, E. 2001. Taxonomic studies of Japanese boletes. I. The genera Boletinellus, Gyrodon and Gyroporus. Reports of the Tottori Mycological Institute.
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Gyrodontaceae
Chapeau/Fructification : jusqu'a 8 cm, largement convexe a presque plan avec l'age, revetement tomenteux a floconneux-squamuleux, brun clair a brun, devenant brun orange a brun grisatre vers la marge, souvent tache ca et la de brun jaunatre. Marge legerement revolutee chez les vieux carpophores.
Lames/Pores : Tubes relativement courts, jusqu'a 8 mm de long, emargines-adnexes a libres, d'abord blancs, puis jaune pastel a la maturite. Pores minuscules, 2-3/mm, concolores aux tubes, avec des taches de bronze ca et la dans la vieillesse.
Chair : blanche, lavee d'orange grisatre sous la surface, immuable dans les blessures, la couche corticale plutot dure, jusqu'a 8 mm d'epaisseur dans le chapeau, caverneuse et vite creuse dans le stipe. Odeur et saveur indistinctes.
Stipe : jusqu'a 7,5 x 1,3 cm, et 2,8 cm a la base clavee, spongieux-farci, puis creux, surface seche, rugueuse-raboteuse, subtomenteuse a mate subfibrilleuse, plus pale que le chapeau, ou presque concolore integralement, mais le plus souvent teinte de blanchatre a orange pale au sommet.
Habitat : De juillet a debut Octobre, dans les bois de feuillus persistants, avec Castanopsis cuspidata, C. cuspidata-Abies firma, Quercus glauca-Q. acutissima, Pinus thunbergii, ou Fagus crenata-Quercus crispula. Japon (Hondo).
Spores : Sporee jaune pale sur le frais. Spores 7,2-9,6 x 4,8-6 m, elliptiques a plus ou moins oblongues, parfois subreniformes de profil, lisses, a paroi d'epaisseur variable, a grosse guttule huileuse, jaune pale in KOH, non-amyloide, parfois dextrinoides. Cheilocystides typiquement fusiformes a lageniformes, 30-126 x 8-18 m, rarement elliptiques (16-36 x 10-16 m), lisses, a paroi mince. Pleurocystides nulles.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : espece caracterisee par ses cheilocystides longues et volumineuses, proeminentes chez les jeunes carpophores, par lesquelles on la separe facilement de Gyroporus castaneus, d'habitus similaire par ailleurs. Les autres differences sont basidiospores a Qm= 1,5 +/-0,1, la stature robuste, la couleur un peu cannelle et des tubes relativement courts.
Gymnopus iocephalus (Berk. & M.A. Curtis) Halling 1997, Mycotaxon 63 p. 364 Noms francais : Collybie a chapeau violet ; Collybie odorante (ニオイカレバタケ)
Synonymes : Marasmius iocephalus (Berk. & M.A. Curtis) Penn. 1915 ;
Collybia iocephala (Berk. & M.A. Curtis) Singer 1946

References : Mycotaxon 63 p. 364 (Antonin, Halling & Noordeloos, 1997) ; IH1 136
Groupe : Collybies
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Omphalotaceae
Chapeau/Fructification : 2-2,5 cm, d'abord convexe avec la marge involutee, bientot plan-convexe puis etale a marge plus ou moins lobee-ondulee; surface humide au toucher, bientot seche et palissante, glabre, finement fibrilleuse sous la loupe, ruguleuse plissee a striee dans la region discale; teinte violette a rouge violace grisatre, lilas vineux ou violet vineux, puis palissant jusqu'au lilas rosatre ou grisatre.
Lames/Pores : Lames adnees, assez serrees, etroites (1 mm), violet rougeatre.
Chair : Chair tres mince, moins d'un millimetre, concolore avec le disque du chapeau. Odeur penetrante desagreable, alliacee ou de choucroute, de poudre a canon, sensible a plusieurs metres a l'entour. Saveur legerement nauseeuse, rappelant l'odeur.
Stipe : (2-)3-5(7) x 0,2-0,3(-0,5) cm, egal ou attenue au sommet, creux, flexible a tenace; surface violacee vineuse en haut, plus terne vers le bas, entierement couvert d'une pubescence blanchatre, la base enrobee d'un tomentum fibrilleux.
Habitat : Ete-Automne. Espece saprophyte, dispersee a sub-cespiteuse sur la litiere de feuilles et debris ligneux. Amerique du Nord (partie orientale), Afrique centrale (Togo), Japon.
Spores : Sporee blanche, spores ovoides-larmiformes, 5,5-9 x 2,5-4,5 m, non amyloides.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Sect. Iocephalae Singer ex Halling, Mycologia Mem. 8: 32. 1983 = Chapeau avec pigments violets, devenant bleu aux alcali. Cette espece est unique dans le genre par ses couleurs violettes dans tout le champignon, la pubescence du stipe et l'odeur desagreable.
Cyptotrama asprata (Berk.) Redhead & Ginns 1980 Synonymes : Lepiota asprata (Berk.) Sacc. 1887 ;
Armillaria asprata (Berk.) Petch 1910 ;
Xerula asprata (Berk.) Aberdeen 1962 ;
Xerulina asprata (Berk.) Pegler 1972

References : IH1 193 ; YK p. 137 ; AmericanMushrooms.com: Golden-scruffy Collybia
Groupe : Collybies
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Physalacriaceae
Chapeau/Fructification : Les squames epineuses sont caracteristiques sur les specimens jeunes. Remarquable couleur jaune plus ou moins orange, mele de vermillon au disque, herisse de squamules dressees, allure de pholiota squarrosa, mais chapeau vite plan.
Lames/Pores : subdecurrentes, remarquablement plissees et interveinees au fond.
Chair : jaune pale, tres mince, dure et cassante.
Stipe : concolore et revetu d'ecailles. Anneau tres fugace, souvent absent.
Habitat : plutot isole sur bois pourri et debris ligneux ou litiere de feuilles et surtout racines affleurantes de bambous. Ete-automne, assez commun au Japon dans les bambouseraies et en zone tropicale a subtropicale, depuis le Canada du Sud jusqu'en Afrique du Sud, y compris montagnes tropicales jusqu'a 3000m (i.e.Nouvelle Guinee).
Spores : 7-10 x 5-7 m
Comestibilite : Sans interet
Clitocybe amoenolens Malencon (1975) Noms francais : Clitocybe a bonne odeur
Synonymes : Clitocybe fallaciosa Malencon (1959) , Comptes rendus des seances mensuelles de la Societe des sciences naturelles et physiques du Maroc, 1, p. 23 (nom. illegit.)
Clitocybe amoenolens Malencon (1975) , Flore des champignons superieurs du Maroc, 2, p. 138, pl. 9, fig. 21 (Basionyme)
Paralepistopsis amoenolens (Malencon) Vizzini (2012) , Mycotaxon, 120, p. 257 (nom actuel)

References : BMBDS 149 p. 11-14 ; DM Memoire Hors Serie N 4 : Clitocybes, Omphales et ressemblants ; Moreau P.-A. et coll. Analyse taxonomique d'une espece toxique: Clitocybe amoenolens Malencon, Cryptogamie, Mycologie 2001:22 p. 1-23 ; Eyssartier et Roux p. 574
Groupe : Clitocybes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Tricholomataceae
Chapeau/Fructification : 4-7 cm, d'abord hemispherique, puis convexe a plan-convexe, enfin largement deprime, mais jamais creuse en entonnoir, a marge longtemps enroulee, courtement cannelee par l'empreinte des lames, non hygrophane. Revetement legerement visqueux par temps humide, mat-givre chez les jeunes puis finement dissocie en ecailles plus ou moins redressees, roussissantes depuis l'extremite jaune-ocre clair a brun jaunatre, puis roussissant fortement a partir du centre, parfois brun rougeatre dans la vieillesse, presque toujours taches de guttules plus sombre vers le centre, la marge longtemps givree-pruineuse.
Lames/Pores : moyennement serrees, 40-55, l (3) lamellules, larges de 2-3 mm, decurrentes, nettement delimitees en haut du stipe, separables quelques heures apres la recolte mais pas sur le frais, creme blanchatre puis ochrace pale, concolores au chapeau chez les jeunes; arete entiere, concolore.
Chair : assez epaisse et un peu elastique dans le chapeau, fibreuse dans le pied, creme jaunatre pale a isabelle. Saveur fongique-subfarineuse, aprescente sur le tard. Odeur forte, aromatique, agreable, irinee, de seringat ou de jasmin, rappelant Tricholoma caligatum ou Inocybe bongardi, ecurante a la longue.
Stipe : 2-5 x 0,4-1,2 cm, subcylindrique, parfois attenue en haut ou en bas, ou un peu renfle a la base, finement pruineux au sommet, creme ochrace, tache de roussatre a la fin; base profondement enfouie dans la litiere, a mycelium blanc, cotonneux, dense, agglomerant les aiguilles. Reaction jaunatre a KOH sur le revetement pileique (decoloration du pigment intracellulaire).
Habitat : Epicea, Meleze,
Spores : 4,3-4,97-5,6 x 3,0-3,48-4,0 m. Q = 1,43, V =64 m3, ovo-elliptiques a subglobuleuses, parfois un peu ovoides, a apicule tronque de 0,5-0,7 de long, lisses en microscopie optique, a paroi de 0,2 m d'epaisseur, a couche externe tres mince, legerement cyanophile; contenu uniguttule, a cytoplasme legerement cyanophile; spores uninucleees.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : En 1996, 5 personnes ont presente une erythermalgie 24 heures apres l'ingestion de champignons pris pour Lepista inversa (Scop.) Pat. Un collectif de 7 cas a ete reuni. Les symptomes (douleurs, brulures) evoluaient par paroxysmes, etaient calmes uniquement par des bains d'eau glacee, resistaient au traitement, et ont persiste plusieurs semaines. Ils etaient accompagnes d'un erytheme au moment des crises, et parfois d'un deme. L'exploration immunologique, toxicologique et de l'etat inflammatoire etait negative. L'electromyogramme a montre a 3 reprises de discretes lesions axonales. Ces troubles persistent de quelques jours a quelques mois. Il n'y a pas de signe digestif, pas d'atteinte hepatique ou renale. Ce syndrome a deja ete decrit au Japon pour le Clitocybe acromelalga Ichimura denomme localement "champignon aux brulures" et serait du a une atteinte des fibres non myelinisees du systeme nerveux autonome par l'acide acromelique A(AA-A). References : 1- Nakamura K., Shoyama F, Toyama J., Tateishi K., "Empoisonnement par le Dokou-sassa-ko" Japanese J. Toxicol. 1987 ; 0 : 35-9. 2- Konno K., Hashimoto K., Ohfune Y., Shirahama H., Matsumoto T., Acromelic acids A and B. Potent neuroexcitatory amino acids isolated from Clitocybe acromelalga. J. Am. Chem. Soc. 1988 ; 110 : 4807-15. 3- Bessard J. et coll. Mass spectrometric determination of acromelic acid A from a new poisonous mushroom: Clitocybe amoenolens. 4 - Moreau P.-A. et coll. Analyse taxinomique d'une espece toxique : Clitocybe amoenolens Malencon. Cryptogamie, Mycologie 2001:22:1-23 L'administration per os de Clitocybe amoenolens a 4 rats a montre une perte de poids, et chez les 2 rats les plus doses une prostration, des troubles locomoteurs du train posterieur et un ery theme des pattes. L'examen en microscopie electronique des nerfs sciatiques a objective des lesions axonales et myeliniques (J4). Conclusion : Une nouvelle etiologie toxique d'erythermalgie a ete mise en evidence. La toxicite de Clitocybe amoenolens a ete confirmee. Il est recommande de ne plus consommer Lepista inversa, Lepista gilva et Clitocybe gibba avec lesquels il peut etre confondu.
Clitocybe acromelalga Ichimura (1918) Noms francais : Poison des Sasa (ドクササコ) ; Champignon aux brulures (ヤケドキン)
Synonymes : Clitocybe acromelalga Ichimura (1918) , The botanical gazette (Crawfordsville), 65(1), p. 110 (Basionyme)
Neoclitocybe acromelalga (Ichimura) Singer (1986) , The Agaricales in modern taxonomy, Edn 4, p. 320
Paralepistopsis acromelalga (Ichimura) Vizzini (2012) , Mycotaxon, 120, p. 261 (nom actuel)

References : IH1 86 ; IOH p. 68 ; FMDS 116 p. 12-16 ; Eyssartier et Roux p. 42
Groupe : Clitocybes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Tricholomataceae
Chapeau/Fructification : 3-10 cm, en entonnoir a depression centrale large et peu profonde. Cuticule entierement separable sur le frais, glabre, lisse, jaune orange a rouge brique, visqueuse par l'humidite, recouverte d'une pruine blanchatre sur le sec. Marge longtemps enroulee puis etalee, costulee, hygrophane. Marginelle subconcolore a blanchatre.
Lames/Pores : Serrees a tres serrees (12-16 L/cm), longuement decurrentes, minces, inegales (autant de lamellules que de lames a la marge). Couleur blanchatre a creme orange pale. Arete concolore.
Chair : Mince, fibreuse dans le pied, odeur fruitee agreable, saveur fongique de Shii-take, voire amariuscule. Couleur jaunatre sale. Gaiac nul sur la chair, vert sombre rapide sur les revetements, lent sur les faces mais immediat sur l'arete des lames.
Stipe : 3-7 x 0,7-1,5cm, cylindrique, sinueux, attenue a la base, de consistance fibreuse, plein puis fistuleux. Revetement concolore d'apparence lisse, mais givre par endroits et plus ou moins pubescent de fibrilles longitudinales sous la loupe. Base pruineuse bien enfoncee dans la litiere.
Habitat : Terricole. Cespisteux ou en cercles sous ormes, bambous, Japon.
Spores : 1,6-4/2-3 , subglobuleuses, blanches, lisses, guttulees.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Avec Clitocybe amoenolens, cette espece est la seule connue a ce jour pour provoquer, trois jours environ apres ingestion, une erythermalgie ou acromelalgie (rougissement et elevation de temperature) des extremites (doigts, orteils, penis) avec paresthesie (sensation de fourmillement) et demes, puis des douleurs aigues sous forme de sensations de brulures intolerables, realisant une veritable torture au fer rouge, resistant aux antalgiques, mais temporairement soulagees par l'eau glacee. La marche, le sommeil et peu a peu tous les actes de la vie normale etant empeches ou perturbes, l'hospitalisation est necessaire. Les troubles, generalement non mortels, regressent lentement au bout de plusieurs mois (3-6 mois pour la douleur, jusqu'a un an pour les paresthesies). Toxines : une douzaine de toxines ont ete isolees au Japon, dont des acides amines proches de l'acide kainique, agoniste du glutamate : acide acromelique A et B, clitidine, etc.
Austroboletus fusisporus (Kawam. ex Imazeki & Hongo) Wolfe, Bibliotheca Mycologica, 69: 96, 1980 Noms francais : Bolet Yaksha (ヤシャイグチ)
Synonymes : Porphyrellus fusisporus Kawam. ex Imazeki & Hongo 1957
Strobilomyces fusisporus Kawam. (nom. nud.)

References : IH2 505 ; IOH p. 348
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 2,5-5 cm, convexe a plan-convexe, souvent avec un mamelon central, viscidule, brun fauve a brun cannelle (parfois teinte d'olivace), plus sombre au disque, finement veloute a plus ou moins squamuleux. Marge appendiculee de restes de voile general en flocons membraneux ocrace pale.
Lames/Pores : Tubes de 6 mm de long en moyenne, blanc puis brun vineux, sublibres, arrondis ou anguleux, 0,3-1 mm.
Chair : Chair assez mince, blanche, immuable, de saveur amere exhalant une odeur forte, agreable.
Stipe : 3,4-8,5 cm x 3-6 mm, subegal, parfois epaissi a la base, flexueux, plus pale que le chapeau, blanchatre au sommet, fortement sillonne-reticule, plus ou moins visqueux par l'humidite, plein puis farci, enfin caverneux, base enrobee d'un tomentum blanc.
Habitat : Solitaire ou en petits groupes sur le sol ou sur debris bien decomposes, en foret de feuillus (Castanopsis, etc.). Japon.
Spores : Sporee brun vineux. Spore jaune pale, largement fusoides, verruqueuses, 13,5-18,5 x 8-11 m. Basides tetrasporiques, 26-28 x 12-14,5 m.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Remarquable par son pied fortement et grossierement reticule, devenant visqueux par temps humide, son odeur forte et agreable, et ses spores fusiformes. La sporee est brun vineux sans aucune nuance olivacee. Le nom japonais de "Yasha" fait reference aux Yaksha, ces esprits plus ou moins bienveillants, dont les statues imposantes, souvent portant une armure ecailleuse, protegent les acces aux temples bouddhiques. http://fr.wikipedia.org/wiki/Yaksha
Amanita rubrovolvata S. Imai (1939) Noms francais : Amanite a volve rouge ; Petite amanite rouge (ヒメベニテングタケ)
Synonymes : Amanita rubrovolvata S. Imai (1939) , The botanical magazine, Tokyo, 53, p. 392 (Basionyme) (nom actuel)
Amplariella rubrovolvata (S. Imai) E.-J. Gilbert (1940) , Iconographia mycologica, 27, supplement 1(1), p. 79, 365

References : IH1 197 ; IOH p. 144 ; SMF 110 (1), Atlas pl. 283
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 2,5-4 cm de diametre, convexe puis plan ou faiblement creuse, rarement mamelonne, orange vif a orange-ecarlate ou rouge vermillon dans les deux-tiers de la partie discale, palissant a jaunatre orange vers la marge, recouvert de restes de volve farineux ou granuleux rouge orange a jaune; marge longuement striee-tuberculee jusqu'a mi-rayon, non appendiculee. Cuticule tres fine et membraneuse, subareolee, legerement visqueuse, couverte d'ecailles micacees separables, reduites dans la vieillesse en taches crustacees eparses?
Lames/Pores : Lames libres, blanchatre, intercalees de lamelles tronquees.
Chair : Mince, blanchatre a isabelle, fragile et orange pale sur les specimens nepalais.
Stipe : 4,5 - 11 x 0,4 - 0,7 cm, subcylindrique ou attenue au sommet, faiblement bulbeux au niveau de la volve; revetement blanc creme au dessus de l'anneau, de plus en plus jaune vers la base. Bulbe basal subspherique, 1-1,5 cm, recouvert de debris de volve pulverulents ou floconneux de couleur rouge, rouge orange a jaunatre. Anneau supere pendant, persistant ou caduc, finement membraneux, blanc sur la face superieure, jaunatre sur la face inferieure, l'arete etant soulignee de rouge (ou poudree d'orange sur les recoltes nepalaises). Volve friable, adnee au bulbe autour duquel elle est nettement marginee.
Habitat : Ete-automne, sous feuillus (Fagus, Quercus et Castanopsis principalement), plus rare sous melezes. Japon, Coree, Chine, Inde du nord et Nepal, Sud-est asiatique...
Spores : Sporee blanche a legerement creme. Spores globuleuses 7-8,5 x 6-7,5 m (7,5-10 m pour les recoltes nepalaises), apiculees, a grosse guttule, non amyloides. Boucles absentes.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Belle amanite de petite taille aux couleurs vives. Guy Durrieu avait observe cette espece, nouvelle pour le Nepal, dans la vallee de Langtang en 1982 sous Quercus semecarpifolia. Description complete dans le bulletin trimestriel de la Soc. Mycol. France tome 110, fascicule 1, pp. 29-32 + pl. 283 (Atlas SMF). Le genre Amanita au Nepal (II)
Isaria tenuipes Peck 1879 Synonymes : Isaria japonica Yasuda 1915; Paecilomyces tenuipes (Peck) Samson 1974
References : IOH p. 581
Groupe : Clavaires
Classification : Ascomycota / Sordariomycetes / Hypocreales / Cordycipitaceae
Chapeau/Fructification : 1 a 20 stromas jaune de miel a jaune pale emergeant de la chrysalide a 1-4 cm au dessus du sol, en forme de balai ou coralloide.
Habitat : Parasite les pupes de divers lepidopteres enfouies dans le sol. Japon, Nepal.
Spores : Conidies ellipsoides 1,5 2,7μm
Amanita virgineoides Bas (1969) Synonymes : Amanita vittadinii ss. Hongo (1954) , Journal of Japanese botany, 29, p. 88
Amanita virgineoides Bas (1969) , Persoonia, 5(4), p. 435 (Basionyme)

References : IH1 232 ; IOH p. 170-171
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : Chapeau 7-15 cm, hemispherique puis convexe, longtemps blanc, ochrace pale dans la vieillesse, entierement couvert de verrues blanches coniques a pyramidales.
Lames/Pores : Lames libres, serrees, inegales, blanches, entieres.
Stipe : Stipe central, 8-20 2-3 cm, massif, blanc, couvert de verrues coniques. Anneau membraneux, blanc, fragile. Volve bulbeuse, blanche, couvertes de verrues coniques.
Habitat : Sous feuillus, Japon, Chine, Coree du Sud
Spores : Spores largement ellipsoides, hyalines, lisses, amyloides 7,5-10 6-8 μm, hyphes non bouclees.
Comestibilite : Comestible
Tricholoma magnivelare (Peck) Redhead (1984) Noms francais : Armillaire lourd ; Tricholome a grand voile ; Matsutake Americain
Synonymes : Agaricus ponderosus Peck (1873) , Bulletin of the Buffalo Society of natural sciences, 1, p. 42 (nom. illegit.)
Agaricus magnivelaris Peck (1878) [1876], Annual report of the New York state Museum of natural history, 29, p. 66 (Basionyme)
Armillaria ponderosa Saccardo (1887) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 5, p. 78
Mastoleucomyces ponderosus (Saccardo) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 861
Armillaria arenicola Murrill (1912) , Mycologia, 4(4), p. 212
Armillaria magnivelaris (Peck) Murrill (1914) , North American flora, 10(1), p. 37
Tricholoma murrillianum Singer (1942) , Lloydia, 5, p. 113
Tricholoma ponderosum (Saccardo) Singer (1951) [1949], Lilloa, 22, p. 227
Tricholoma magnivelare (Peck) Redhead (1984) , Transactions of the mycological Society of Japan, 25(1), p. 6 (nom actuel)

References : McNeil, R. 2006. Le grand livre des champignons du Quebec et de l'est du Canada. Editions Michel Quintin.
Groupe : Tricholomes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Tricholomataceae
Comestibilite : Bon comestible
Commentaires : Lien Mushroomexpert.com Malgre son surnom de "American Matsutake", cette espece n'est pas le veritable et tres jalouse "Matsou-take" (Tricholoma matsutake Singer) du Japon infeode au Pinus densiflora.
Boletus fraternus Peck 1897 Noms francais : Bolet frere (de B. barlae Fr.) ; Champignon a odeur de ferment de sake (コウジタケ)
Synonymes : Boletus rubellus subsp. fraternus ; Boletus rubellus ss. auct. jpn. plur.
References : IH2 551 ; IOH p. 327
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : De taille modeste, 4-7 cm, revetu de fibrilles rouge-sang a rouge sombre, finement fissure-craquele, laissant apparaitre la chair jaune sous-jacente.
Chair : Chair rose, lentement bleuissante a l'air. Saveur douce, odeur rappelant le "Koji", ferment de sake ou "malt" de riz (Aspergillus oryzae)
Habitat : Vient de juin a novembre a terre, affectionne la pelouse des jardins et parcs, egalement sous feuillus (Fagus). Amerique du Nord et Japon.
Spores : 12-16 x 5-6,5 μm.
Comestibilite : Comestible
Boletus pseudocalopus Hongo 1972 Noms francais : Faux bolet a beau pied (ニセアシベニイグチ)
References : RTMI 12 p. 31-40 (1975) ; IH2 552 ; IOH p. 328
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 6-14 cm, convexe a plan-convexe, cuticule seche, collante par temps humide chez les sujets ages, d'abord finement tomenteuse, puis presque glabre, brun rougeatre (bai, rouille a chatain) uniforme dans la jeunesse, la marge plus pale (cannelle a sepia), a la fin palissant entierement, de brun cannelle a chamois. Marge d'abord incurvee a infractee.
Lames/Pores : Tubes adnes a brievement decurrents, en continuite avec le reticulum apical du stipe, jaune d'ambre puis jaune ocrace, virant assez rapidement au bleu verdatre a la coupe, courts par rapport a la taille du chapeau, de 3 a 6 mm de long; pores concolores aux tubes, subanguleux a anguleux, 1-3 par mm, bleuissant au froissement comme les tubes.
Chair : Chair tres epaisse, jusqu'a 2,5 cm, jaunatre, immuable ou virant faiblement au bleu verdatre chez les jeunes. Saveur douce, odeur plaisante. Chair du stipe d'un jaune plus soutenu, immuable en general, souvent tachee de rouge a la base, rouge brunatre dans les galeries des larves.
Stipe : 7-10 cm de long, epaissi vers le bas, 0,9-1,6 cm de diametre au sommet et 1,6-4 cm a la base, parfois clave ou legerement bulbeux, plein, revetement jaune, finement ponctue de rouge brunatre sombre a brun Madere (brun violace), jaune et finement reticule seulement au sommet (au moins dans la jeunesse), noircissant avec l'age ou a la manipulation.
Habitat : Pas rare sous feuillus (Quercus serrata, Castanea crenata), ou meles de Pinus densiflora, en solitaire ou dissemines, de l'ete au debut de l'automne, endemique (Japon central)
Spores : Jaune de miel pale sous le microscope, legerement teintees d'olivatre dans KOH, subcylindracees a subfusiformes, boletoides, 10-12,5 x (3,5)-4-(5) m, lisses, paroi inferieure a 0,5 m. Basides tetrasporiques, 27 x 8-10 m. Pleurocystides eparses, ventrues-fusoides, prolongees d'un col etroit, 40-58 x 11-14 m. Cheilocystides sphero-pedonculees ou clavees, a paroi mince, 20-33 x 10-13 m. Trame des lames bilaterale, typique du genre. Boucles absentes.
Commentaires : L'epithete "pseudocalopus" suggere une affinite avec B. calopus de la section Calopodes, mais la ressemblance par ses couleurs est superficielle. Il s'en distingue aisement par sa saveur douce et son reseau confine au sommet du stipe. B. speciosus s'en distingue aussi par son pied finement reticule et son chapeau rose. Cette espece pourrait etre rattachee a la section Luridi (Subpruinosi ss. Singer 1962) aux cotes de B. bicolor Peck.
Marasmius purpureostriatus Hongo 1958 Noms francais : Marasme strie de pourpre (スジオチバタケ)
References : IH1 163
Groupe : Marasmes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Marasmiaceae
Chapeau/Fructification : Chapeau conique a campanule, 1,5 ~ 2,5 cm, blanchatre, remarquablement strie de brun violace sombre, surligne au dessus de chaque lame (de sorte que l'on peut les compter par transparence sans retourner le champignon). Mamelon central saillant. Marge droite et crenelee.
Lames/Pores : Lames emarginees ou libres, etroites, tres espacees, creme jaunatre a grisatre pale, tiquetees de rouille, finement pubescentes a la marge.
Chair : Tres mince, insipide, saveur nulle.
Stipe : Stipe 4-11 x 0,1-0,4 cm, concolore aux lames au sommet, violet ailleurs, recouvert d'une pruine blanchatre chez le jeune, bientot lisse et brunissant, puis noircissant avec l'age. Base guetree de longs poils, souvent coudee par un bourrelet de coton mycelien agglutinant des debris vegetaux varies, feuilles et brindilles.
Habitat : Printemps-Automne, sous feuillus dans la litiere de feuilles mortes et brindilles. Longtemps endemique au Japon, des recoltes lui ont ete rapportees de Malaisie, Thailande, Coree et Nouvelle Guinee.
Spores : Hymenium coriace d'hyphes entrelacees 4 ~ 7 m de large, aspect gelifie rendant les coupes assez floues. Spores rares sur nos specimens, en cigare ou cystidiformes, de grande taille: 2130 5-7 m, brun sous le microscope. Cheilocystides largement clavees a fusoides ou utriformes.
Comestibilite : Sans interet
Marasmius maximus Hongo 1962 Noms francais : Marasme grand Phenix (オオホウライタケ)
References : IH1 164
Groupe : Marasmes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Marasmiaceae
Chapeau/Fructification : Chapeau 3,5-10 cm, campanule-convexe, vite plan, mamelon plus ou moins net, longuement strie-cannele sur la moitie externe. Revetement glabre, beige ochrace, brunatre fonce au disque, subhygrophane, blanchissant en sechant.
Lames/Pores : Lames larges (2-7 mm=), falciformes, espacees, 3-4 grandes lames/cm a un cm de la marge, adnees ou sublibres a arrondies au pied, plus pales que le chapeau. Lamellules intercalees 1-2 et souvent inclinees, interveinees.
Chair : Saveur douce.
Stipe : Stipe assez court (4) 6-9 X 0,4 - 0,6 cm, souvent comprime, fibreux, se fendant longitudinalement, creux et vide. Revetement subfibrilleux, brun pale a fonce, plus ou moins tigre au sommet, brusquement attenue a la base, noircissant et devenant veloute comme un Xerula avec l'age tandis que le chapeau se retrousse.
Habitat : Gregaire a cespiteux, en ete-automne, a terre sous feuillus, coniferes, dans les bambousseraies, etc. Japon.
Spores : Spores hyalines, congophobes, non amyloides, fusiformes-ellipsoides 3-4 x 6-9 m. Basides tetrasporiques, 22-27 x 5-6 m. Cystides nombreuses, plus ou moins clavees, 15-30 x 6-10 m.
Commentaires : Differe de M. oreades par l'habitat et le chapeau fortement strie. Le nom japonais de "Grand Phenix" evoque sa grande taille et la reviviscence propre aux marasmes.
Tylopilus valens (Corner) Hongo & Nagasawa 1976 Noms francais : Bolet vaillant ; Bolet pudibond (ホオベニシロアシイグチ)
Synonymes : Boletus albellus Massee 1909 non Peck ;
Boletus valens Corner 1972 ;
Boletus valens var. macrosporus Corner 1972 ;
Pseudoaustroboletus valens Yan C. Li et Zhu L. Yang 2014

References : RTMI Reports of the Tottori Mycological Institute 14: 87 (1976) ; IH1 569
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : (3)5-13(15) cm, hemispherique puis convexe, enfin plan, onduleux a faiblement deprime, a cuticule un peu visqueuse par temps humide, gris-brun a brun sombre olivace, tomenteux, puis glabre, plus pale vers la marge.
Chair : Saveur non amere, acidule
Stipe : 7-15 x (1)1,5-2(3) cm, clave a la base, farci, revetement blanc a grisatre pale, reticule scabreux.
Habitat : isole ou en troupes dans les bois meles de Pinus densiflora/Quercus serrata, ou de feuillus Quercus/Castanopsis. Japon, Chine, Singapour, Malaisie, Borneo
Comestibilite : Comestible
Phanerochaete chrysorhiza (Torr.) Budington & Gilb. 1973 Synonymes : Hydnum fragilissimum ; Hydnum ischnodes ; Hydnum chrysocomum ; Hydnophlebia c. ; Odontia crocea ; Mycoleptodon ljubarskyi
References : IH1 710
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Polyporales / Phanerochaetaceae
Chapeau/Fructification : Basidiocarpes densement etales ,fragiles, pelliculaires, facilement separables du substrat;
Lames/Pores : Surface de l'hymenium jaune orange vif, orange fonce, devenant fortement hydnacee, aiguillons cylindriques, jusqu'a 1 mm de long; rhizomorphes
Habitat : Sud-est des USA, Japon, Siberie orientale, sur bois de feuillus principalement
Spores : basidiospores largement ellipsoides , hyalines , non amyloides , lisses, 5-6 x 4-4,5 m.
Comestibilite : Sans interet
Ganoderma neojaponicum Imazeki (1939) Noms francais : Louche de petit-enfant(マゴジャクシ)
Synonymes : Ganoderma neojaponicum Imazeki (1939) , Bulletin of the Tokyo science Museum, 1, p. 37 (Basionyme)
References : Imazeki 1939, Bull. Tokyo Sci. Mus. 1: 37 ; IH1 830 ; IOH 485
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Aphyllophorales / Ganodermataceae
Chapeau/Fructification : Chapeau dimidie a reniforme, plan, 3-11 x 4-11 cm. Marge mince et incurvee. Surface rouge brun tres sombre, presque noire, glabre, brillante comme laquee, rayee radialement.
Lames/Pores : Tubes brun cannelle sombre 0,2-1 cm de long; pores isabelle a cannelle, circulaires a anguleux, 3-5/mm.
Chair : mince, jusqu'a 8 mm, fibreuse a subereuse, blanc creme sous la surface pileique, brun cannelle au dessus des tubes.
Stipe : Stipe lateral, rarement central, vertical, 8-24 x 0,7-1,2 cm, surface noire et laquee.
Habitat : Sur coniferes.
Spores : ellipsoides, tronquees au sommet, jaune pale, 9-13 x 6-8 m, a double paroi, les deux couches etant separees par des piliers interparietaux.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Se distingue aisement de G. lucidum par ses spores plus elancees, ses carpophores plus sombres, son stipe plus long et mince et son habitat limite aux coniferes. Si on tient ce champignon par la base de son long pied, avec la tete en bas, montrant sa face inferieure concave, la ressemblance avec une louche est flagrante. D'ou les nombreux noms vernaculaires integrant le mot louche. Sur le plan esoterique, Ganoderma lucidum sensu lato a une longue reputation et usage de talisman ou de symbole de porte-bonheur.
Inonotus vallatus (Berk.) Nunez & Ryvarden 2000 Synonymes : Onnia orientalis ; Onnia vallata
References : IH1 845
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Hymenochaetales / Hymenochaetaceae
Chapeau/Fructification : turbine, 3-10 cm de haut, 3-13 cm de projection, 0,3-1 cm d'epaisseur, fauve a brun cannelle, rarement zonee a la marge, surface tomenteuse a presque glabre, souvent veloutee et douce au toucher.
Lames/Pores : Tubes courts, 3 mm de profondeur. Pores serres, 6-7/mm, fauve a brun ferrugineux,
Chair : dure, jaune brunatre
Stipe : Base courtement stipitee, centrale ou laterale, epaissi vers les pores, cannelle a brun madere, consistant et ferme.
Habitat : Rare espece annuelle venant sur racines enfouies de coniferes. Japon central, Chine, Philippines, Inde, Himalaya, Nepal.
Spores : subglobuleuses a largement ellipsoides, 3-5 x 2,5-5 m, subhyalines. Basides 20-25 x 6-8 m.
Comestibilite : Sans interet
Russula alboareolata Hongo 1979 Noms francais : Russule blanche vergetee (ヒビワレシロハツ)
References : IH1 600
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 5-8 cm, d'abord convexe puis plan, enfin deprime en entonnoir, surface visqueuse par temps humide, finement pruineuse, peu separable, blanche, blanc d'ivoire sordide au disque, souvent rimeuse areolee. Marge devenant cannelee-tuberculeuse avec l'age.
Lames/Pores : blanches, presque libres, rarement decurrentes par la dent, subdistantes, souvent fourchues, egales, interveinees, 4-7 mm de large, assez epaisses et fragiles.
Chair : plutot mince, blanche. Saveur douce, odeur subnulle.
Stipe : 2-5,5 x 1-1,7 cm, subegal ou attenue a la base, blanc, ridule a strie, farci ou creux. FeSO4 reaction faible, saumone pale. Gaiac rapide vert glauque sombre.
Habitat : Solitaire, mais frequente en forets de Castanopsis et chenes verts.
Spores : creme pale en masse, 6,5-8,5 x 5,5-7 m, spheriques a ovales, ornees de verrues isolees ou parfois catenulees, reliees par un reticulum plus ou moins complet.
Commentaires : Russule pallidosporee caracterisee par sa couleur entierement blanche, et son pied pruineux areole comme R. virescens, frequente sous les chenes verts. Japon, Taiwan et signalee dans la peninsule de Malaisie (selon Watling et Lee, 1998 en association avec certaines especes de Dipterocarpaceae). Tres proche de R. eburneoareolata Hongo, a chair plus ferme et stipe ivoirin.
Russula compacta Frost 1879 Noms francais : Russule compacte ; Russule fauve rougeatre (アカカバイロタケ)
References : IH1 584 ; IOH 360 ; Phillips (NA) p. 109
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 7-10cm, convexe puis plan, enfin deprime ou un peu creuse en entonnoir. Revetement sec, glabre ou plus ou moins granulo-squamuleux, surtout au disque, cannelle a canelle-chamois. Marge incurvee dans la jeunesse.
Lames/Pores : Lames sublibres, serrees, souvent fourchues, plutot etroites (4mm env.), blanches a creme pale se tachant de brunatre au froissement.
Chair : Chair epaisse, compacte, cassante, blanche devenant lentement brun rougeatre a l'air. Saveur douce. Odeur desagreable de hareng, accentuee en sechant.
Stipe : Stipe 4-6 x 1,5-2cm, egal, ferme, legerement ride, farci, blanc, brunissant au froissement.
Habitat : Automne, a terre, plutot sous Fagaceae. Amerique du Nord (Est), Japon (Ouest de Hondo), Tasmanie.
Spores : Sporee blanche. Spore subglobuleuse 8-9 x 7-8 m, fortement verruqueuse et subreticulee. Ornementation amyloide. Baside tetrasporique 40-53 x 9,5-12 m, lanceolee-mucronee. Cheilocystides et pleurocystides abondantes: 46-48 x 6-9 m.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Noter que R. compacta est classee dans le sous genre Compacta mais pas dans la section Compactae, ni la sous-section Xerampelinae malgre son odeur de poisson et sa chair verte au FeSO4.
Russula japonica Hongo 1954 Noms francais : Fausse russule sans lait (シロハツモドキ)
Synonymes : R. pseudodelica ss. Hongo non Lange
References : IH1 578 ; IOH 357
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 6-14(20)cm, convexe mais avec le centre deja deprime, puis en entonnoir (mais moins creuse que R. delica qui est dite "en liseron"). Surface seche, lisse ou finement poudree, d'abord blanc puis jaune sordide a brun sale. Marge souvent ondulee.
Lames/Pores : libres puis, le chapeau s'ouvrant, souvent decurrentes, blanches puis creme ocrace pale (mais plus fonce que R. delica), enfin beige sordide (jamais de reflet bleuatre), vite tachees d'ocre-rouille tres serrees, etroites (1-4 mm).
Chair : epaisse dans le chapeau, dure, blanche, presque insipide, parfois amariuscule.
Stipe : trapu, 3-6 x 1,2-2 cm, cylindrique ou attenue a la base, surface ridulee ou ruguleuse, blanc, plein puis spongieux.
Habitat : Ete-automne, pas rare en forets temperees a chaude et humides, formant des rond-de-fees sous divers feuillus, surtout Quercus serrata, Q. acutissima et Castanopsis cuspidata. Japon.
Spores : sporee creme a ocre pale. Spore ovoides 6-7(8) x 4,7-6 m, ornees de verrues minuscules plus ou moins coniques, parfois reliees entre elles. Cheilocystides et pleurocystides 40-60 x 9-10 m, cylindriques a fusiformes ou en massue, attenuees en pointe au sommet, tres allongees, minces et mucronees.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Un sosie nippon de Russula delica, a lames extremement serrees et etroites, un pied toujours tres court et appointi a la base(comme la R. flavispora de Blum ex Romagnesi) et chair insipide ou tres legerement amere. Se distingue de R. delica par: - diametre du chapeau superieur (20 cm), moins creuse et contrastant avec le pied tres court - marge souvent festonnee-ondulee - serrage extreme des lames (au point de simuler une surface unie) - lames tres etroites (1-4 mm), vite tachees d'ocre-rouille - jamais de reflets bleuatre dans les lames - sporee plus foncee, ocre, visible dans la couleur des lames a maturite. Hongo la decrit comme espece nouvelle en 1954, puis la synonymise a la pseudodelica de Lange en 1965. En 1982, elle retrouve son statut d'espece endemique, Donnee comme comestible en 1965 (IHx vol. 2 p. 193), puis la toxicite est dite "variable selon les individus" en 1989 (IOH 579). Or, en juin 2001 a Kumamoto, il a suffi a deux ramasseurs d'en gouter et de recracher un petit morceau pour souffrir pendant 10 jours d'un deme de la langue et de la bouche, accompagne de paresthesies de tout le corps avec affaiblissement general. Comble de traitrise, la saveur etait agreable! Ces recoltes toxiques evoquent l'existence de "races chimiques" dans le "complexe Russula japonica"!
Antrodiella zonata ( Berk.) Ryvarden 1992 Noms francais : Coriole zonee ; Irpex bref (ニクウスバタケ)
Synonymes : Irpex zonatus Berk. 1854
Xylodon zonatus (Berk.) Kuntze 1898
Hydnum decurrens Berk. 1891
Irpex brevis Berk. 1855
Irpex cingulatus Lloyd 1918
Irpex decurrens Berk. ex Cooke 1891
Irpex japonicus (Murrill) Sacc. & Trotter 1912
Irpiciporus japonicus Murrill 1909
Polyporus japonicus (Murrill) Teng 1936
Xylodon brevis (Berk.) Kuntze 1898
Xylodon decurrens (Berk. ex Cooke) Kuntze 1898
Coriolus brevis (Berk.) Aoshima 1967

References : IH2 799 ; IOH p. 474 ; Nunez & Ryvarden East Asian Polypores
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Polyporales / Phanerochaetaceae
Chapeau/Fructification : Fructification etalee-reflechie, fixee au substrat et formant des revetements imbriques de plusieurs centimetres, avec des chapeaux individuels jusqu'a 1,5 cm de haut et de 1 a 3 (6) cm de long. Surface pileique coriace au frais, dense et catilagineuse une fois sec, blanche a chamois, pale ocre, puis pale souvent plus sombre a la base avec des taches ternes. Marge nette au frais, puis fortement courbee au sechage.
Lames/Pores : Surface inferieure poroide, bientot irpicoide comme les pores, pruineuse, concolore, 1 a 2 par mm , dents aplaties a rondes et pointues, 1-2 mm de long.
Chair : Dense, dure, blanchatre a pale ocre, jusqu'a 2 mm d' epaisseur.
Habitat : en troupes sur toutes sortes de feuillus morts.
Spores : Basidiospores oblongues-ellipsoides ( 4,5 )-5-6 x ( 2,5 )-3-3,5m. Basides claviformes a 4 sterigmates. Cystides, lisses, minces, tubulaires ou ventrues, hyalines, a base renflees, souvent difficile a detecter. Hyphes generatrices, hyalines a parois minces. Hyphes squelettiques abondantes, hyalines, non ramifiees, lisses, a parois epaisses.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Pas rare mais absent d'Europe. Largement distribue : Nouvelle Zelande, Australie, Argentine (sud), Inde, Chine, Japon, Taiwan, Vietnam, Russie d'Extreme-Orient. Les recoltes asiatiques sont acystidiees !
Austroboletus gracilis ( Peck ) Wolfe 1980 Noms francais : Bolet grele ; Bolet ecorce de chataigne (クリカワヤッシャイグチ)
Synonymes : Boletus gracilis Peck 1872
Tylopilus gracilis (Peck) P. Henn. 1908
Porphyrellus gracilis (Peck) Sing. 1945

References : Bibliotheca Mycologica ; IH1 504 ; IOH p. 349
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : Hemispherique a largement convexe, 3-8(10) cm de diametre, surface densement veloutee-subtomenteuse, lubrifiee par temps humide, marron a brun rougeatre, parfois brun orange a cannelle, souvent finement craquelee ou areolee et parfois comme veinee-ridulee a maturite. Marge du chapeau unie, sans trace de voile.
Lames/Pores : Blanc a brun-rose, 1 a 2 par mm. Sporee brun legerement rougeatre. Tubes plutot longs (1 a 2 cm de hauteur), profondement deprimes autour du stipe, dabord blanchatres puis teintes de rose brunatre a brun vineux, immuables au froissement. Pores circulaires a plus ou moins anguleux, 0,5-1,5 mm de diametre, blanchatres a rose brunatre pale.
Chair : Assez molle, blanche ou parfois legerement lavee de rosatre, immuable a l'air. Odeur peu remarquable, saveur douce a amariuscule. Chair blanche dans le stipe.
Stipe : long et mince, 5-12 x 0,7-1 cm, attenue au sommet, plein et solide, souvent courbe, revetement presque lisse a veloute, souvent parcouru de veines en relief, parfois convergentes et formant alors un reticulum partiel, concolore au chapeau ou cannelle pale, la base devenant blanche ou meme tachee de jaune a maturite.
Habitat : ete-automne, le plus souvent isole, parfois en abondance, surtout dans les bois de feuillus (Fagacees) ou meles de coniferes (Pinus, Abies...). Japon, Amerique du Nord orientale, Nouvelle-Guinee, Taiwan, Tibet, Chine(Yunnan)
Spores : Ellipsoides a fusiformes, ponctuee de minuscules verrues eparses, 11,5-15 x 5-5,5(7) m. Cheilocystides en massue, 36-60 x 12-15,5 m, hyalines, a paroi mince.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Cet Austrobolet immuable, se caracterise par son port elance, ses tons bruns chauds et sa face poroide rosee a maturite. Il ne pousse pas tous les ans et n'est jamais abondant, du moins en Amerique.
Stereopsis burtiana (Peck) D.A. Reid 1965 Noms francais : Stereum de Burt ; Champignon en fleur ecailleuse (ハナウロコタケ)
Synonymes : Stereum b. ; Podoscypha b. ; Cotylidia decolorans ss. Welden, non Berk. & Curt.
References : IH1 702
Groupe : Croutes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Stereales / Meruliaceae
Chapeau/Fructification : mince, submembraneuse mais coriace, jusqu'a 2,5 cm de hauteur sur 0,5-2 cm de diametre, le plus souvent infundibuliforme, parfois spatuliforme si imbriques et confluents. Surface pileique legerement chatoyante, plus ou moins fibrilleuse au centre, brun ocrace pale, souvent zonee de gris brun sur le sec. Marge droite, etalee ou recurvee, inegale a legerement sinueuse, souvent incisee ou laceree. Surface de l'hymenophore lisse ou legerement striee radialement, chamois pale a plus ou moins ocrace, palissant en sechant. Stipe de 5-9 x 1-2 mm, court et tenu mais dur et coriace, finement tomenteux ou pruineux, grisatre sur le frais, devenant concolore au chapeau en sechant.
Chair : Tres mince, blanche, douce a mentholee. Odeur d'humus.
Habitat : Vient en troupe, a terre, dans les sous-bois buissonneux. Ameriques, Japon, Taiwan.
Spores : Trame monomitique d'hyphes generatives 2,5-4 m de large,rarement ramifiees, a paroi hyaline tres mince, jamais bouclees. Cystides absentes. Basides clavees jusqu'a 50 x 5,5 m. Spores hyalines, ellipsoides a subglobuleuses, 2,5-5 x 2-4 m.
Comestibilite : Sans interet
Porodisculus pendulus (Schwein. ex Fr.) Murrill 1907 Noms francais : Polypore cupuliforme ; Polypore du Sumac (ヌルデタケ)
Synonymes : Sphaeria pocula ; Polyporus cupulaeformis
References : IH1 775 ; IOH p. 465
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Polyporales / Polyporaceae
Chapeau/Fructification : Cupule circulaire pendante de 2-5 mm de diametre, 5-10 mm de hauteur totale, circulaire a ellipsoide, farineux, non zone, brun jaunatre a tabac, grisonnant avec l'age, a marge arrondie, egalement farineuse.
Lames/Pores : Surface fertile poree infere,chamois rosatre ou brun pale a brun tabac. Pores minuscules, serres, 5-6 par mm. Couche de tubes distincte, semblant cartilagineuse au sec, jusqu'a 1 mm de long.
Chair : presque blanche, 1-2 mm d'epaisseur, ferme et subereuse.
Stipe : Base dorsale ou laterale stipitiforme, dans le prolongement du chapeau et de memes caracteres et couleurs que ce dernier.
Habitat : Annuel, fructifiant en ete-automne, en troupe sur bois mort de feuillus divers. Est de l'Amerique du Nord, Quebec, Japon, Australie, Nouvelle Zelande. Les premieres recoltes japonaises ayant ete faites sur Rhus, l'espece a ete nommee Polypore du sumac.
Spores : en saucisse, 3-4 x 1 m, hyalines. Sporee blanche. Spores et mycelium non-amyloides.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Basidiome annuel, pilee, souvent pendant en forme de nez humain a partir d'une base dorsale ou laterale stipitiforme, forme d'une lenticelle ou d'une masse mycelienne rompant l'ecorce.
Piptoporus soloniensis (Dubois) Pilat: 1937 Noms francais : Polypore de Sologne ; Spongipore blanc (シロカイメンタケ)
Synonymes : Ungulina soloniensis (Dubois) Bourdot & Galzin ; Tyromyces sambuceus (Lloyd) Imaz. ; Polyporus sambuceus Lloyd ss. Imaz. & Hongo 1989 ; Polyporus trichrous ; P. irpex ; P. appendiculatus ; P. pseudosulphureus ; P. komatsuzakii ; P. angolensis ; P. medullae ; P. armeniacus ; P. imbricatus
References : IH1 768 (Tyromyces sambuceus) ; IOH p. 462 (T. sambuceus)
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Polyporales / Fomitopsidaceae
Chapeau/Fructification : Basidiocarpe annuel, substipite au centre, lateralement ou sessile, circulaire a dimidie, solitaire ou imbriques, 10-20 et jusqu'a 30 cm de diametre, surface superieure finement tomenteuse a glabre, non zonee, ruguleuse, creme chamois a saumon ocrace pale. Marge aigue a arrondie, vallonnee et souvent incurvee, concolore.
Lames/Pores : Hymenium pore chamois pale a chamois cannelle, pores circulaires a anguleux, 5-6 par mm, a cloisons plus moins epaisses et finement fimbriees; contexte souple, fibreux-spongieux, devenant presque pulverulent chez les vieux specimens, non zone, chamois a chamois rosatre pale, jusqu'a 2 cm d'epaisseur. Couche de tubes concolore au contexte ou creme plus pale, fragile sur le sec, 3-15 mm d'epaisseur .
Chair : 3 cm d'epaisseur, tendre et charnu sur le frais, devenant fibreuse et tres legere en sechant.
Stipe : rudimentaire, central, lateral ou absent (chapeau dimidie)
Habitat : Sur feuillus morts ou moribonds. Pourriture brune cubique. En Europe, a ete recoltee uniquement sur Castanea et Quercus.
Spores : ellipsoides, hyalines, lisses, non-amyloides, 4,5-6 x 3-4 m.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Une espece cosmopolite rare, mais plutot commune au Japon et dans le sud des Etats-Unis. Bien que decrite de France, elle est tres rare en Europe ou elle semble limitee a la partie centrale et non signalee depuis en Europe du Nord ni en region mediterraneenne.
Russula subnigricans Hongo 1955 Noms francais : Fausse russule noircissante (ニセクロハツ)
References : IH1 581 ; Eyssartier et Roux p. 42 ;
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : (5)8-11(15) cm, convexe puis plan et deprime au centre, enfin en entonnoir, surface seche, su peu veloutee, brun grisatre a brun fuligineux, plus pale a la marge. Cuticule peu separable.
Lames/Pores : adnees ou subdecurrentes, 6-9 mm de large, espacees, rougissant au froissement, moyennement epaisses, fragiles.
Chair : epaisse, dense et dure, blanche, rougissant a la coupe, mais sans noircir comme R. nigricans, a laquelle elle ressemble, (elle grisonne parfois legerement apres plusieurs heures)n pratiquement insipide et inodore.
Stipe : 3-6 x 1-2,5 cm, egal ou attenue a la base, plus pale que le chapeau, discretement ridule longitudinalement, plein.
Habitat : Rare mais en troupe en forets de feuillus, surtout de chenes verts et Castanopsis.
Spores : 7-9 x 6-7 m, subglobuleuses a globuleuse-ovoides, ornees de fines verrues reliees en fin reseau. Cheilo et pleurocystides 53-88 x 9,5-12,5 m.
Comestibilite : Mortel
Commentaires : Si les Europeens n'ont pas couru grand danger jusqu'ici avec les russules, c'est aussi peut-etre parce qu'elles sont dedaignees par les ramasseurs, surtout le sous-genre Compacta qui est le plus suspect sur le plan toxicologique. Helas, non seulement les russules mortelles existent bien, mais elles ont la chair douce! En 1954, le mycologue japonais Tsuguo Hongo, charge d'enquete a la suite du deces d'une personne a Kyoto, retrouve des russules blanches dans les restes du repas. En 1958, deux nouveaux deces, dans des localites differentes pres d'Osaka, permettent de preciser le lieu de recolte, et une russule ressemblant a Russula nigricans, est incriminee. La forme et la couleur sont tres semblables, mais cette nouvelle espece rougit sans jamais noircir a la coupe. Hongo la nommera Russula subnigricans, mais le russulologue Toshiho Ueda distingue aujourd'hui trois ou quatre "varietes" inedites dans le "complexe subnigricans". Pour la premiere fois au monde une russule figure sur la liste des especes mortelles. Toutefois, la rarete de ces especes aidant, aucune intoxication n'a ete signalee ensuite dans l'archipel jusqu'en 1993. On songe alors a d'eventuels pesticides, mais en 1992 les chimistes Takahashi et coll. isolent six ethers chloro-phenyl (Russupheline A-F) dans le champignon et mettent en evidence leur toxicite sur la cellule. Puis a Taiwan en 1998, neuf personnes souffrent de nausees, vomissements et diarrhees avec agitation deux heures apres avoir partage une soupe aux russules. Deux d'entre elles presentent, en plus, une rhabdomyolyse et une insuffisance renale severe. Russula subnigricans est incriminee une fois de plus, mais cette fois avec une affection encore inconnue en mycotoxicologie: la necrose des muscles stries ou rhabdomyolyse, qui fera encore parler d'elle peu de temps apres avec les intoxications causes par le bidaou en France. La derniere intoxication remonte a aout 1995 a Toyohashi, qui fut fatale a un couple de mycophages sexagenaires. Arora, 1986- Mushrooms Demystified (2 ed.), page 90 Bills, 1985- Brittonia 37, page 360-365 Eyssartier et Roux, 2011- Guide des Champignons p. 42 Guez, 2002- Lettre de la SMF n 0 Halling & Mueller, 1999-Nybg.org/bsci/res/hall/..., page html pl. n 136 Hongo, 1955- Journ. Jap. Bot. 30(3): 79 Imazeki & Hongo, 1989 原色日本新菌類図鑑 (Colored Illustrations of Mushrooms of Japan), Vol. II, pl. n 581 Imazeki, Otani & Hongo, 1988-日本のきのこ(Fungi of Japan) planche p.359 Shaffer, 1962-Brittonia 14(3), page 254-284
Amanita abrupta Peck (1897) Noms francais : Amanite a bulbe abrupt ; demon blanc bulbeux (タマシロオニタケ)
Synonymes : Amanita abrupta Peck (1897) , Bulletin of the Torrey botanical Club, 24(3), p. 138 (Basionyme) (nom actuel)
Lepiota abrupta (Peck) E.-J. Gilbert & Kuhner (1928) , Bulletin de la Societe mycologique de France, 44, p. 151
Aspidella abrupta (Peck) E.-J. Gilbert (1940) , Iconographia mycologica, 27, supplement 1(1), p. 79

References : IH1 229 ; IOH p. 169
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 3-8 cm, spherique puis etale, orne de nombreuses petites verrues coniques tres detersiles.
Lames/Pores : Libres, serrees, inegales; blanches, puis creme rosatre.
Chair : blanche, odeur rance, desagreable.
Stipe : 7-14 x 0,5-2 cm, squamuleux-mechuleux, a bulbe brutalement margine, anneau membraneux supere, ample, pendant, blanc.
Habitat : peu frequent en ete-debut d'automne en forets de feuillus, mycorhizes frequentes avec les Fagacees; Amerique du Nord orientale, Japon
Spores : subglobuleuses 7-8,5 m, amyloides.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Les jeunes specimens ressemblent a de petites halteres.
Calvatia craniiformis (Schweinitz) Fries (1849) Noms francais : Calvatie en forme de crane (ノウタケ)
Synonymes : Bovista craniiformis Schweinitz (1832) , Transactions of the American philosophical Society, series 2, 4(2), p. 256 (Basionyme)
Calvatia craniiformis (Schweinitz) Fries (1849) , Summa vegetabilium Scandinaviae, 2, p. 442 (nom actuel)

References : IH2 885 ; IOH p. 510-511
Groupe : Vesses de loup
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Agaricaceae
Chapeau/Fructification : Carpophore 6-18 cm, oboval ou turbine, base etranglee stipitiforme; exoperidium tres mince, lisse, d'abord blanchatre a isabelle, puis de plus en plus fonce jusqu'a "pain grille" ou grisatre, souvent plisse se dechirant et s'exfoliant a maturite.
Chair : blanche et ferme au debut puis cotonneuse a maturite, jaune olivatre
Stipe : Blanc a la coupe, puis brun jaunatre.
Habitat : Saprophytique, juin-novembre. Commun au Japon a terre en sous-bois, sur les chemins, lisieres etc. Plus rare, plus pale et plus tardif en Amerique du Nord.
Spores : 3-4 m, globuleuses, finement echinulees, malgre leur aspect pseudo-lisse, tres courtement pedicellees
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Sporee jaune. Juin-Nov. Commun a terre en sous-bois, sur les chemins etc. Grosse tete globuleuse et base sterile courte. 10 x 10cm env. Exoperidium d'abord blanchatre a isabelle, puis de plus en plus fonce jusqu'a "pain grille", se dechirant et s'exfoliant a maturite. Blanc a la coupe, puis brun jaunatre. Spores en masse jaunes, disseminees par le vent. A la fin, il ne subsiste que la base sterile en turbine. Une autre espece, a spores violettes (inedite?), sumire-hokori-take.
Russula kansaiensis Hongo 1979 Noms francais : Russule du Kansai ; Russule fillette (ヒナベニタケ)
References : IH2 610
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 1-2 cm, convexe puis plan, deprime au centre, enfin creuse en entonnoir, cuticule visqueuse par l'humidite, rouge violace a rouge vineux, generalement plus fonce au disque, palissant dans la vieillesse, jusqu'a devenir blanchatre, cannelee radialement.
Lames/Pores : libres, assez espacees a espacees, interveinees, 3-6 mm de large, arrondies a la marge, blanc-creme.
Chair : mince, fragile, blanche, insipide et inodore.
Stipe : 1-2 x 2-4 cm, egal ou epaissi a la base, subtilement ride longitudinalement, blanc puis jaunatre, spongieux puis creux.
Habitat : Pas rare en ete-debut d'automne sous Castanopsis, Quercus serrata et Q. acutissima, ou bois meles Quercus-Pinus. Japon (Kyoto, Shiga). Signale en Chine et en Coree (?)
Spores : Sporee creme pale. Spores 7,5-9,5 x 6-7,5 m, largement ellipsoides, echinulees. Pleurocystides 40-47 x 8,5-14 m, clavees et mucronees au sommet. Cheilocystides 30-37 x 7-12 m, en grand nombres, semblables aux pleurocystides; Cuticule d'hyphes filamentiformes, gelifiee, dermatocystides intriquees.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Evoque une petite Russula puellaris d'Europe par sa tres petite taille, saveur douce, sporee creme, son chapeau vineux a tache centrale sombre et cannele, mais sa sporee est un peu plus pale et l'habitat plus limite aux Fagacees penetropicaux.
Lactarius gracilis Hongo (1957) Noms francais : Lactaire gracile ; Lactaire a pied grele (アシボソチチタケ)
Synonymes : Lactarius gracilis Hongo (1957) , Journal of Japanese botany, 32, p. 144
Lactarius squamulosus Z.S. Bi & T.B. Li (1987) , Bulletin of botanical research, Harbin, 7(4), p. 83 (Basionyme)


References : IH1 630 ; Mycologia 99(2) p. 263
Groupe : Lactaires
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 1-2,5 cm, conique a plan, puis un peu deprime en entonnoir, mais toujours avec un mamelon conique saillant au centre. Revetement sec, sans zones concentriques, finement granuleux a feutre, rompu-craquele sous la loupe en squamules de couleur brun a brun grisatre au disque, brun pale vers la marge. Poils rudes sur la marge qui apparait dentelee dans la jeunesse par des meches coniques dressees.
Lames/Pores : Lames adnees-decurrentes, souvent fourchues, assez serrees a assez espacees, creme carne pale, se tachant de brun orange au froissement, 2 mm de large. Latex blanc, immuable, vite tari.
Chair : Chair mince, legerement teintee de brun pale. Saveur un peu mentholee comme l'odeur, faible de punaise ou de pelargonium.
Stipe : Stipe 2-7 x 0,2-0,3(0,6)cm. Mince et long, egal ou attenue au sommet, creux, a revetement brun rougeatre avec des poils brun jaunatre pale a la base.
Habitat : De mai a septembre sous feuillus persistants (Castanopsis et chenes verts), sur mousses ou feuilles mortes, en troupe ou isole. Japon (Hondo et Kyu-shu, plus repandu a l'ouest du Kanto).
Spores : 7-7,8 x 6-6,8m, subglobuleuses, ornees de verrues saillantes avec reticulum epais. Sporee creme. Pleurocystides 25-28 x 6,5-9,5 m, cylindro-clavees (en massue), assez peu evidentes.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Ce lactaire a un port trompeur de Laccaria par sa petite taille et son pied grele (inde nomen), est aussi remarquable par sa marge hirsute (cutis rompu en meches triangulaires dressees) et ses lames se tachant de brun orange. Commentaires de Marcel Bon sur les exsicata : Rhysocybe pour leur rev. celluleux mais marge + trichodermique. Classement vers Tabidi ou Olentes Obscurati et si odeur differente cf.serifluus (micro possible). Spores subglobuleuses, subreticulees. Cystides? Suprapellis +/- celluleux (Rhysocybe, sauf marge + trichodermique)
Tricholoma muscarium E. Kawamura ex Hongo (1959) Noms francais : Tricholome attrape-mouches (ハエトリシメジ)
Synonymes : Tricholoma muscarium E. Kawamura ex Hongo (1959) , Memoirs of the Faculty of liberal arts and education, Shiga University natural science, 9, p. 62 (Basionyme)
References : IH1 103 ; IOH p. 81
Groupe : Tricholomes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Tricholomataceae
Chapeau/Fructification : 4-6 cm, convexe ou conique puis plus ou moins plan, toujours avec un mamelon saillant au centre. Cuticule a peine lubrifiee, glacee luisante, presque entierement separable, olivatre sur fond jaune pale, discretement rayee radialement de fibrilles apprimees surtout visibles vers la marge, plus fonce au disque (gris brun fuligineux). Marge involutee puis etalee, sauf la marginelle qui reste longtemps incurvee.
Lames/Pores : serrees a assez espacees, ascendantes a adnees-arrondies au pied, assez epaisses, 0,6-1 cm de large, blanches, puis jaune citrin pale a creme jaunatre.
Chair : mince et jaune citrin pale dans le chapeau, presque blanche ailleurs. Faible odeur fruitee agreable a la coupe.
Stipe : 5-9 x 0,6-1,5 cm, egal ou epaissi vers le bas a fusiforme, plein puis fistuleux en haut, blanc puis plus ou moins lave de citrin dans la partie superieure.
Habitat : De septembre a novembre dans les bois de feuillus (Quercus glauca, Q. acutissima, etc.) ou meles de pins. Japon.
Spores : 5,5-7,5 x 4-5 m, courtement ellipsoides. Cheilocystides plus ou moins etroitement cylindriques ou en baton, 35-68 x 8,5-15 m.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Bien que contenant de l'acide tricholomique et ibotenique, etourdissant ou tuant les mouches comme l'amanite panthere, cette espece endemique est consommee et reputee savoureuse. En grande quantite, elle cause toutefois des nausees comparables a celles dues a l'exces d'alcool.
Lactarius gerardii Peck (1873) Noms francais : Lactaire de Gerard
Synonymes : Lactarius gerardii Peck (1873) , Bulletin of the Buffalo Society of natural sciences, 1, p. 57 (Basionyme)
Lactifluus gerardii (Peck) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 856 (nom actuel)

References : IH1 624 ; Mille et un Champignons du Quebec ; IOH p. 384
Groupe : Lactaires
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 4-10 cm de diametre, convexe, parfois avec un petit mamelon, puis etale deprime, sec, finement veloute, parfois plisse, brun fonce, puis brun-jaunatre a brun dore.
Lames/Pores : Adnees puis decurrentes, larges, tres espacees, blanchatres a creme.
Chair : Blanche, mince, un peu fragile. Jaunatre KOH.Odeur et saveur peu distinctives.
Stipe : 3-8 x 0,8-1,5 cm , egal, farci puis creux, veloute, sec, concolore au chapeau ou un peu plus pale.
Habitat : Mycorhizique sur le sol dans les bois de Fagaceae (Castanopsis, Quercus, etc.) et bois mixtes coniferes (Pinus-Quercus)
Spores : Ellipsoides a subglobuleuses, reticulees, amyloides, 8-10 x 7-9m. Cheilocystides discretes.
Comestibilite : Bon comestible
Commentaires : Rare en Amerique du Nord, Aout a septembre. Assez commun dans tout le Japon de juillet a debut septembre. PS: Fiche suivant l'adaptation de Rolland Labbe.(Cercle des Mycologues de Montreal) et Nagasawa & Hongo.
Calostoma japonicum Hennings (1902) Noms francais : Calostome du Japon ; Scleroderme rouge-a-levres (クチベニタケ)
Synonymes : Calostoma japonicum Hennings (1902) , Botanische jahrbucher fur systematik, pflanzengeschichte und pflanzengeographie, 31(4), p. 738 (Basionyme) (nom actuel)
Mitremyces japonicus (Hennings) Saccardo & D. Saccardo (1905) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 17, p. 225

References : IH2 867 ; IOH p. 503
Groupe : Vesses de loup
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Calostomataceae
Chapeau/Fructification : 0,5-1 cm de hauteur, 0,5-0,8 cm de diametre, subglobuleuse a oblongue-elliptique, jaune d'ambre a brun jaunatre, surface d'abord lisse, bientot rugueuse se craquelant ca et la, le sommet se fissurant autour d'un opercule de couleur rouge, qui se detache en laissant apparaitre un cratere incise en forme plus ou moins etoilee (5 a 7 lobes), egalement de couleur rouge vif.
Chair : Base sterile presque entierement hypogee, 3-8 mm de long, brun jaunatre, cartilagineuse formee d'un faisceau de 8 a 15 epais cordons myceliens, difficiles a separer du corps fertile. La chair, a consistance de cuir, est d'un blanc laiteux au stade de primordium, prenant bientot la couleur de la boue qui l'enveloppe par temps humide, enfin brun jaunatre.
Spores : Spores non amyloides, 10-16,5 6-9 μm
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Champignon gasteroide, classe dans les Calostomataceae, du genre Calostoma (du grec "belle bouche").
Amanita rufoferruginea Hongo (1966) Noms francais : Amanite poudree fauve (カバイロコナテングタケ)
Synonymes : Amanita rufoferruginea Hongo (1966) , Journal of Japanese botany, 41, p. 165
References : IH1 198 ; IOH p. 141 ; Mem. Shiga Univ. Vol.17 p. 27-28 (1967)
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 4,5-9 cm, hemispherique puis convexe, enfin plan ou legerement deprime au centre, plus ou moins strie a la marge qui devient cannelee-tuberculee avec l'age. Revetement sec, de couleur fauve ou plus pale, densement couvert de granules pulverulents detersiles, orange xanthine, jaune de Mars, brun ambre ou brun antique.
Lames/Pores : libres, serrees, blanches, ventrues, 4-7 mm de largeur, subtilement floconneuses sur l'arete, lamellules tronquees.
Chair : mince, blanche, insipide et inodore.
Stipe : 9-12 cm de long, 0,4-1 cm d'epaisseur au sommet, 1,3-2 cm a la base qui presente un bulbe oboval ou fusiforme, attenue au sommet, farci ou creux, annule, entierement couvert au dessus comme au dessous de l'anneau, de particules poudreuses ou farineuses, subconcolores (plus clair que "fauve ocrace"), la base ornee debris de volve formant 3-5 bracelets incomplets, pulverulents et fugaces. Anneau plutot ample, pendant en jupette a 1,5-2,5 cm du sommet, membraneux, blanc et strie a la face superieure, fauve ocrace et floconneux-poudre en dessous, souvent dechire, evanescent.
Habitat : Au sol, solitaire ou epars, en ete-debut d'automne, assez rare, vient surtout en forets mixtes de Pinus densiflora-Quercus serrata, au Japon (a l'ouest du Kanto, principalement Hiroshima, Kyoto et Shiga). Egalement signalee en Chine occidentale et en Coree du Sud.
Spores : hyalines, globuleuses a subglobuleuses, 7-9 m, lisses, non amyloides. Basides tetrasporiques. Boucles absentes. Cellules marginales globuleuses, ellipsoides ou un peu piriformes, 14-25 m de large, etroitement cloisonnees, tres abondantes, formant une large marge sterile le long de l'arete des lames. Granulations du chapeau constituees de courtes chaines de cellules globuleuses a courtement ellipsoides de 17-47 m de large, a secretion mielleuse.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Recentrage des caracteres sur la diagnose originale de Hongo, amendements de 1967 inclus, la description des recoltes chinoise etant trop disparate, d'ou identite incertaine...
Cryptoporus volvatus (Peck) Shear 1902 Noms francais : Polypore a volve ; Champignon petite bouchee (ヒトクチタケ)
Synonymes : Polyporus volvatus Peck 1875 ;
Fomes v. (Peck) Cooke 1885 ;
Scindalma volvatum (Peck) Kuntze 1898 ;
Ungulina volvata (Peck) Pat., 1900

References : BMBDS 116 p. 12 ; IH1 761 ; IOH p. 456
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Polyporales / Polyporaceae
Chapeau/Fructification : D'abord noduleuse-globuleuse, puis semblable a un gros marron de 2,5-5 cm de long, 1-3 cm de projection, 1-2,5 cm d'epaisseur. Surface pileique glabre et lisse, brillante-vernissee, creme blanchatre a grisatre chez le jeune, devenant jaune-brun a chatain fonce a maturite.
Lames/Pores : Face infere plus plane, constituee d'une enveloppe epaisse a consistance de cuir (d'ou l'epithete " volvatus ), creme, enfermant completement l'hymenium. Hermetiquement close chez le jeune, la cavite se menage bientot un orifice plus ou moins circulaire de 3-10 mm de diametre, a proximite du point d'attache (d'ou le nom generique de Crypte aux pores ), contre l'ecorce de l'hote. Tubes 2-6 mm de long, blancs puis isabelle a gris-brun sale. Pores minuscules, 3-5 au mm, gris-brunatre.
Chair : 0,5-1,5 cm, blanchatre, assez souple, elastique a consistance de cuir, puis de liege dans le chapeau. Saveur amarescente; odeur composite de resine et de poisson seche.
Stipe : Sessile.
Habitat : Annuel ou bis-annuel, vegete toute l'annee en saprophyte sur divers coniferes moribonds ou morts l'annee precedente, surtout Pinus, mais aussi Abies, Larix, Picea, Pseudotsuga, Tsuga... Amerique du Nord, Japon, Chine, Asie du Sud-Est.
Spores : longuement ellipsoides,10-13 x 4-6 m, lisses, hyalines, non amyloides. Mycelium trimitique. Sporee rose.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Nous l'avons toujours trouve hebergeant des coleopteres xylophages (Scolytinae) dans la crypte, qui semblent se regaler de l'hymenium, a en juger par le vacarme que font leurs mandibules la nuit suivant la recolte et sur les tables d'exposition. Transformee en mangeoire des que l'ouverture le permet, la resonance semble etre tres amplifiee par la cavite, tendue d'une membrane souple comme une peau de tambour (une vraie membrane de stethoscope!) Le champignon semble etroitement associe a ces insectes qui creusent des galeries, provoquant la carie blanc-grisatre de l'aubier , ils facilitent certainement la propagation du mycelium, l'ouverture de la crypte coincidant avec la maturite des spores.
Russula omiensis Hongo 1967 Noms francais : Russule d'Omi ; Russule violette acre (カラムラサキハツ)
References : IH1 607
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 3-4,5 cm, convexe puis plan, deprime au disque, visqueuse par temps humide, pruineux-poudre sous la loupe, rouge fonce violace a vineux, plus sombre au centre, souvent tache de rouge et d'olivatre. Marge striee a maturite. Cuticule facilement separable.
Lames/Pores : libres, serrees, blanches, parfois fourchues-anastomosees, 4 mm de large environ.
Chair : blanche, fragile, acre surtout dans le stipe et les lames. FeSO4 et Gaiac tres lent et faible, Phenol tres lent, brun vineux.
Stipe : 5-6 x 0,8-1,1 cm, cylindrique ou epaissi a la base, raye longitudinalement, cotonneux puis creux.
Habitat : Assez commune au printemps (mars-avril) et fin d'automne (novembre-decembre) sur le sol des forets a Castanopsis-Quercus, Japon (Hondo, Shiga, Kumamoto...)
Spores : Spores ovoides, plus grandes et plus arrondies que knauthii,10,5-12 x 9,5-11 m,10,5-12 x 9,5-11 m, ornees de verrues epineuses plus grosses reliees en reseau moins regulier, plus lache et a mailles plus entourees, avec des membranes tres minces reliant les spinules.Tache supra-appendiculaire remplacee par une fine resille. Manque d'amyloidite variable. PC cylindracees en tres grand nombre, largement multi-cloisonnees, des clavulees moins frequentes.
Commentaires : Tres precoce, nous l'avons longtemps surnommee la russule du 1er avril. Ressemble a R. fragilis, avec une microscopie proche de knauthii selon Dagron (1990), ou de la fo. fallax, selon Marcel Bon en 1998, mais le chapeau est pruineux, la spore plus grande, et la fructification printaniere, puis quasi-hivernale la distingue.
Russula viridirubrolimbata J.Z. Ying 1983 Noms francais : Palomet bicolore (フタイロベニタケ)
Synonymes : R. virescens (Schaeff. : Fr.) fo. erythrocephala Hongo 1966
R. erythrocephala (Hongo) Hongo 1987 (nom. inval.)

References : IH1 598
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 5,5-8 cm, surface legerement visqueuse par temps humide, subveloutee, rouge carmin a Marocain, vite craquelee en petites plaques montrant la chair rose sous-jacente, sauf au centre qui est souvent vert sombre. Marge courtement striee-tuberculee.
Lames/Pores : sublibres, serrees, blanches, parfois fourchues.
Chair : assez epaisse, plutot compacte, blanche.
Stipe : 4-6 x 1,2-2 cm, epais, egal ou appointi en bas, blanc, subrivule, spongieux-farci.
Habitat : Solitaire ou dissemines sur le sol en forets mixtes Pinus-Quercus.
Spores : largement ovoides, finement ponctuees de verrues discretement reticulees, non amyloides, 7-8 x 5,5-6,5 m.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Intensite du rouge tres variable, le pigment vert etant plus ou moins resistant. D'abord decrite du Japon (Shiga et Kyoto) comme une forme rougeatre et cocardee de R. virescens (le palomet verdoyant est egalement un champignon tres recherche), elle a ete recoltee en Chine (Guangxi et Yunnan) par Ying dans un habitat similaire.
Lactarius corrugis Peck (1880) [1879] Noms francais : Lactaire ride ; Lactaire crepu (チリメンチチタケ)
Synonymes : Lactarius corrugis Peck (1880) [1879], Annual report of the New York state Museum of natural history, 32, p. 31 (Basionyme)
Lactarius volemus var. subrugosus Peck (1885) [1884], Annual report of the New York state Museum of natural history, 38, p. 130
Lactifluus corrugis (Peck) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 856 (nom actuel)

References : IH1 622 ; Phillips (NA) p. 90
Groupe : Lactaires
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 5-12 cm, convexe puis etale-deprime, sec, veloute, tres souvent ride, surtout vers la marge, brun jaunatre a brun-rougeatre fonce ou brun vineux fonce (cacao).
Lames/Pores : adnees a subdecurrentes, assez serrees, d'orange pale ou ocre pale a cannelle, brunissant au froissement. Latex abondant, blanc puis brunissant.
Chair : tres ferme, presque blanche, se tachant de brun peu a peu. Odeur faible de crustaces, saveur douce.
Stipe : 5-8 x 1,5-2,5 cm, egal, plein, tres finement veloute, subconcolore au chapeau.
Habitat : mycorhizique en ete-automne, tres rare en Amerique du Nord orientale (Caryers, Quercus), assez rare au Japon, gregaire ou solitaire sur le sol sous divers Fagaceae (Quercus, Castanopsis)
Spores : subglobuleuses, cretees-reticulees, amyloides, 8,5-12 x 9-11 m
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Differe de L. volemus par son chapeau plus sombre et tres veine, ainsi que ses spores plus grandes. Toutefois ces trois caracteres differentiels sont inconstants sur les recoltes Nord-Americaines de L. corrugis, comme si elles etaient a mi-chemin entre L. volemus et le L. corrugis nippon.
Amanita volvata (Peck) Lloyd (1898) Noms francais : Amanite a volve ; Amanitopsis en sac (フクロツルタケ)
Synonymes : Agaricus volvatus Peck (1872) [1871], Annual report of the New York state Museum of natural history, 24, p. 59 (Basionyme)
Amanitopsis volvata (Peck) Saccardo (1887) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 5, p. 23
Pseudofarinaceus volvatus (Peck) Kuntze (1891) , Revisio generum plantarum, 2, p. 868
Amanita volvata (Peck) Lloyd (1898) , Mycological writings, 1, a compilation of the Volvae of United States, p. 15 (nom actuel)
Vaginata volvata (Peck) Kuntze (1898) , Revisio generum plantarum, 3, p. 539
Amidella volvata (Peck) E.-J. Gilbert (1940) , Iconographia mycologica, 27, supplement 1(1), p. 77

References : Champignons du Quebec T 2 ; IH1 219 ; IOH p. 161
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 5-10 cm de diametre, conique-arrondi a convexe puis etale, orne de meches ou de flocons velaires plus fonces sur fond blanc au debut, puis brun carne a lilas vineux, brun rougeatre avec l'age, a marge entiere ou courtement striee a maturite.
Lames/Pores : Blanchatres, brunissant lentement au frottement avec l'age.
Chair : Blanchatre. Odeur et saveur peu remarquable. Cotonneuse dans la moelle du pied qui est cortique et caverneux, virant legerement au rose a la coupe, puis jaunissant faiblement avant de redevenir blanchatre. Chair du bulbe brunatre sale a la coupe,
Stipe : 6-14 x 0,5-1,5(2)cm, separable, cortique (3-5 mm), charnu cotonneux au centre (5-6 mm) puis caverneux, de plus en plus epaissi vers la base, bulbeux, squamuleux, blanc puis brunatre subconcolore, emergeant d'une volve epaisse, revetue d'une fine cuticule separable brun ocrace pale a brun carne(comme celle d'une pomme de terre cuite). Anneau absent. Bulbe separable
Habitat : Mycorhizique sur le sol des vieilles forets de feuillus, Quercus, Tilia etc.. Amerique du Nord orientale, Chine, Japon, littoral russe extreme-oriental
Spores : Elliptiques, lisses, amyloides, 7-12(14) x (4,5)6-7,5 m. Basides a 4 sterigmates.
Comestibilite : Mortel
Commentaires : Rare en Amerique du Nord ou A. volvata differe de A. pseudovolvata par sa taille et ses spores plus grandes. Pas rare en Extreme-Orient ou elle se distingue, parfois difficilement, de formes ou varietes mal debrouillees comme A. avellaneosquamosa (S. Imai) S. Imai, A. clarisquamosa (S. Imai) S. Imai in E.-J. Gilbert, et A. duplex Corner & Bas. La consommation d'Amanita volvata a provoque des troubles tres serieux, en plus de l'atteinte gastro-intestinale (vomissement, diarrhee) une perte de la parole, atteinte renale et des troubles neurologiques varies, ayant au moins une fois occasionne la mort. Le principe toxique est a l'etude.
Amanita neoovoidea Hongo (1976) [1975] Noms francais : Amanite ovoide du Nouveau-Monde
Synonymes : Amanita neoovoidea Hongo (1976) [1975], Memoirs of the Faculty of liberal arts and education, Shiga University natural science, 25, p. 57 (Basionyme)
References : IH1 220 ; IOH p. 160
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 7,5-10 cm de diametre, d'abord hemispherique a convexe, devenant plan a legerement deprime avec l'age. Surface un peu visqueuse par l'humidite, blanche, floconneuse-poudreuse, non striee, recouverte d'un ou plusieurs grands fragments de volve membraneux, ocrace pale, fugaces. Marge appendiculee dans la jeunesse.
Lames/Pores : libres mais effleurant le pied par une ligne decurrente, blanchatres a creme, serrees, 7-10 mm de large, arete finement flocculeuse.
Chair : blanche a blanchatre, epaisse au disque, de plus en plus mince vers la marge. Saveur douce, odeur agreable.
Stipe : 11-13 cm de long, 1,2-1,5 cm d'epaisseur, legerement attenue au sommet, avec a la base un bulbe massif, clave, fusiforme ou en navet, souvent radicant, blanc, flocculo-squamuleux ou poudreux. Anneau apical blanc, floconneux et membraneux, assez epais, se dilacerant en morceaux lors de la croissance du chapeau. Volve creme ocrace adherant au bulbe du pied, parfois laissant quelques traces concentriques, en forme d'anneaux incomplets, sur le bulbe.
Habitat : de juillet a octobre en forets mixtes (Pinus densiflora et Quercus serrata, etc.), Japon (Honshu)
Spores : 7-9 x 5,5-6 m, hyalines, largement ellipsoides, lisses, a cloisons minces, amyloides. Basides tetrasporiques, 34-38 x 7-10 m. Cellules marginales 18-60 x 13-28 m, subglobuleuses, piriformes, elliptiques ou clavees, hyalines, a cloisons minces. Trame des lames bilaterale. Residus de voile general sur le chapeau constitues de tres nombreuses hyphes de 1-10,5 m d'epaisseur et de cellules globuleuses, ellipsoides, piriformes et clavees moins nombreuses 28-67 x 15-51 m
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Meme aspect, couleur et habitat qu'A. ovoidea, mais la volve n'est pas en sac et les spores plus petites. A. neoovoidea est remarquable par ses gros fragments de volve ocrace pale et son anneau membrano-floconneux, souvent rompu en stalactites pendants aux bord du chapeau
Oudemansiella brunneomarginata Lj.N. Vassiljeva 1950 Noms francais : Xerule liseree (フチドリツエタケ)
Synonymes : Mucidula brunneomarginata (Lj.N. Vassiljeva) R.H. Petersen 2010
References : IH1 154 ; IOH p. 121
Groupe : Collybies
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Tricholomatales / Dermolomataceae
Chapeau/Fructification : 3-15 cm
Lames/Pores : adnees, assez espacees, larges, a arete nettement bordee de brun fonce.
Stipe : 4-10 x 0,4-1 cm, egal, creux, chine de brun.
Habitat : En automne dans les forets de feuillus thermophiles, en colonies sur bois ou tronc mort, surtout erables (Acer mono), bouleaux (Betula ermanii), tilleuls (Tilia japonica) etc. Littoral oriental russe, Japon.
Spores : 14-20 x 9,5-12 m, baside tetrasporique.
Comestibilite : Comestible
Kobayasia nipponica (Kobayasi) S. Imai & A. Kawam. 1958 Noms francais : Protophallus du Japon ; Boule blanche (シラタマタケ)
Synonymes : Protubera nipponica Kobayasi 1938
References : IH1 911 ; IOH 525
Groupe : Vesses de loup
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Phallales / Protophallaceae
Chapeau/Fructification : Sporophore globuleux, hypoge ou semi-hypoge, 2-5 cm de diametre, ayant l'aspect d'un scleroderme mais gelatineux sous l'ecorce et beaucoup plus lourd qu'un uf de Phallus impudicus. Surface blanche a brun jaunatre pale,
Chair : tres visqueuse comme une huitre, capillitium et spores enfermes dans la masse gelatineuse, cerebriforme.
Stipe : absent
Habitat : Ete-automne, sylvatique, plutot sous les pins. Japon (partout), signale recemment en Chine (sud Yunnan).
Spores : Basides en massues a 6-8 sterigmates. Spore hyaline a verdatre sombre, lisse, ellipsoide 4,2-4,9 x 1,8-2,1 m
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Signale egalement en Chine par Lui Pei Gui(1994) qui propose le retour des especes de Protophallaceae dans le genre de depart, Protubera Moller. Une espece voisine plus nordique, Protuberella borealis Imai, a 8 sterigmates, vient sous les cryptomerias de Hokkaido.
Xerocomus nigromaculatus Hongo (1966) Noms francais : Bolet tache de noir (クロアザアワタケ)
Synonymes : Xerocomus nigromaculatus Hongo (1966) , Journal of Japanese botany, 41, p. 170 (Basionyme)
Boletus nigromaculatus (Hongo) Har. Takahashi (1992) , Nippon Kingakkai nyusu, 19, p. 38 (nom actuel)

References : IH1 536
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 2-7 cm, surface seche, un peu granuleuse, brun argilace, noircissant au toucher et avec l'age, parfois entierement noir a la fin.
Lames/Pores : tubes adnes a echancres, legerement decurrents au contact du pied, d'abord jaunes puis brun olivaces. Pores polygonaux, amples, bleuissants au toucher, puis noircissants.
Chair : molle, blanchatre a jaune pale, bleuissant puis rougissant a l'air, enfin noircissant. Parfois rougit d'emblee sans bleuir (surtout le stipe).
Stipe : 2-5 x 0,5-1 cm, ferme et cassant, plus pale que le chapeau, brun pale, noircissant au froissement. strie longitudinalement au sommet, la base souvent enveloppee de coton mycelien.
Habitat : en ete et automne, dans les bois meles de fagacees et Pinus densiflora, ou Abies firma en melange avec Castanopsis. Japon central, signale a Taiwan
Spores : fusiforme-ellipsoide, lisse, 7,5-10,5 x 3,5-4 m (parfois 9,5-12,5 x 3-5 m). Sporee brun olivace.
Comestibilite : Comestible
Hygrophorus pinetorum Hongo 1954 Noms francais : Hygrophore des pins ; Hygrophore d'hiver (フユヤマタケ)
Synonymes : Hygrophorus hypothejus f. pinetorum (Hongo) Hongo 1958
References : IH1 25 ; IOH p. 36 ; JJB 33: 97 (1958) Hongo, T. Studies on the Agaricales of Japan 1. The genus Hygrophorus in Shiga-Prefecture (1)
Groupe : Hygrophores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Hygrophoraceae
Chapeau/Fructification : 1-3 cm, pulvine puis plan, enfin deprime au centre, souvent avec une papille saillante. Marge le plus souvent infractee ou recurvee, la marginelle restant droite, striee par transparence, erodee ou fimbriee. Cuticule visqueuse (baiser collant), mince, separable, fragile, gelifiee surtout au disque, jaune brun olivace, jaune de bronze a jaune de miel, brun de suie a bistre fonce, rarement alutace roussatre a orange fauve, palissant avec l'age. Le disque et surtout la papille sont plus sombre, jusqu'au brun noir fuligineux. Revetement tapisse de fibrilles radiales denses, brunatre fonce, surtout visibles a la marge.
Lames/Pores : moyennement serrees a espacees, arquees a decurrentes, jaune citrin pale plus ou moins orange avec l'age, inegales
Chair : fibreuse et tendre, blanc lave de citrin, jaune orange sous la cuticule, puis orange rougeatre a la corruption. TL4, KOH, Gaiac, Phenol et FeSO4 nuls. Odeur et saveur peu remarquables.
Stipe : 2-4 x 0,2-0,6 cm, plus ou moins sinueux, egal ou attenue en bas, fragile, farci, raye longitudinalement de fibrilles jaunatres dans la partie superieure, pruineux blanchatre vers le bas. Entierement jaune chez les jeunes specimens.
Habitat : De novembre a janvier, dans les bois de Pinus densiflora, a terre parmi les mousses glacees et debris et aiguilles de pin. Japon.
Spores : oblongues a elliptiques, 7,5-9,5 x 4-5,5 m. Baside tetrasporique 6-8 m de large, sterigmate 6-7 m de long. Trame des lames bilaterale. Pileocutis gelifie en ixotrichoderme. Hyphes terminales 100 m ou plus x 3-4 m.
Comestibilite : Comestible
Pulveroboletus ravenelii (Berk. & M.A. Curtis) Murrill 1909 Noms francais : Bolet de Ravenel ; Bolet soufre pulverulent
Synonymes : Boletus ravenelii Berk. & M.A.Curtis 1853
References : IH1 540 ; IOH p. 313 ; CQ ; Mycologia
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 4-10(13) cm de diametre, brusquement arrondi a convexe, puis incompletement etale. Revetement sec, glabre, devenant viscidule par l'humidite, densement recouvert de particules tomenteuses a pulverulentes qui cedent a la pression des doigts, jaune citrin a jaune soufre vif dans la jeunesse, souvent brun rougeatre a brunatre au centre, plus ou moins craquelee areolee. Marge entiere, incurvee chez les jeunes, typiquement appendiculee de restes de voile partiel.
Lames/Pores : Subcirculaires a anguleux, petits, 1 a 3 par mm, 0,5-1 mm de large, concolore aux tubes. Tubes 0,5-1,5 mm de hauteur, presque libres chez l'adulte, d'abord jaune pale a jaune vif, virant au bleu intense a verdatre a la blessure, puis au brun a noiratre avec l'age.
Chair : Consistance molle, blanchatre ou plus ou moins teintee de jaunatre, 1-2 cm d'epaisseur, bleuissant legerement a la coupe, bleu verdatre a l'ecrasement au dessus des tubes, puis legerement grisonnante. Odeur faible, insipide a amariuscule. Reaction rose sur cuticule et chair a l'acide nitrique (HNO3).
Stipe : Egal a elargi vers la base, 4-10(11) x 0,7-1,5 cm, ou de forme irreguliere, sec, souvent radicant, parfois assez profondement enfoui dans le substrat. Voile partiel membraneux puis araneeux couvrant entierement l'hymenium chez le jeune, cedant en laissant un anneau fugace. Revetement fibrilleux entierement poudre de jaune citrin a soufre au dessous de la zone annuliforme. Chair du stipe ocracee a pale ou blanchatre, jaune intense a la base, immuable ou avec une legere teinte rosee, si exposee.
Habitat : Ete a automne en Asie et au Quebec (plus tardif sur la cote pacifique de l'Amerique du Nord), isole ou par deux, a terre, assez commun en forets de coniferes en Asie orientale et Asie du Sud-Est (Japon, Chine, Taiwan, Malaisie), plus rare dans les forets mixtes d'Amerique du Nord surtout orientale (Pinus, Quercus, Tsuga, Populus, Betula). Present au Mexique, a l'ouest du Texas, Michigan et Californie. Signale egalement au Costa Rica, Colombie et du nord-est de l'Australie.
Spores : Ellipsoide-fusoides a ovoides, lisses, a paroi moderement epaisse, brun pale, 8-13 x 4,5-6,4 m. Basides a 4 spores geantes, hyalines, claviformes. Cheilocystides hyalines, fusoides a subcylindriques, 50-70 x 10-14 m, a paroi mince.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Vient souvent a la base des souches de coniferes, entre les racines, suggerant un champignon lignicole et a ce titre considere comme saprophyte par certains auteurs. Comestible peu estime en Asie mais aurait ete utilise en pharmacopee chinoise et en teinturerie.
Pulveroboletus auriflammeus (Berk. & M.A. Curtis) Singer 1947 Noms francais : Bolet oriflamme ; Bolet d'or flamboyant
Synonymes : Boletus auriflammeus Berk. & M.A. Curtis 1872 ; Ceriomyces auriflammeus (Berk. & M.A. Curtis) Murrill 1909
References : IH1 541 ; IOH p. 313
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : (2)3-5(9)cm, convexe puis plan. Revetement sec, a peine lubrifie par temps humide, d'abord entierement poudre et tachant les mains du recolteur en jaune, puis devenant veloute-tomenteux, parfois craquelee, d'un beau jaune orange vif, parfois teinte d'olivace.
Lames/Pores : Pores petits (1 mm), anguleux, etires radialement pres du stipe, d'abord jaunes a jaune orange, puis olivace a verdatre sale avec l'age, rarement avec des reflets pourpre. Tubes adnes a subdecurrents, souvent avec une depression aux abords du stipe a la maturite, jusqu'a 1,5 cm de long, de meme couleur que les pores, immuables. Sporee brun olivace.
Chair : blanc jaunatre, non bleuissante a la coupe. Inodore, insipide.
Stipe : (3)5-9 x 0,5-1,3 cm, subegal a attenue au sommet ou aux deux extremites et alors plus ou moins radicant, concolore, orne d'un reticulum a mailles allongees, entierement ou au moins dans la partie superieure. Mycelium basal de couleur blanche.
Habitat : ete-automne, mycorhizien, a terre en troupe dans les bois mixtes (au Japon surtout de Pinus densiflora et Quercus acutissima, Q. serrata, Castanopsis cuspidata...), Assez frequent en Asie de l'Est et du Sud-est. Souvent solitaire et plus rare en Amerique du Nord orientale (New York, Floride, Ohio, Tennessee), sous Quercus.
Spores : 9-12(-15) x 4-6(-7)m, ellipsoide-fusiformes, lisses, presque diaphanes; cheilocystides abondantes, a paroi mince, generalement en massue a spheropedonculees; pleurocystides abondantes, 25-75 x 7,5-13 m, a cloisons epaisses, largement ventrues ou parfois en massue. Cuticule pileique constituee d'hyphes a cristaux incrustes, jaunes dans l'eau, qui se dissolvent dans l'hydroxyde de potassium pour produire un pigment diffus jaune citron.
Comestibilite : Inconnu
Boletus violaceofuscus W.F. Chiu 1948 Noms francais : Cepe brun violace ; Cepe violet (ムラサキヤマドリタケ)
References : IH2 545 ; IOH p. 318-319
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 4-9 cm, convexe, brun violace puis bleu violet a violet fonce, surface lisse, finement veloutee, viscidule.
Lames/Pores : Tubes sinueux, libres, deprimes autour du stipe, d'abord blanc, jaunissants avec l'age. Sporee brun olivace.
Chair : epaisse, blanchatre, immuable.
Stipe : 6-8 cm x 1-1.5 cm, cylindrique, attenue vers l'apex, concolore au chapeau ou plus pale, fortement reticule de veines blanchatres.
Habitat : Chine (Kwangtung, Kwangsi, Guizhou), Japon, Taiwan.
Spores : 19-21 x 6,5-9 m, subfusiformes.
Comestibilite : Bon comestible
Russula mariae Peck 1872 Noms francais : Russule de Marie ; Russule saturee de violet (ムラサキカスリタケ)
Synonymes : non ss. Singer nec Hongo (= R. bella) ;
R. amoena ss. Hongo 1967, 1989, non Quel. ;
R. punctata Krombh. ss. Kawamura 1929, 1954

References : Kauffman (1918) p. 143 ; IH1 595 (s.n. R. amoena) ; Mille et un champignons du Quebec
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 3-9 cm, pruineux-veloute, de couleur tres variable, carmin sombre, violet rougeatre ou violet brunatre, la marge legerement striee seulement dans la vieillesse, et arete parfois rose-pourpree.
Lames/Pores : etroitement adnees ou a peine decurrentes, plutot etroites, egales, serrees a peu espacees, blanche, puis d'un creme terne, souvent fourchues a la base.
Chair : epaisse, compacte dans la jeunesse, blanche, parfois rougeatre sous la cuticule. Blanche et immuable egalement dans le stipe. Saveur douce ou rarement acriuscule. Odeur peu remarquable.
Stipe : 3-9 x 0,8-1,5 cm, epais, subegal ou attenue a la base, revetement au toucher gras, pruineux, teinte de rose rouge a violace sombre, surtout dans la partie mediane et parfois d'un seul cote, rarement entierement blanc, excepte aux extremites.
Habitat : Ete-automne, vient en troupe sous feuillus, parfois aussi sous coniferes. Peu commune en Amerique du Nord. Pas rare au Japon.
Spores : Sporee creme a ocre pale (C-D). Spores subglobuleuses, 7-8,5(9,5) x 6,5-7,5(8)m, ornees de verrues reliees en filet par de hautes cretes (-1m), amyloides. Pleurocystides abondantes, lanceolees, 70-90 x 11,5-13,5 m, pileocystides 55-87 x 3,5-5,5 m.
Commentaires : R. mariae, qui semble etre le pendant d'amoena cote Pacifique et qui est decrite avec des couleurs hyper-saturees, convient bien mieux aux specimens japonais ou elle est assez commune sous le nom de R. amoena Quelet.
Cordyceps prolifica Kobayasi 1963, Bulletin of the National Science Museum Tokyo 6: 289 Noms francais : Cicado-cordyceps granuleux (ツブノセミタケ)
Synonymes : Ophiocordyceps prolifica (Kobayasi) S. Ban, Sakane & Nakagiri, Mycoscience 50 (4): 270 (2009) ; Polycephalomyces prolificus (Kobayasi) Kepler & J.W. Spatafora, Fungal Biology 117: 618 (2013)
References : IOH p. 576 ; Yoshimi p. 38
Groupe : Clavaires
Classification : Ascomycota / Sordariomycetes / Hypocreales / Clavicipitaceae
Chapeau/Fructification : Stromata souvent unique avec parties laterales habituellement ramifiees, cylindriques a lanceolees, 5-30 cm, emergeant de la tete ou du thorax de nymphes de cigales enfouies a 5-30 cm de profondeur dans la terre.
Lames/Pores : La partie hypogee est perenne tandis que les parties epigees (y compris la partie fertile) sont souvent caduques. Region fertile unique a 2 ou 3 disposees cote a cote, ostiole non visible, gris ou beige.
Stipe : Stipe mince et cylindrique, 10-15 cm de long, partiellement hypoge, emergeant du sol.
Habitat : sur nymphes de cigales enfouies a 5-10(30) cm dans les bois humides et marecageux. Japon central, Tennozan (Kyoto)
Spores : Peritheces diversement repartis, superficiels, ovoides ou ellipsoides avec la base tronquee, de couleur gris cendre a brun, 500-580 x 300-310 m. Asques cylindriques, 400 x 5-6 m, avec opercule apical (3,5 m de diametre). Spores secondaires courtes et cylindriques, tronquees aux deux extremites, 1.5 X 1 m.
Comestibilite : Inconnu
Phylloporus bellus (Massee) Corner 1971 Noms francais : Phyllopore joli ; Bolet a lames jaunes (キヒダタケ)
Synonymes : Flammula bella Massee 1914
References : Nova Hedwigia 20:793-822. Corner, E.J.H. 1970 : Phylloporus Quel. and Paxillus Fr. in Malaya and Borneo ; IH1 532 ; IOH p. 296
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 26 cm, convexe puis plan ou deprime avec l'age, revetement pileique subtomenteux a velutineux, devenant fibrilleux a subsquamuleux, jaune orange a brun sombre, virant au bleu violace a l'ammoniaque. Chair blanche, jaune pale avec l'age. Bleuissant ou non au froissement.
Lames/Pores : Hymenophore lamelle, decurrent. Lames assez serrees a espacees, non anastomosees a sub-interveinees, rarement fourchues, jaune sulfurin, immuables ou legerement teintees de bleu verdatre pale au froissement.
Stipe : 37 x 0,51 cm, egal, rarement clave. Revetement sec, glabre, puis subglabre, jaune cannelle pale dans la moitie superieure, jaunatre sale dans la moitie inferieure, ponctue avec l'age; base (mycelium basal) blanche. Ferme et plein. Chair blanchatre a isabelle ou cannelle pale, bleuissante ou non.
Habitat : Semble etre l'espece la plus cosmopolite du genre. Asie du Sud-Est (Indonesie, Singapour), Japon, Costa-Rica, Mexique, en forets de feuillus (Fagus, Quercus, Castanopsis). Assez commun au Japon ete-automne dans les hetraies pures ou melees de Quercus-Castanopsis ou de Pinus.
Spores : Sporee olive, spores 911 x 3.54.5 m, larmiformes a subfusoides; non amyloides. Basides 3038 x 7-10 m, clavees, hyalines, 4-sterigmates. Cystides nombreuses clavees-ventrues a utriformes sur les faces et aretes des lames, 3280 x 7,518 m, obtuses ou mucronees. paroi mince, Pigment incrustant parfois present. Trame des lames bilaterale. Boucles absentes.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Longtemps donne comme comestible, mais certaines personnes ayant ete victimes de malaises ou de legeres intoxications, il est prudent de s'abstenir de la consommer.
Tylopilus balloui (Peck) Singer 1947 Noms francais : Bolet amer de Ballou (キニガイグチ)
Synonymes : Boletus ballouii Peck 1912 ; Gyrodon b. (Peck) Snell 1941 ; Rubinoboletus balloui (Peck) Heinem. & Rammeloo 1983
References : IH1 568 ; IOH p. 334
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 2,5-10-(12)cm, convexe puis presque plan avec l'age; revetement pileique sec, quasi lisse a finement veloute, couleur vive rouge orange dans la jeunesse, ternissant rapidement en brun rougeatre sombre, brun cannelle a tan. Jaunissant a l'ammoniaque. FeSO4 gris verdatre.
Lames/Pores : Surface poree presque blanche, se tachant de brun jaunatre a brun olivace au toucher; pores circulaires, 1-2/mm; tubes jusqu'a 1 cm de profondeur.
Chair : blanche et molle. Odeur indistincte, saveur souvent un peu amere. NH4OH nul sur la chair. FeSO4 gris bleuatre.
Stipe : 3-7-(12)cm x 0,5-3 cm, egal ou clave en bas; sec et lisse ou finement reticule en haut, concolore (orange vif) dans la jeunesse, bientot palissant puis jaunatre a blanchatre dans la vieillesse.
Habitat : Amerique du Nord orientale, Malaisie, Singapour, Japon Ouest. Mycorhize en ete-automne avec divers Quercus et Fagus, Pinus densiflora, Castanopsis, isole ou generalement en petits groupes epars, parfois en colonie.
Spores : Sporee brun jaunatre pale a brun rougeatre. Spore 5,5-8,5-(10) x 3-5 m, ovoide a elliptique. Pleurocystides 40-75 x 9-12 m.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Remarquable sur le frais par ses couleurs criardes orange rougeatre vif et ses pores blanchatre brunissants au toucher.
Pycnoporus coccineus (Fries) Bondartsev & Singer 1941, Annales Mycologici 39 (1): 59 Noms francais : Tramete coccine ; Polypore couleur de feu (ヒイロタケ)
Synonymes : Pycnoporus sanguineus ss. auct. jap. plur. ;
Polyporus coccineus Fr. 1851 ;
Fomes coccineus (Fr.) Cooke 1885 ;
Scindalma coccineum (Fr.) Kuntze 1898 ;
Polystictus coccineus (Fr.) Lloyd, 1916

References : IH1 782 ; IOH p. 468
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Polyporales / Polyporaceae
Chapeau/Fructification : le plus souvent dimidies, sub-hemispheriques, largement soudes au support, plus rarement retrecis au point d'attache, 3-10-(15)cm de diametre x 0,4-0,7-(1) cm, surface unie, glabre puis veloutee au toucher comme une peau de chamois, d'abord rouge orange a rouge corail, palissant avec le temps et les intemperies. Marge obtuse, concolore ou rarement jaune orange.
Lames/Pores : Surface inferieure poree, rouge orange a rouge vif, "sang de dragon". Pores minuscules, 6-8/ mm. Tubes concolores 1-2 mm de long, contrastant vivement, a la coupe, avec le contexte subereux plus pale.
Chair : Subereuse mais devenant floconneuse ou cotonneuse a la cassure, noircissant immediatement au KOH.
Habitat : Asie du Sud-Est et Asie tropicale. Au Japon, au sud de Hondo, en troupe sur les branches mortes, provoque une pourriture blanche qui gagne le bois initialement teinte de rouge orange par le mycelium.
Spores : Basidiospores 4-4,6 x 1,8-2,3 m, hyalines, non-amyloides, brievement cylindriques, legerement comprimees d'un cote; apicule minuscule.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Deux substances antibiotiques ont ete isolees dans ce champignon lors de tests menes suite a leur utilisation par les populations aborigenes d'Australie, notamment pour curer les ulceres de la bouche.
Boletellus emodensis (Berk.) Sing. 1942 Noms francais : Bolet hirsute ; Bolet chrysantheme (キクバナイグチ) ; Strobilomyces annamite
Synonymes : Strobilomyces annamiticus Pat. 1909 ;
Boletellus floriformis Imaz. 1952 ;
Boletellus ananas (Curt.) Murill ss. Hongo in Imazeki et al. 1970 ;
Boletellus annamiticus (Pat.) E.-J. Gilbert 1931 ;
? Strobilomyces pallescens ss. Yasuda 1916

References : IH1 507 ; IOH p. 350 ; BMBDS 116 p. 13 ; BSMF 25 p. 6 (Strobilomyces annamiticus Pat. 1909) ; Yoshimi 159
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 5-10 cm, hemispherique puis convexe a plan-convexe, a revetement sec, epais et separable, d'abord densement couvert d'un tomentum squamuleux, constitue de meches apprimees de 2-6 mm de largeur, habituellement rouge vineux fonce, plus rarement teinte de rose (le contexte contrastant en rouge pale a blanchatre sale, les squames palissant dans la vieillesse en perdant leur tons rougeatres pour un brun grisatre), bientot se fissurant, avec le deploiement du chapeau, en plaques plus ou moins grandes sur toute la surface, qui confere a l'ensemble un aspect de chrysantheme ou d'ananas (Strobilomyces). Marge appendiculee par d'importants vestiges du voile qui recouvre entierement l'hymenophore chez le jeune.
Lames/Pores : Tubes adnes, 6-12 mm, jaune citrin, bleuissants instantanement au contact de l'air. Pores 0,5-1,2 mm de diametre, arrondis puis anguleux, citrin vif, brunissants.
Chair : Chair epaisse et ferme, fibreuse dans le stipe, jaunatre pale, bleuissant a la coupe. Odeur nulle, saveur douce.
Stipe : 7-11 x 1-2,5 cm, quasi bulbeux a la base, souvent courbe, plein ferme, strie longitudinalement, jaune olivace au milieu, rougeatre aux extremites, bleuissant au froissement. Anneau subapical epais et tenace, retrousse aux abords du stipe.
Habitat : Himalaya, Inde, Chine, Malaisie, Borneo, Nouvelle Guinee. Au Japon (Honshu, Shikoku et Kyushu), vient en ete et automne dans les bois meles de Pinus-Quercus, Abies-Castanopsis ou Castanopsis, generalement a terre, parfois sur branches mortes ou troncs vivants de Quercus et Cryptomeria (a moins d'1 m de hauteur), rarement sur les rochers moussus.
Spores : 20-24 x 8,5-12,5 m, ellipsoides, striees de rainures longitudinales ou obliques.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Donne comme comestible a l'etat jeune. Plusieurs especes tres affines ont ete decrites en zone subtropicale, notamment Boletellus ananas, du sud de l'Amerique du Nord, mais le bolet chrysantheme se distingue par ses tons vineux dans le chapeau et le stipe, et une spore plus grande. Une variete a squames plus petites et chair jaune vif a ete signalee dans l'ouest de Honshu par Nagasawa en 1987.
Boletellus elatus Nagas. 1984 Noms francais : Bolet a pied elance (アシナガイグチ) ; Bolet de Hiratsuka
Synonymes : Boletellus hiratsukae Nagasawa in Singer 1986 (nom. nud.)
References : Nagasawa Eiji -1984, Trans. Mycol. Soc. Japan 25(4) p. 361-366 ; IH1 512 ; IOH p. 354 (gauche)
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 3-9 cm de diametre, hemispherique a convexe puis plan-convexe; Revetement subtomenteux a presque glabre avec l'age, viscidule par l'humidite, de couleur rouge brique a sepia, ou chatain, parfois legerement plus pale a la marge. Voile absent.
Lames/Pores : Tubes 10-30 mm de long, adnes a presque libres, souvent fortement convexes a maturite, jaune pur puis citrin a verdatre olivace, immuables a la coupe. Pores petits puis jusqu'a 2 mm de diametre, anguleux, concolores, immuables au toucher.
Chair : tendre, assez mince dans le pied, blanchatre puis jaunatre, avec une touche de vineux sous la cuticule, immuable ou parfois virant au vineux a la coupe. Odeur nulle, saveur douce.
Stipe : 9-20 x 0,6-1,2 cm, long et elance, epaissi et clave a la base (1,4-4 cm d'epaisseur), de plus en plus mince vers le haut, plein ou farci. Revetement concolore au chapeau, ou plus sombre (brun vineux) avec l'age, sec, pruineux-veloute, raye longitudinalement, non reticule, ou parfois vaguement ruguleux-reticule au sommet. Mycelium basal blanc, abondant.
Habitat : Ete-Automne, Honshu et Kyushu (Japon), dans les bois de Pinus-Quercus, Castanopsis, Abies-Castanopsis, ou Castanopsis-Quercus. Singer a retrouve cette espece au Mexique sous Pinus-Quercus en 1992.
Spores : (12-)16-19(-20) x (7,5-)9-11(-12,5) m (Q=1,6-1,8) rainures incluses, ellipsoides a oblongues-ellipsoides de face, plutot inegales de profil avec une large depression supra-hilaire, etroitement tronquees en raison du petit pore terminal, jaune de miel dans KOH et Melzer, souvent encapuchonnees de brun violace dans le Melzer. Surface striee de 14-18 rainures, souvent fourchues mais pas obliques comme Boletellus ananas et B. emodensis.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Espece peu commune mais largement distribuee et facile a reconnaitre sur le terrain a son pied elance et pruineux a la base epaissie, son chapeau et stipe colores d'un brun chaud, sa chair et ses tubes immuables. La morphologie sporale le place dans la section Chrysentheroidei Singer.
Boletellus obscurecoccineus (Hohn.) Singer 1945, Farlowia 2 p. 127 Noms francais : Bolet rhubarbe (ミヤマベニイグチ)
Synonymes : Boletus o. Hohnel 1914 ;
Boletellus puniceus (W.F. Chiu) X.H. Wang & P.G. Liu 2002 ;
Boletus megasporus M. Zang 1980

References : IH1 508 ; IOH p. 353
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 3-6 cm, convexe puis plan. Revetement sec, scrobicule et tomenteux, "brun madere", "vieux rose" ou "cannelle rosatre", d'un beau rose rouge rhubarbe vif et a marge excedante chez le jeune, souvent subtilement rimeux-areole, conexte jaune pale, parfois vaguement bleuissant a la blessure.
Lames/Pores : Tubes adnes et deprimes autour du stipe, souvent decurrents par une dent, 5-13 mm de long, gris jaunatre, puis jaune citron vif a jaune verdatre criard, a la fin olivaces. Pores moyens et presque anguleux-hexagonaux, 0,5-1 mm, concolores aux tubes, immuables.
Chair : chair peu epaisse, molle, jaune pale dans le chapeau, presque blanche dans le bas du stipe, immuable ou bleuissant faiblement a la coupe. Saveur un peu amere, odeur nulle.
Stipe : 3-8 x 0,5-1 cm, egal ou epaissi a la base jusqu'a 1,5 cm, plein, revetu de rose "la France" (Ridgway) ou de blanc lave de rose, plus ou moins raye longitudinalement et furfurace de points rouges ou roses, surtout au sommet; souvent avec un tomentum basal blanc.
Habitat : Java, Borneo, Nouvelle-Guinee, Chine, Japon (peu commun), Taiwan, Coree, Afrique (Congo), vient sous fagaceae (Quercus, Castanopsis), plus rarement sous Pinus densiflora. Signale egalement sous eucalyptus en Australie.
Spores : jaune de miel sous le microscope, 14-20 x 5-7 m, subfusoides ou longuement ellipsoides a subcylindracees, finement et bassement rainurees longitudinalement. Basides tetrasporiques, 30-37 x 10-13 m; cheilo- et pleurocystides 33-90(100) x 10-15,5 m ventrues a etroitement fusoides, a paroi mince; trame hymeniale nettement bilaterale; caulocystides 33-51 x 7-12,5 m, la plupart clavees.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Ressemble a Boletus rubellus et B. fraternus en plus rose, mais la spore, rainuree, est ici fort differente et plus grande.
Boletellus russellii (Frost) E.-J. Gilbert 1931, Les Livres du Mycologue, Tome III : Les Bolets p. 107 Noms francais : Bolet de Russel (セイタカイグチ)
Synonymes : Boletus russellii Frost 1878 ;
Ceriomyces russellii (Frost) Murrill 1909 ;
Frostiella russellii (Frost) Murrill 1942

References : IH1 511 ; IOH p. 351
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : (3-)4-10(-13) cm, plan-convexe a etale, cuticule seche et feutree-veloutee puis presque lisse, bientot se rompant en plaques squamuleuses, brun jaunatre a brun rougeatre, puis gris olivace. Marge d'abord involutee puis droite.
Lames/Pores : Tubes adnes, jusqu'a 2 cm de long. Pores (1mm) anguleux, concolores aux tubes, jaune verdatre, immuables ou d'un jaune plus vif au frottement.
Chair : Douce mais insipide, jaune pale, immuable. Inodore.
Stipe : 8-16 x 1-1,5 cm, egal ou epaissi a la base (qui peut alors atteindre 2-3 cm d'epaisseur), parfois courbe et viscidule a la base, plein et ferme. Revetement subconcolore, profondement rainure et raboteux, hirsute par les cretes ramifiees.
Habitat : Amerique du Nord orientale (Tsuga, chenes, pins), Japon (dans les bois de Quercus serrata ou Pinede a Pinus densiflora).
Spores : Sporee brun olivacee. Spores ellipsoides, 15-20 x 7-11 m, aussi profondement sillonnees de rainures que le stipe.
Comestibilite : Comestible
Tricholoma giganteum Massee (1912) Noms francais : Tricholome geant ; Tricholome remarquable (ニオウシメジ)
Synonymes : Tricholoma giganteum Massee (1912) , Bulletin of miscellaneous information - Royal botanic Gardens, Kew, 1912(6), p. 254 (Basionyme)
Macrocybe gigantea (Massee) Pegler & Lodge (1998) , Mycologia, 90(3), p. 497 (nom actuel)
? Tricholoma lobayense Heim 1970
? Tricholoma spectabilis Peerally et Sutra 1973

References : TMSJ 22 p. 181-185 (1984) ; IH1 97 ; IOH p. 75
Groupe : Tricholomes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Tricholomataceae
Chapeau/Fructification : 12-32 cm, d'abord convexe, puis plan et plus ou moins deprime avec une marge dressee, parfois largement umbonne; revetement presque glabre, beige, gris-beige, ivoire ou mastic, rarement devenant brun a brun fonce dans les blessures avec l'age. Marge longtemps involutee, souvent sinueuse avec l'age.
Lames/Pores : assez serrees, adnees-emarginees a sinuees, tres etroites chez le jeune, puis jusqu'a 2 cm de large; marge erodee. Couleur mastic puis jaune paille.
Chair : blanche, ferme, epaisse au disque, douce. Odeur plus ou moins farineuse.
Stipe : 12-47 cm de hauteur, epaisseur de 1-3,5 cm au sommet, 1,5-7 (-12)cm a la base, cylindrique a subclave (surtout les jeunes), connes ou cespiteux a la base. Revetement fibrilleux-rugueux, glabre a un peu floconneux, concolore, sur fond blanchatre.
Habitat : Vient en grosses touffes tres denses. Affectionne les pentes terreuses nues, les friches et jacheres (canne a sucre) ou sous feuillus. Inde, Ile Maurice, Japon (Kyushu, Okinawa).
Spores : blanches en masse, 5-7,5 x 3,5-5 m, ovoides a largement ellipsoides, a paroi mince, lisse, souvent avec une guttule, non-amyloides, non cyanophiles. Basides tetrasporiques, 25-37,5 x 6-7,5 m, etroitement clavees, granulations carminophiles absentes. Acystidie.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Decrit par Massee depuis l'Inde en 1912, puis recoltee regulierement au sud du Japon depuis 1978, cette espece de tres grande taille et relativement elancee, a ete recombinee en 1998 dans le genre Macrocybe. Cultive depuis peu en Inde, Chine, Japon. Aurait des proprietes anti-tumorales...
Boletus sensibilis Peck 1880 Noms francais : Bolet sensible (ミヤマイロガワリ)
Synonymes : Boletus miniato-olivaceus Frost var. sensibilis (Peck) Peck 1889
References : RTMI 18 p. 135-137 (1980)
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 4-12 cm, d'abord hemispherique avec la marge incurvee, plan-convexe a maturite; surface seche, mais pouvant devenir viscidule chez les sujets matures et imbus, veloutee dans la jeunesse, subtomenteuse, devenant presque glabre avec l'age, souvent fissuree, en totalite ou seulement a la marge, notamment par temps sec, de couleur brun rougeatre, rouge brique ou brun dore avec une legere teinte rougeatre au disque par temps sec.
Lames/Pores : Tubes subdecurrents ou a peine deprimes autour du stipe, jusqu'a 1 cm de long, d'abord jaunes puis olivaces. Pores 0,5-1 mm de diametre, subanguleux, concolores aux tubes, rarement avec une touche d'orange rougeatre a la corruption, virant au bleu fonce au froissement.
Chair : jusqu'a 1,5 cm d'epaisseur dans le chapeau, ferme puis molle, jaune clair, virant rapidement et fortement au bleu fonce au contact de l'air. Odeur faible, aromatique. Saveur douce. Chair du pied jaune vif, parfois tachee de rouge grisatre a la base.
Stipe : 6-12,5 x 1-1,5 cm, d'abord ventru puis egal ou legerement attenue vers le bas, avec un mycelium basal jaunatre, robuste; revetement entierement et densement recouvert de flocons a la loupe et souvent reticule a l'apex. Entierement jaune dans la jeunesse, souvent tache de rouge pale ou de vieux rose a partir du bas, bleuissant comme la chair,
Habitat : Forets de Fagus-Quercus ou mixtes (Cryptomeria-Pinus-Castaneus). Amerique du Nord orientale, Japon (Tottori, Kyoto).
Spores : Sporee brun clair, 10-12,5 x 3,5-3,8 m, subfusiformes en vue de face, jaune grisatre dans KOH. Quelques jeunes spores sont dextrinoides.
Commentaires : Ressemble beaucoup au Boletus erythropus, mais les pores de ce dernier sont rouges des la jeunesse, son chapeau est d'un brun plus fonce et son pied rougeatre plus fonce egalement.
Boletus ornatipes Peck 1878 Noms francais : Bolet a pied orne (キアミアシイグチ)
Synonymes : Pulveroboletus retipes ss. Hongo 1960, Imaz. et Hongo 1965 ;
Retiboletus ornatipes (Peck) Manfr. Binder & Bresinsky 2002

References : IH2 549 ; Yoshimi 146 ;
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 4-15 cm, convexe a largement etale, tres finement feutre-tomenteux, jaune pale a brun jaunatre ou brun olivace, parfois tres fonce, marge restant jaune ou plus pale.
Lames/Pores : circulaires, 2-3/mm, jaune vif puis olivace, brunissants au froissement. Tubes jusqu'a 15 mm de long.
Chair : jaune pale, jaune d'or a la coupe, non bleuissante, immuable ou brunissant legerement. Saveur et odeur nulle, rarement amariuscule. Reaction brune orange a l'ammoniaque sur le chapeau, subnulle sur la chair. KOH = brun rougeatre fonce.
Stipe : 6-15 x 1-2,5 cm, epais et plein, subegal ou appointi a la base, rarement fusoide; fortement et grossierement reticule sur toute la surface de jaune vif, orange puis brunissant avec l'age ou la manipulation; mycelium basal jaune.
Habitat : Amerique du Nord, Japon. Ete a automne, dans les bois de feuillus, notamment sous Fagacees (Quercus, Fagus, Castanopsis) ou meles.
Spores : sporee brun olivace. Spores 8-14 x 3-4 m, subfusoides, lisses; pleurocystides fusoides-ventrues, a col empli de substance jaunatre lors du regonflage de materiel d'herbier dans KOH.
Comestibilite : Sans interet
Russula rubescens Beardslee 1914 Noms francais : Russule rougissante (イロガワリベニタケ)
References : IH2 583
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 7-10cm, hemispherique puis etale avec le disque deprime, enfin en entonnoir. Revetement non visqueux, couleurs tres variees, de jaune cannelle a rouge brunatre.
Lames/Pores : Adnees, serrees, epaisses et assez larges mais fragiles, blanchatres, virant au jaune sordide.
Chair : Chair epaisse et dure, blanche, devenant lentement rouge brunatre, puis noircissant a l'air
Stipe : rougissant puis noircissant a la manipulation.
Habitat : Amerique du Nord, Japon
Spores : sporee ocre
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : R.rubescens est une espece dermatocystidiee dans les Decolorantes.
Aureoboletus thibetanus (Patouillard) Hongo & Nagasawa (1980) Noms francais : Bolet tibetain (ヌメリコウジタケ)
Synonymes : Boletus thibetanus Patouillard (1895) , Bulletin de la Societe mycologique de France, 11(3), p. 196 (Basionyme)
Suillus thibetanus (Patouillard) Kuntze (1898) , Revisio generum plantarum, 3, p. 536
Aureoboletus novoguineensis Hongo (1973) , in Kobayasi, Bulletin of the national science Museum, Tokyo, 16(3), p. 544
Aureoboletus thibetanus (Patouillard) Hongo & Nagasawa (1980) , Reports of the Tottori mycological Institute, 18, p. 133 (nom actuel)
Pulveroboletus thibetanus (Patouillard) Singer (1986) , The Agaricales in modern taxonomy, Edn 4, p. 774
Aureoboletus auriporus var. novoguineensis (Hongo) Klofac (2010) , Osterreichische zeitschrift fur pilzkunde, 19, p. 140

References : IH2 543
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 2,5-7,5 cm, d'abord convexe a conico-convexe, s'etalant avec l'age, surface visqueuse a poisseuse dans la jeunesse ou par temps humide, mais vite sec, plus ou moins fibrilleux ou ruguleux sous le gelin, brun rougeatre, puis chatin clair a brun orange ou orange grisatre avec l'age
Lames/Pores : Tubes jusqu'a 1,2 cm de long, deprimes autour du stipe, jaune vif puis citrin. Pores longtemps jaune vif, 0,5-1 mm de diametre, subanguleux, immuables.
Chair : Jusqu'a 1 cm d'epaisseur, molle et plus ou moins collante au toucher chez l'adulte, d'abord rouge grisatre a rose peche, puis blanchatre, avec un touche de rose pame sous la cuticule et au dessus des tubes, immuable a la coupe. Odeur imperceptible, saveur acide.
Stipe : 5-8 x 0,6-1,5 cm, epaissi a la base, attenue au sommet ou egal, souvent courbe; revetement viscidule a presque visqueux par temps humide, le sommet parfois strie par les tubes, ou encore furfurace de jaunatre dans le tiers superieur, mais en general rouge grisatre, ou concolore au chapeau, souvent avec des chinures plus foncees. Coton mycelien blanchatre a la base.
Habitat : Chine (decrite du Tibet par Narcisse Patouillard), Singapour, Malaisie, Papouasie-Nouvelle Guinee, et au Japon dans les forets melangees Quercus-Pinus.
Spores : 10-15-(18) x 4-5,5 m, ellipsoide-fusiforme a fusiforme vue de face, jaune grisatre pale, ou parfois orange grisatre dans KOH.
Comestibilite : Sans interet
Agaricus abruptibulbus Peck 1905 Noms francais : Psalliote a bulbe abrupt (ウスキモリノカサ)
Synonymes : non Psalliota abruptibulba ss. Essette (= A. essettei)
nec Agaricus abruptibulbus sensu auct. europ. (= A. silvicola)
nec sensu Mesplede (= A. arvensis)

References : IH1 262 ; IOH p. 191 ; non BK 4 194 (= silvicola) ; Eyssartier et Roux p. 276
Groupe : Agarics
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Agaricaceae
Chapeau/Fructification : 5-12(15) cm, hemispherique, puis convexe, a la fin etale, surface lisse, fibrilleux-soyeux a parfois squamuleux, de couleur creme a jaunatre pale, jaunissant au froissement, a marge souvent appendiculee de restes de voile.
Lames/Pores : distantes du pied, serrees, etroites (4-8 mm), blanchatres, bientot rouge pale puis brun fonce.
Chair : Plutot epaisse dans le chapeau, blanche puis jaunissant lentement dans le pied au contact de l'air.
Stipe : 7-13(15) x 1-1,5 cm, elance, egal a appointi au sommet, brusquement epaissi et margine a la base, comme si un bulbe globuleux avait ete tronque, vite creux, lisse au dessu de l'anneau, tres legerement et finement pelucheux, blanchatre a creme, puis carne, jaunissant au froissement. Anneau double supere, ample, membraneux, pelucheux a la face infere.
Habitat : Ete a automne dans la litiere des bois de feuillus, les bois meles, bambousseraies... Amerique du Nord orientale, Japon.
Spores : ellipsoides 6,5-8,5 x 3,5-5 m.
Commentaires : A. arvensis et silvicola se distinguent par leurs spores plus petites et leur absence de bulbe tronque.
Strobilomyces seminudus Hongo 1983, Trans. Mycol. Soc. Japan 23(3) p. 197 Noms francais : Bolet pomme de pin a moitie nu (コオニイグチ)
References : IH1 501
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 3-10 cm, convexe puis plan; surface seche, tomenteuse a tomento-squamuleuse, couvert d'ecailles apprimees inegales, grisatre a noiratre; squames 2-10 mm de large, contrastant avec la chair blanchatre visible dans les fissures, ou parfois presque glabre; marge appendiculee par des restes de voile membraneux, peu visibles car concolores.
Lames/Pores : Tubes jusqu'a 10 mm de long, adnes-subdecurrents a decurrents ou un peu deprimes autour du stipe, d'abord d'un blanc laiteux, puis fuligineuse a maturite; pores jusqu'a 1 mm de large, blanchatres a grisatre. Tubes et pores virant nettement au rouge puis au noir dans les blessures.
Chair : Chair du pileus jusqu'a 1 cm d'epaisseur au centre du chapeau, jusqu'a 7 mm a mi-rayon, blanchatre, rougissant puis noircissant au froissement comme toutes les parties du champignon. Saveur douce, odeur imperceptible.
Stipe : 4-10(-15) x 0,8-1,5 cm au sommet, 0,5-1 cm d'epaisseur vers la base, egal mais nettement epaissi au sommet, ferme, concolore au chapeau; surface reticulee par des tubes venant chevaucher le stipe, avec une zone laineuse annulaire pres de l'apex, ocelle d'ecailles tomenteuses apprimees pres de la base.
Habitat : Solitaires ou eparpilles sur le sol dans les forets mixtes de Castanopsis cuspidata et de chenes verts (Quercus serrata, Q. glauca, etc.). Japon (ouest de Honshu et Kyushu).
Spores : Sporee brunatre. Spores 6,9 x 7,1 x 6,5-8,5 m subglobuleuses a largement ellipsoidales, brun fonce dans KOH a 5%, avec des tubercules irreguliers souvent confluents et subcristules. Basides 11,15 x 21,35 m, en massue, quatre spores; sterigmates 2.5 a 6.5 mm de long (Fig. 2D). Cheilocystides 12,5,19 x 38,69 m, nombreuses, en massue a fusiformes ou subfusiformes, hyalines ou a contenu brunatre a brun pale, a paroi mince. Pleurocystides 12,5,20 x 44,81 m, abondantes, semblables aux cheilocystides, mais un peu plus grandes.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Remarques. Cette espece se distingue des autres par un stipe avec une zone annulaire, distinctement epaissi pres du sommet et ocelle d'ecailles apprimees-tomenteuses pres de la base. Les squames disseminees apprimees sur le chapeau different nettement de celle de S. confusus, qui est recouvert d'ecailles rigides et epineuses (Singer 1948).
Amanita spissacea S. Imai (1933) Noms francais : Amanite serpentoide (ヘビモドキ)
Synonymes : Amanita spissacea S. Imai (1933) , The botanical magazine, Tokyo, 47, p. 427 (Basionyme) (nom actuel)
Amplariella spissacea (S. Imai) E.-J. Gilbert (1940) , Iconographia mycologica, 27, supplement 1(1), p. 78

References : IH1 223 ; IOH p. 165
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 5,5-7 cm, vite plan, recouvert de squames apprimees brun fonce, souvent rompues, ocellee, evoquant la peau d'un serpent (inde nomen); marge egale, striee.
Lames/Pores : libres, serrees, inegales, blanches, entieres.
Stipe : Stipe central, 5-15 0,8-1,5 cm, fistuleux, blanc a brun grisatre, glabre, macules de brunatre fuligineux. Anneau membraneux, gris, fragile. Bulbe basal napiforme, tiquete-chine de restes de volve en squames concentriques brunes.
Habitat : Quercus-Castanopsis, Fagus etc. Japon, Chine, Coree.
Spores : Spores amyloides largement ellipsoides, hyalines, lisses, 8-10,5 7-7,5 μm. Cystides clavees, hyphes non bouclees.
Comestibilite : Inconnu
Russula bella Hongo 1968 Noms francais : Petite russule odorante (ニオイコベニタケ)
Synonymes : R. mariae Peck ss. Sing. 1986, Hongo 1988, 1989, non Peck ;
References : IH1 594 ; IOH p. 367
Groupe : Russules
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 1,5-4,5 cm, cuticule presque entierement separable, mate, finement poudree a pruineuse, rose rouge a rouge corail, parfois panachee, plus pale a la marge qui est striee par transparence avec l'age.
Lames/Pores : libres a attenuees au pied, ventrues, assez espacees, interveinees, blanches, puis creme; arete rose.
Chair : fragile, blanche et immuable; saveur douce; odeur fruitee agreable, comme celle d'amoena. FeSO4 lent et rose pale, Gaiac + a ++, R56 lent (15 minutes).
Stipe : 2-4 x 0,5-0,7 cm, egal ou attenue a la base, ruguleux-strie, finement pruineux, subconcolore rose, plus ou moins delave, ou rarement blanc, spongieux-farci, puis creux.
Habitat : En ete-automne dans les bois de Pinus ou Quercus, au bord des chemins, dans les parcs, etc. solitaire ou gregaire. Tres commun. Japon (Honshu), Coree du Sud.
Spores : Sporee creme pale. Spores ovales-subspheriques, 6.5-7,5 x 5,5-6 m, cretes subreticulees; basides 4-spores, 25-37 x 9-9,5 m; cheilocystides abondantes, 37-65 x 5,5-7 m, etroitement fusoides-ventrues, a sommet pointu. pleurocystides eparses, 44-55 x 5,5-7 m; Pileocystides 44-80 x 5,3-8 m.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Belle petite espece entierement pruineuse, d'un beau rose rougeatre, a odeur fruitee. En 1986, Singer avait examine un exemplaire ramene du Japon par un voyageur et conclu a la synonymie de R. bella avec R. mariae Peck, mais sa conception de ce taxon etait differente de celle de Peck.
Rhizopogon succosus A.H. Smith 1966 Noms francais : Rhizopogon juteux ; Rhizopogon du lac superieur (アカショウロ)
Synonymes : R. superiorensis A.H. Smith 1966
References : IH2 915 ; Yoshimi 84
Groupe : Truffes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Rhizopogonaceae
Chapeau/Fructification : KOH brun rouille, FeSO4 olivace.
Chair : chair douce, odeur souffree desagreable. Exsude un latex poisseux dans la jeunesse. Gleba compacte et ferme, brun tres fonce a maturite.
Habitat : De mai a janvier dans l'Est des USA et Rep. Dominicaine; en ete et automne au Japon, dans les bois de pins, purs ou meles.
Spores : 8-12 x 3-4,5 m; fusoide a ellipsoide, a base tronquee. Jaune brunatre, brun jaunatre en masse.
Comestibilite : Sans interet
Amanita alboflavescens Hongo (1970) Noms francais : Amanite squameuse jaunissante (キウロコテングタ)
Synonymes : Amanita alboflavescens Hongo (1970) , Memoirs of the Faculty of liberal arts and education, Shiga University natural science, 20, p. 50 (Basionyme)
References : IH1 227 ; IOH p. 188
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 4-6,5 cm, convexe puis plan; sec, furfurace, blanc puis jaunissant, recouvert de fragments de volves floconneux-membraneux, en plaques concolores et egalement jaunissants; marge non striee, appendiculee de restes de voile.
Lames/Pores : Lames libres ou subdecurrentes par la dent, assez espacees a assez serrees, 5-7 mm de large, blanc creme si intactes, inegales par des lamellules tronquees; arete finement poudree.
Chair : d'epaisseur moyenne, blanche, jaunissant a la coupe et au froissement, comme toutes les autres parties, d'un jaune chrome allant jusqu'au brun orange; saveur douce, odeur fruitee agreable.
Stipe : Pied solide, 4-7 x 0,7-1 cm, epaissi a la base bulbeuse obovale ou fusiforme-radicant (18-23 mm), floconneux-squamuleux au dessous de l'anneau, pruineux au sommet, blanc puis jaunissant. Anneau supere, plutot epais, floconneux-membraneux, striole en dessus, friable, blanc puis jaunissant. Volve fugace, mais laissant souvent quelques lambeaux en haut du bulbe.
Habitat : Au Japon, vient en solitaire et principalement sous les Fagaceae, ou parfois meles de Pinus densiflora, en ete et en automne. Signale en Chine, Coree et Thailande.
Spores : hyalines, amyloides, 6-12 x 4,5-6 m, subscylindriques. Boucles absentes.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Decrite du Japon par Hongo en 1970), ce taxon n'a pas pu etre traite dans l'etude des Lepidella de Bas(1969). L'absence de boucles l'eloigne de A. subsolitaria (= A. crassifolia Bas nom. prov.), comme le suggerait Hongo.
Amanita fuliginea Hongo (1953) Noms francais : Amanite fuligineuse (クロタマゴテングタケ)
Synonymes : Amanita fuliginea Hongo (1953) , Journal of Japanese botany, 28, p. 69 (Basionyme)
References : IH1 214 ; IOH p. 156
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 3-5(6) cm, d'abord ovoide puis convexe, enfin plan avec un leger mamelon central; revetu de fibrilles innees gris sombre a noiratre, plus fonce au centre, le mamelon etant presque noir et glabre; marge lisse, non appendiculee, contexte blanchatre.
Lames/Pores : libres, etroites (4mm), assez serrees, blanches, lamellules attenuees.
Chair : blanche immuable, mince. Saveur douce, odeur nulle.
Stipe : 6-9 x 0,5-1 cm, cylindrique ou attenue au sommet, surface blanche a grisatre, couverte de fibrilles et squamules gris brunatre; anneau supere, membraneux, grisatre; bulbe basal subglobuleux, epais de 1-2 cm, avec une volve libre grise de 3-7 mm de haut.
Habitat : en ete au Japon, dans les bois de Fagaceae (Quercus-Castanopsis). Signale en Chine, ou de nombreuses intoxications mortelles lui sont attribuees, ainsi qu'en Thailande.
Spores : 7,5 x 9 m, amyloides.
Comestibilite : Mortel
Amanita griseofarinosa Hongo (1961) Noms francais : Amanite poudree de gris (コナカブリテングタケ)
Synonymes : Amanita griseofarinosa Hongo (1961) , Memoirs of the Faculty of liberal arts and education, Shiga University natural science, 11, p. 39 (Basionyme)
References : IH1 225 ; IOH p. 166
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 3-6,5 (-15!) cm, convexe puis plan, grisatre, gris brunatre, rarement blanchatre. Finement recouvert de restes de volve farineux ou verruqueux grisatres, plus ou moins fonce. Marge lisse, appendiculee. Contexte blanc.
Lames/Pores : 3-7 mm de large, assez serrees a subespacees, libres, blanches a arete poudree de grisatre, lamellules attenuees au pied.
Chair : Chair mince, blanche, douce, inodore.
Stipe : 7-12 (-25!) x 0,3-0,8 cm, subcylindrique, revetement grisatre a blanchatre sale, couvert de squamules grises, farineuses, floconneuses ou fibrilleuses. epaissi a la base qui est parfois ventrue bulbeuse, orne de restes de volve floconneux-farineux gris a brunatre. Anneau gris, fugace.
Habitat : en ete-automne au Japon, dans les bois de feuillus meles de Castanopsis-Quercus. Recemment retrouve en Coree du Sud et en Chine continentale.
Spores : 9-11,5 x 7,5-9,5 m, largement ellipsoides a subglobuleuses, amyloides, boucles absentes.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Bas (1969) a place cette espece dans la stirpe Cinereoconia de la section Lepidella. Hongo (1987) la place tres proche de A. vestita Corner et Bas.
Amanita sychnopyramis Corner & Bas (1962) Noms francais : Amanite foret de pyramides (テングタケダマシ)
Synonymes : Amanita sychnopyramis Corner & Bas (1962) , Persoonia, 2(3), p. 291 (Basionyme)
Amanita sychnopyramis f. subannulata Hongo (1971) , Memoirs of the Faculty of liberal arts and education, Shiga University natural science, 21, p. 63

References : IH1 200 ; IOH p. 144
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 3-9 cm, hemispherique a convexe, puis etale avec une legere depression au centre; surface plus ou moins viscidule par l'humidite, brun sombre au disque, plus pale a la marge, couverte concentriquement de fragments de restes de volve, sous forme de minuscules verrues floconneuses pyramidales (0,5-1,5 mm de hauteur sur 0,5-2 mm de large), blanchatres a gris brunatre pale. marge longuement tuberculee-striee sur la moitie du rayon.
Lames/Pores : libres, serrees (80-102), souvent interveinees, lamellules tronquees (0-1), ventrues, 4-11 mm de large, blanches, finement flocculeuses a l'arete.
Chair : Chair blanche, mince, plutot fragile, saveur douce, odeur agreable.
Stipe : 3,5-12 x 0,4-1 cm, egal ou un peu attenue au sommet, muni d'un bulbe basal obovoide de 1-2 cm de diametre, blanchatre a chamois rosatre pale, souvent grisatre vers la base, le haut du bulbe bague de petites verrues jaune d'ivoire en cercles concentriques; farci ou creux. Volve adnee. La forme subannulata hongo 1971 possede un anneau blanc, tenu, tres mince, garni de flocons grisatres a la marge, persistant ou fugace.
Habitat : Pas tres commun, en ete, gregaire sur le sol dans les bois de feuillus persistants a Castanopsis cuspidata, probablement mycorhizien.
Spores : hyalines, non amyloides, globuleuses a subglobuleuses, 6,5-9 x 6-7,5 m, lisses, a cloisons minces; basides tetrasporiques;
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Cette espece ressemblant a A. pantherina (plus grande taille, verrues de forme differente et spores plus grandes et differentes) fut decrite de Singapour par Corner & Bas, puis signalee en Malaisie, mais toujours sans voile partiel. La f. subannulata est pour l'instant connue du Japon, et de Chine (= A. kwangsiensis Wang ?)
Amanita hongoi Bas (1969) Noms francais : Amanite de Hongo ; Fausse amanite epineuse (シロオニタケモドキ)
Synonymes : Amanita hongoi Bas (1969) , Persoonia, 5(4), p. 410 (Basionyme)
Amanita echinocephala ss. Hongo 1965
Lepiota vittadini (Moretti) Gillet ss. Yasuda

References : IH1 (ed.1965) 80 ; Kinoko Field Book p. 81 ; IH1 230
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 6,5-17 cm, hemispherique puis convexe a plan, a la fin un peu deprime au disque, assez charnu, blanc a brun jaunatre plus ou moins pale, surface seche, couverte de restes de volve en verrues brunes, de taille moyenne (2-3 mm de hauteur), subconiques a subpyramidales, de plus en plus petites vers la marge qui est non appendiculee ni striee.
Lames/Pores : libres, serrees, blanches a creme pale;
Chair : epaisse, dense et ferme, blanche.
Stipe : 10-15 x 2-3 cm, epaissi en massue vers le bas, ou l'epaisseur est de 4-4,5 cm, ferme et massif, surface flocculeuse-squamuleuse, blanc sordide, brunissant avec l'age, anneau creme subapical pendant, fugace. La moitie inferieure du est ornee de nombreux bracelets (aussi denses que le filetage d'un vis!) de minuscules verrues coniques ou pustuleuses brunatres.
Habitat : Ete-automne dans les bois de Quercus serrata et Castanopsis cuspidata. Espece rare au Japon (Shiga, Kyoto, Kobe, Oita), a present signalee en Coree du Sud, Chine continentale.
Spores : 9-11 7-8,5 m, amyloides, ovoides-globuleuses a largement ellipsoides. Boucles absentes. Pleurocystides globuleuses a utriformes, 11-20 m de diametre.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Section Lepidella, stirpe Perpasta, espece decouverte au Japon par Hongo, d'abord rapportee a A. echinocephala avant d'etre publiee comme espece nouvelle par Bas, d'apres les notes et planches de Hongo.
Marasmius pulcherripes Peck 1872 Noms francais : Marasme a tres beau pied ; fleur de litiere (ハナオチバタケ)
Synonymes : Chamaeceras pulcherripes (Peck) Kuntze 1898 ;
Marasmius siccus ss、Kawam,Hongo (1957)

References : IH1 160
Groupe : Marasmes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Marasmiaceae
Chapeau/Fructification : 0,5-2 cm, campanule a convexe puis largement campanule, enfin presque plan, souvent mamelonne; lisse ou finement ruguleux, sec, rose ou brun rosatre, palissant mais toujours plus fonce au centre.
Lames/Pores : Adnees ou libres, rarement avec un collarium; espacees, blanche ou rosatres. Sporee blanche.
Chair : tres mince. Saveur douce a amariuscule, ou de rave; odeur nulle.
Stipe : 2-6 x 0,1 cm, egal, sec, souvent torve, lisse, rosatre pale au sommet, de plus en plus fonce vers le bas, brun rougeatre a noir a la base, avec mycelium blanc.
Habitat : ete a automne en troupes ou en touffes. Saprophyte de litiere d'aiguilles de coniferes ou de feuilles. Bambous etc. Amerique du Nord orientale, Japon...
Spores : 11-15 x 3-4 m, lisses, irregulierement ovoides. Pleurocystides cylindriques a fusoides-ventrues, hyalines, 60 x 10 m. Cheilocystides en brosse, 25 x 10 m, dextrinoides.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Sosie de M. siccus qui est plus orange.
Hygrophorus inocybiformis A. H. Smith 1944 Noms francais : Hygrophore inocybe (オクヤマムクゲタケ)
References : Kinoko Field Book p. 18
Groupe : Hygrophores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Hygrophoraceae
Chapeau/Fructification : 4-8,5 cm, conique campanule et obtusement ombone, puis plan a peu deprime, revetement sec, entierement couvert de meches fibrilleuses beige, gris fonce a gris brunatre, sur fond pale. Marge incurvee, appendiculee.
Lames/Pores : inegales, arquees a subdecurrentes, large 8-14 mm epaisses et lardacees, subespacees, blanchatre a reflets beige; arete entiere. Sporee blanchatre.
Chair : assez epaisse, tendre, blanchatre, immuable, grisatre sous la cuticule. Saveur douce, odeur nulle.
Stipe : 4-7 x 0,6-1,5, plein, subegal, strie de fibrilles brun grisatre, contexte blanchatre. Vestige de voile partiel en trace annuliforme.
Habitat : en automne sous coniferes, Amerique du Nord, nouvelle pour le Japon, sous Tsugas, etc.
Spores : 10-11 x 6-8 m, hyalines, ellipsoides, lisses, non amyloides.
Comestibilite : Sans interet
Clavulinopsis miyabeana (S. Ito) S. Ito 1955 Noms francais : Clavaire de Miyabe ; Hallebarde rutilante (ベニナギナタケ)
Synonymes : Basionyme: Clavaria miyabeana S. Ito, Trans. Sapporo nat. Hist. Soc. 11(1) : 72 (1930) [1929]
References : IH2 660
Groupe : Clavaires
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Clavariales / Clavariaceae
Chapeau/Fructification : 5-14 x 0,5 cm, vermiculaires dresses, effiles ou arrondis au sommet, tantot longs et plats, tantot cylindraces torsades, jamais branchus; surface lisse ou plus ou moins ruguleuse, orange carotte
Chair : seche et creuse, orange a carotte, verdissant lentement au sulfate de fer en solution a 10%, noircissant au Melzer, nulle a la potasse.
Habitat : Bois, jardins et parcs; decrite du Japon, signalee en Chine, Coree du Sud et Thailande.
Spores : globuleuse a subglobuleuse, 5-8 x 6-9 m; baside clavee, tetrasporique, 6-9 x 35-52 m; boucles presentes dans les hyphes et les basides.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Consomme au Japon, malgre le risque de confusion par des amateurs avec le redoutable Podostroma cornu-damae.
Laccaria vinaceoavellanea Hongo (1971) Noms francais : Laccaire brun-vineux terne ; Laccaire feuille morte ( カレバキツネタケ)
Synonymes : Laccaria vinaceoavellana Hongo (1971) , Memoirs of the Faculty of liberal arts and education, Shiga University natural science, 21, p. 62 (Basionyme)
References : IH1 76 ; IOH p. 61 ; Kinoko Field Book p. 30 ; HN Aomori p. 33
Groupe : Clitocybes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Hydnangiaceae
Chapeau/Fructification : 4-6 cm, convexe puis etale avec une depression ombilicale au centre, non visqueux, radie a presque sillonne-strie, furfurace, surtout au disque, noisette brun-vineux ("Russet-vinaceous", "vinaceous-buff" du code Ridgeway 1912), palissant par le sec vers "pale-pinkish cinnamon" ou "pinkish-buff".
Lames/Pores : adnees-subdecurrentes, espacees [L = 20-25; l = (1)3-5]m large de 4-6 mm, epaisses, subconcolores.
Chair : mince et ferme, concolore, saveur douce, odeur legerement farineuse.
Stipe : 5-8 x 0,6-0,8 cm, egal, ferme, concolore au chapeau, strie- fibrilleux, avec tomentum blanc a la base, plein puis creux.
Habitat : Tres commun et ubiquiste au Japon, du debut de l'ete a l'automne, en troupe sur le sol des bois de feuillus (Castanopsis, Quercus, etc.), dans les pinedes, jardins, lisieres et bords des chemins.
Spores : Sporee blanche. Spores hyalines, spheroides, (5,5-)7,5-8,5 m de diametres, echinulees (epine de 1 m de long), non amyloides; basides tetrasporiques; cystides absentes. Trame des lames reguliere.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Tres proche de L. laccata dont il se signale par ses couleurs ternes, sa marge pileique sillonnee-striee et une spore un peu plus petite.
Microporus vernicipes (Berkeley) Imazeki 1943 Noms francais : Micropore a pied vernis, Flabelle luisante (ツヤウチワタケ)
Synonymes : Microporus affinis ss. Imaz. ;
Coriolus langbianensis Har. & Pat. (1914) ;
Coriolus vernicipes (Berk.) Murrill (1907) ;
Microporellus subdealbatus Murrill (1907) ;
Leucoporus vernicipes (Berk.) Pat. (1915) ;
Microporus makuensis (Cooke) Kuntze (1898) ;
Polystictus makuensis Cooke (1887) ;
Polystictus vernicipes (Berk.) Cooke (1886) ;
Trametes vernicipes (Berk.) Zmitr., Wasser & Ezhov (2012) ;
Coriolus subvernicipes Murrill (1908) ;

References : IH1 757 ; IOH p. 455 ; Imazeki, R. 1943. Genera of Polyporaceae of Nippon. Bulletin of the Tokyo Science Museum. 6 p.1-111
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Polyporales / Polyporaceae
Chapeau/Fructification : semi-circulaire, flabelliforme ou spatuliforme, 5-10 cm de diametre, brun clair a chatain ou bai, glabre, lisse a fortement veine radialement ou meme un peu ondule dans la vieillesse, zones concentriques etroites, generalement plus pale vers la marge qui est mince, egale ou lobee ou incisee, la base avec une couche legerement tomenteuse apprimee, ochracee, en langues irregulieres sur moins d' 1 cm en direction de la marge, mais aussi envahissant le haut du stipe (caractere specifique), le plus souvent contrastant fortement avec la surface du chapeau qui est plus sombre.
Lames/Pores : surface poree creme a brunatre pale, souvent tachee de points noirs, decoloree vers la marge, qui est tr-s etroite, voire nulle, sterile, tenue et blanche. Pores ronds, entiers, 6-7/mm; tubes concolores aux pores ou plus pales, jusqu'a 1 mm de profondeur.
Chair : mince, 1-2 mm, moins d'1 mm dans le chapeau, flexible et coriace, d'un blanc pur dans toutes les parties, , cuticule sombre sous-jacente, y compris sous le tomentum mycelien.
Stipe : court et lateral, 2-3 cm x 0,2-0,8 cm, souvent reduit a une simple contraction entre le chapeau et le substrat, la face superieure recouverte d'un coton mycelien creme a ochrace a partir du chapeau, la face inferieure soit couverte de pores decurrents, soit d'une cuticule jaunatre lisse et glabre tres distinctement delimitee. Base elargie en un disque lisse 1-2 cm de diametre.
Habitat : Annuel. Solitaire ou en petits groupes sur bois de feuillus, souvent empiles ou concrescents. Afrique (depuis la Sierra Leone jusqu'au Kenya et au sud, jusqu'en Zambie et Malawi), Japon, Coree?
Spores : cylindriques, 5-7 x 2-2,5 m de diametre hyalines, lisses, non amyloides ni cyanophiles; Systeme hyphal trimitique; hyphes generatives bouclees, 2-3 m de diametre, hyphes squelettiques majoritaires, a cloisons epaisses a pleines, 3-7 m de
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Facile a reconnaitre a ses sporophores bruns, en eventail ou spatule, pied lateral et un coussin mycelien blanc a la base du chapeau, caractere unique dans le genre.
Mycena roseocandida (Peck) Sacc. 1997, Syll. fung. (Abellini) 5: 262 Noms francais : Mycene rose candide (ヒメサクラタケ)
References : NASM pl. 11 B ; IH1 183 ; Mem. Shiga Univ. Vol. 13 p. 52-53, fig. 4, 1963
Groupe : Mycenes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Mycenaceae
Chapeau/Fructification : 5-15 cm, obtusement conique ou convexe, puis largement convexe a presque plan, surface glabre, non visqueuse, hygrophane, d'abord rose saumon a rose jaunatre pale, devenant rapidement jaunatre avec l'age, legerement strie par transparence par temps humide.
Lames/Pores : adnees ou echancrees, espacees (L=15-19, l= 1-3), 1-2 mm de large, remarquablement interveinees, presque blanches, arete entiere.
Chair : mince, fragile, concolore a la surface du chapeau, odeur imperceptible.
Stipe : 2-4 x 0,1-0,2 cm, cartilagineux, egal, creux, concolore, tubulaire ou comprime, pruineux au sommet, herisse de poils blancs a la base.
Habitat : En troupes sur le sol des bois de pins. Amerique du Nord, Japon. Pas commun.
Spores : hyalines, ellipsoides, lisses, 6,5-9,5 x 4-5 m, non amyloides; basides bisporiques, 28-35 x 6-7 m; cheilocystides nombreuses, 37-65 x 8,5-11,5 m, fusoides-ventrues, souvent a col allonge, pedicellees, hyalines, a cloisons minces; pleurocystides eparses, semblables au cheilocystides; toutes les hyphes sont bouclees.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Caracterise par ses teintes pudibondes (de "fillette au teint de petales de cerisier-sakura", selon le nom scientifique japonais) et la presence de cystides ventrues-fusoides, aussi bien sur les faces des lames que sur leurs aretes. Tres proche de M. amabilissima (Peck) Sacc., egalement rose pale, mais qui ne jaunit pas. Les recoltes nipponnes ont des spores un peu plus grandes que dans la litterature nord-americaine, et les basides sont exclusivement bisporiques.
Gerronema nemorale Har. Takah. 2000, Mycoscience 41 (1): 16 Noms francais : Omphale des bois ; Omphale olivatre (オリーブサカズキタケ)
References : IOH p. 96 (s.n. Omphalina epichysium)
Groupe : Omphales
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Marasmiaceae
Chapeau/Fructification : 0,6-1,5 cm, d'abord hemispherique, puis convexe avec une depression centrale, parfois concave ou ombilique, revetement lisse puis vite strie radialement a sillonne, pruineux dans la jeunesse, raye de fibrilles innees, brun olivace, puis vert grisatre, a la fin jaune terne. marge parfois ondulee.
Lames/Pores : arquees-decurrentes, assez espacees (25-35 grandes lames), etroites (O,8-1,2 mm), minces, jaune pale; marge fimbriee, concolore.
Chair : tres mince, 0,5 mm au plus, jaune pale; odeur non perceptible, insipide.
Stipe : 2-4 cm 0,1-2,5 mm, presque egal, mais renfle a la base, central ou un peu excentrique, elance, tubulaire, ferme, jaune pale; entierement furfurace; base herissee de poils myceliens blancs remarquables.
Habitat : Commun de mai a Octobre, solitaire ou cespiteux sur branches mortes tombees a terre en forets planitiaires de Quercus-Pasania. Japon.
Spores : Sporee blanc pur. Spores 8,5-10 5-6 μm, ellipsoides a largement ellipsoides, lisses, hyalines, non amyloides, a cloisons minces. Basides 26-35 5-7 μm, clavees, tetrasporiques. Cheilocystides 30-50 4-7 μm, abondantes, irregulierement cylindriques ou etranglees, lisses, hyalines ou a contenu jaune pale, a cloisons minces. Pleurocystides absentes. Trame des lames sub-reguliere; Pigment incrustant absent. Boucles presentes partout. Pileocystides et caulocystides largement clavees avec pigment jaune intracellulaire.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Les traits saillants sont la taille relativement petite, la silhouette omphaloide, la couleur olivatre, le chapeau fibrilleux, les cheilocystides cylindriques, les pileocystides et caulocystides largement clavees avec pigment jaune intracellulaire, et l'habitat lignicole. Ces caracteres placent cette espece dans le genre Gerronema, section Xanthophylla Singer (Singer, 1986), ou il voisine avec d'autres taxons subtropicaux, comme - Gerronema icterinum (Singer) Singer (Singer, 1948; Pegler, 1983), - Gerronema tenue Dennis (Dennis, 1961; Pegler, 1983), et - Gerronema citrinum (Corner) Pegler (Corner, 1966; Pegler, 1983).
Gymnopus neofusipes (Hongo) ined. Noms francais : Souchette du pin (アカチャツエタケ)
Synonymes : Collybia neofusipes Hongo, Memoirs of Shiga University vol 19, p. 75 (1969)
References : IH1 135 ; Kinoko Field Book p. 60
Groupe : Collybies
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Omphalotaceae
Chapeau/Fructification : 7-9 cm, convexe puis plan avec un mamelon obtus, a marge d'abord incurvee, non striee, glabre, non visqueux, de couleur rouille a roux-cannelle, le centre plus sombre (bai a brun caroube).
Lames/Pores : adnees-secedentes, 6-9 mm de largeur, blanches puis tachees de rosatre, extremement serrees-subcomprimees (L=40).
Chair : ferme, assez epaisse mais mince a la marge, brun tres pale puis blanche. Odeur faible, saveur douce puis un peu amere.
Stipe : 6-8 cm ou tres allonge, 1-1,5 cm d'epaisseur, fusiforme-radicant a la base, ferme, farci puis creux, sillonne, parfois torsade, plus pale que le chapeau.
Habitat : solitaire ou en touffe au pied des coniferes, surtout Pinus densiflora. Japon, Coree.
Spores : 4,5-7 x 2,5-3,5 m, hyalines, ovoides, apiculees, lisses, non amyloides.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : tres proche de G. fusipes, en differe surtout par le serrage extreme des feuillets et l'habitat sur coniferes.
Strobilurus ohshimae (Hongo & Matsuda) Hongo & Izawa 1994 Noms francais : Collybie des branches de cryptomeria (スギエダタケ)
Synonymes : Marasmius ohshimae Hongo & Matsuda, Journal of Japanese Botany 30 (3): 76 (1955) ;
Pseudohiatula ohshimae (Hongo & Matsuda) Hongo & Matsuda, Mycological Flora of Japan. Basidiomycetes 2(5): 194 (1959)

References : IH1 156 ; IOH p. 122 ; Kinoko Field Book p. 58
Groupe : Collybies
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Dermolomataceae
Chapeau/Fructification : 1-5 cm, hemispherique puis plan avec le centre plus ou moins deprime; surface non visqueuse (seulement un "toucher gras" par temps humide), finement duveteuse, blanchatre, teintee de grisatre au centre.
Lames/Pores : blanches, assez serrees a subespacees (35 L, 35 Ll, 70 Lll), 1-4 mm de largeur.
Chair : tres mince et tenace.
Stipe : 3-7 cm x 1,5-3 mm, mince, creux mais tenace, coude et radicant a la base, duveteux, blanchatre sous les lames mais jaune de miel a jaune orange brunatre ailleurs.
Habitat : Espece tardive, venant de la fin de l'automne au debut de l'hiver. Sur branches tombees a terre de coniferes, surtout Cryptomeria japonica. Japon: Honshu et Kyushu.
Spores : ellipsoides, 4,5-6,5 x 2-3 m; Cheilocystides utriformes + - arrondies, 32-50 x 15-29 m, a pedicelle etroit. Pileocystides 80-230 x 10 x 29 m.
Comestibilite : Comestible
Galiella celebica (Henn.) Nannf. 1957, Mycologia 49 (1): 108 Noms francais : Galiella des Celebes ; Champignon caoutchouc (オオゴムタケ)
Synonymes : Bulgaria celebica Henn., Monsunia 1: 30 (1899) ;
Sarcosoma celebicum (Henn.) Sacc. & P. Syd., Sylloge Fungorum 16: 771 (1902) ;
Sarcosoma globosum var. celebicum (Henn.) Kobayasi, J. Jap. Bot.: 518 (1937) ;
Trichaleurina celebica (Hennings) M. Carbone, Agnello & P. Alvarado, Ascomycete 5 (1): 6 (2013)

References : IH2 968 ; IOH p. 553
Groupe : Pezizes
Classification : Ascomycota / Pezizomycetes / Pezizales / Pyronemataceae
Chapeau/Fructification : Hemispherique a tronque-cupuliforme, sessile, 3-4 cm de hauteur, 4-7 cm de diametre, surface tomenteuse ou strigueuse-hirsute, noire, couverte de poils simples, septes, chatain, 300-600 x 13-15 μm, disque plus pale, glabre, brun-noir.
Chair : consistance agreablement gelatineuse a gommeuse, insipide et inodore.
Stipe : quasi nul.
Habitat : Sur branches mortes et debris ligneux divers (Betula, Quercus, Castanopsis...). Celebes, Indonesie, Nouvelle-Guinee, Madagascar, Japon.
Spores : asques cylindraces-claves, obtus, 300-360 12-16 μm, octospores, spores ellipsoides, guttulees, 23-27 11-13 μm.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Remarquable par sa forme de tambour, sa consistance et couleur de caoutchouc, sa chair gelatineuse seduit les palais asiatiques, a condition de l'assaisonner en soupe ou en sauce, car il est insipide.
Neocudoniella albiceps (Peck) Korf 1971 Noms francais : Leotie a tete blanche ; Fausse leotie visqueuse (ニセズキンタケ)
Synonymes : Ombrophila albiceps Peck 1889 ;
Leotia albiceps (Peck) Mains 1956, Mycologia 48: 700

References : Roland Labbe & Jacqueline Labrecque, mai 2014 ; Kinoko Field Book p. 301
Groupe : Pezizes
Classification : Ascomycota / Leotiomycetes / Leotiales / Helotiaceae
Chapeau/Fructification : 1-4 cm de hauteur, 0,5-1,5 cm de diametre, a tete bien differenciee, globuleuse, bosselee irreguliere, parfois deprimee au centre ou cyathiforme, de consistance gelatineuse, d'un blanc opalescent a gris translucide, souvent rose a brun roux.
Chair : gelatineuse, concolore. Saveur acidule.
Stipe : 0,5-2,5 x 0,5-1,5 cm, gommeux, evase au sommet et a la base, brun rougeatre fonce, recouvert d'une couche de gelin translucide.
Habitat : Assez rare a tres rare, sur le bois pourri de feuillus ou conifere, en ete et debut d'automne. Amerique du Nord, Coree, Japon...
Spores : fusiformes-ellipsoides, 5-8 x 2-3 m
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Le genre Neocudoniella fut cree par le mycologue japonais Sanshi Imai en 1941, Journ. Faculty Agriculture, Hokkaido University 45: 233 (1941).
Lepiota atrosquamulosa Hongo 1959, Journal of Japanese Botany 34: 239 Noms francais : Lepiote a squamules noires (ナガクロキツネノカラカサ)
References : IH1 278
Groupe : Lepiotes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Agaricaceae
Chapeau/Fructification : 1,5-4 cm
Lames/Pores : libre, blanc a blanc jaunatre, 2-3 mm de large.
Chair : blanche
Habitat : Japon, Nouvelle-Guinee, Taiwan.
Spores : 6-9 x 4,5-5 m
Comestibilite : Sans interet
Clathrus bicolumnatus (Lloyd) Sacc. & Trotter 1912 Noms francais : Clathre a deux colonnes ; Pince de crabe (カニノツメ)
Synonymes : Laternea bicolumnata Lloyd 1908 ;
Linderia bicolumnata (Lloyd) G. Cunn. 1931 ;
Linderiella bicolumnata (Lloyd) G. Cunn. 1942 ;
Laternea columnata var. bicolumnata (Lloyd) Rick 1961

References : IH1 896 ; IOH p. 515
Groupe : Phalles
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Phallales / Clathraceae
Chapeau/Fructification : ufs semihypoges, spheriques au debut, vite ovoides a coniques, 1-2(3) cm de diametre, souvent appointis au sommet et munis d'aretes saillantes, comme ceux des Mutinus et Lysurus; base munie d'une radicelle mycelienne blanche; a la coupe, la gleba centrale est encadree par les deux stipes deja colores de rouge orange (couleur d'ecrevisse ou de crabe cuit qui renforce la pertinence du nom japonais "pince de crabe"). Le voile general se dechire sous la croissance de deux colonnes astipitees (!) rouge pale a jaune orange, divergeant a mi-hauteur, effilees au sommet ou elles se courbent en arche, comme retenues et collees par la gleba.
Chair : abondante, brun verdatre sombre a noire, logee sous l'arche formee par le cintrage des deux pseudo-stipes reunis au sommet, a odeur fetide, desagreable.
Stipe : pseudo-stipe forme de deux tiges separees paralleles, 5-7 cm de hauteur, 0,5-1 cm d'epaisseur, rouge pale a jaune orange, parfois blanc dans le tiers inferieur.
Habitat : Cette espece saprophyte vient volontiers en troupe, en automne, dans les jardins, les bois clairs, sur sol riche en humus organique. Longtemps considere endemique au Japon, puis signale en Chine et en Amerique du Nord. Introduit recemment a Hawai ou il semble suivre les residences secondaires des japonais! Kansai. Etage planitiaire (35 m). Plantation urbaine (Jardin, Parc), arbres ornementaux. Substrat: Terricole (a terre), humus riche et debris ligneux, sol amende d'ecorces etc..
Spores : incolores, ellipsoides, 3,5-5 x 1,5-2 m.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Station riche en especes de gasteromycetes, se deplacant d'annee en annee de quelques metres seulement. Cette annee, Linderia bicolumnata est nouvelle sur la station, jusqu'ici occupee par Lysurus mokusin et Phallus rugulosus. Par contre, les Lysurus sont absents (substitution par concurrence ?), et les Phallus rugulosus semblent plus luxuriants (grande taille, plus souvent intacts) que les trois annees precedentes. Il n'est pas facile de distinguer les oeufs des deux especes in situ mais les oeufs de Phallus rugulosus sont plus spheriques et d'une blancheur vite salie de gris brunatre. Ceux de Linderia bicolumnata sont plus apointis-ovoides (peut-etre du a la croissance des doubles stipes reunis en pointe au sommet a l'interieur de l'oeuf ?). a la coupe cependant la difference est tres nette d'un genre a l'autre. Pour bicolumnata, la gleba centrale est encadre par les deux stipes deja colores de rouge orange (couleur d'ecrevisse ou de crabe cuit (cf. le nom japonais "pince de crabe"). Quant a Phallus rugulosus, comme tous les Phallus, le pied est encore blanc, central, entoure par la gleba.
Leccinum griseum (Quel.) Singer 1966 sensu Singer, Moser, Bresinsky et al. Noms francais : Bolet gris (スミゾメヤマイグチ)
Synonymes : Basionyme: Gyroporus griseus Quel. 1902 ;
Boletus griseus (Quel.) Sacc. & D. Sacc. 1905 ;
Leccinellum griseum (Quel.) Bresinsky & Manfr. Binder 2003

References : RTMI 18 p. 138-140 (sensu Hongo & Nagasawa 1980) ; IH2 575
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 4,5-9 cm, convexe a conico-convexe, souvent aplati au disque avec l'age; surface glabre, lubrifiee et presque visqueuse (surtout dans la vetuste) par temps humide, scrobicule a ruguleux-crevasse, parfois rimeux-areole, "brun tabac"(Methuen 5F6) a "ambre brulee" (6F6), ou "brun cacao" (6E6) dans la jeunesse, puis devenant "brun moutarde" (5E6) a "argile" (5D5) vers la marge, plus rarement "chamois" (5C5) avec la marge plus claire dans la vieillesse, souvent noiratre dans les blessures; marge legerement excedante.
Lames/Pores : Tubes jusqu'a 2 cm de long, fortement deprimes autour du stipe avec l'age, creme (4A3) a ivoire (4B3) dans la jeunesse, devenant plus fonces et avec une touche d'orange brunatre a maturite, brun clair (5~6D~E5) en herbier, rougissant puis gris brunatre sombre a la coupe. Pores 0,5-1 mm de diametre, subanguleux, concolores aux tubes, devenant olivace au froissement dans la jeunesse;
Chair : jusqu'a 1 cm d'epaisseur au disque, assez brusquement amincie a la marge, ferme puis molle, blanchatre a jaunatre pale, puis devenant "rouge grisatre" (7B3~7B5) a la coupe, a la fin gris brunatre fonce a noiratre, parfois sans rougissement intermediaire. Odeur faible et saveur douce.
Stipe : jusqu'a 10,5 cm de long, 1-2 cm d'epaisseur a la base, attenue au sommet, souvent un peu appointi a la base, robuste; surface furfuracee en haut du stipe, grossierement raboteuse en bas, souvent plus ou moins fibrillo-squamuleuse a la base avec l'age; l'ornementation est d'abord grisatre, puis de plus en plus foncee a presque noire a la base chez les vieux, contrastant avec le contexte blanc grisatre, ou rarement jaunatre pale a la base. Chair du stipe blanchatre a subtilement jaunatre avec l'age, parfois avec un tache bleuatre pale a la base des vieux specimens, meme changement de couleur a la coupe que le chapeau. Mycelium basal blanc sur le frais, jaune pale en sechant.
Habitat : Hemisphere Nord.
Spores : brunes en masse; fusoides vues de face, subfusoides a depression supra-hilaire de profil, 15-19 x 5,5-6 m, brun orange a brun clair in KOH, jeunes spores rarement dextrinoides; basides bisporiques chez les recoltes japonaises.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : La synonymie avec Leccinum carpini est loin d'etre admise par la moitie des auteurs, nous conservons ici le distinguo provisoire du champignon de Quelet ss. Singer etc... Les recoltes japonaises different par leur bisporie et des cystides plus grandes. a completer
Cortinarius nigrosquamosus Hongo 1969 Noms francais : Cortinaire a ecailles noires, Cortinaire herisse (オニフウセンタケ)
References : IH1 413
Groupe : Cortinaires
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Cortinariaceae
Chapeau/Fructification : 3,5-8 cm, convexe puis plan, surface seche, jaune grisatre, densement couverte d'ecailles noires pointues, flocculeuses, dressees ou recurvees.
Lames/Pores : adnees a subdecurrentes, presque espacees, interveinees, ocrace-cannelle.
Chair : plutot mince, jaune de miel pale. Saveur douce, odeur quasi nulle.
Stipe : 4-9 x 6-14 cm, epaissi-clave a la base, farci puis creux, jaune grisatre, plus pale dans le tiers superieur, recouvert d'ecailles noires fibrilleuses a apprimees, en plusieurs bandes irregulieres, montant jusqu'a la cortine.
Habitat : Rare en automne sous Pinus densiflora, les bois mixtes de feuillus a Quercus-Castanopsis. Japon (a l'ouest de Tohoku), Papouasie-Nouvelle-Guinee.
Spores : 5,5-7,5 x 5-6 m, de couleur fauve-rouille sous le microscope, subglobuleuses ou largement ellipsoides a sub-amygdaliformes, ponctuees, 1 guttule. Basides 4-spores, 26-35 x 7,5-9 m, trame des lames formees d'hyphes paralleles de 3-12 m d'epaisseur; squames du chapeau constituees de fascicules d'hyphes septees de 7-20 m de large, a pigment intracellulaire olivace; articles terminaux subcylindriques ou subventrus, a extremite arrondie ou attenuees a subaigues. Toutes les hyphes sont bouclees.
Commentaires : Cortinaire (Anomali) remarquable par ses revetements herisses de squames noires et ses spores subglobuleuses.
Mitrula sclerotipus Boud. 1877 Synonymes : Heyderia sclerotipus (. Boud) Benkert, Gleditschia 10: 153 (1983) ; Scleromitrula sclerotipus ( Boud.) S.Imai 1941 ;
Episclerotium sclerotipus (Boud.) LM Kohn, Transactions de la Societe mycologique du Japon 25: 143 (1984)

References : Boud. Planche 428 ; Medardi p. 130 ; Dennis p. 89 ; Gr. p. 282 n 452
Groupe : Pezizes
Classification : Ascomycota / Leotiomycetes / Leotiales / Sclerotiniaceae
Chapeau/Fructification : Hauteur totale : de 1 a 2 cm. Receptacle en massue oblongue, claviforme, bien distincte, plus courte que le pied, ordinairement un peu etranglee vers le milieu, pleine ou farcie, jaune ferrugineux a l'exterieur.
Stipe : Plein, concolore, ordinairement simple, plus rarement bifurque, plus court que la clavule,
Habitat : Sous les feuilles mortes et parmi les mousses, dans les bois marecageux.
Spores : Fusiformes, granuleuses interieurement, 10-13 x 3-3,5 m. Asques fusiformes 40-50 x 5-7 m. Paraphyses lineaires, plus courtes que les asques, hyalines et granuleuses a l'interieur.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Gregaire. Peu frequent. Automne.
Inocybe lutea Kobay. et Hongo 1952 Noms francais : Inocybe jaune (キイロアセタケ)
Synonymes : Astrosporina lutea (Kobayasi & Hongo) E. Horak 1979
References : IH1 383
Groupe : Inocybes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Inocybaceae
Chapeau/Fructification : 2,5-3 cm, convexe a conico-convexe, puis campanule; Revetement sec, jaune orange a abricot, couvert de fibrilles radiales concolores dans la jeunesse, puis brunissant, a marge soyeuse et striee; pas de restes velaires.
Lames/Pores : adnees a sublibres, etroites et serrees; jaune orange a abricot fonce, brunissant, a arete blanche et fimbriee.
Chair : Assez ferme, jaune a jaune orange. Saveur douce. Odeur desagreable d'iode ou de corne brulee.
Stipe : Ferme, 2,5-3,5 x 0,3-0,5 cm, cylindrique, bulbeux-margine a la base qui atteint 7 mm de diametre; jaune orange a abricot; Revetement sec, entierement pruineux; parfois strie longitudinalement. Pas de restes de voile.
Habitat : ete-automne, solitaire ou en groupe, sur le sol dans les bois de feuillus (Fagus). Japon, Papouasie-Nouvelle-Guinee
Spores : Spores 7-8 x 4,5-5,5 m, noduleuses, brunes. Basides 20-26 x 7 m, 4-spores. Cheilocystides et pleurocystides 35-62 x 11-22 m, lageniformes a fusoides, metuloides, incrustees, hyalines a jaunatre dans KOH. Caulocystides similaires. Pileo a hyphes cylindriques x 3-8 m, incrustees de pigment orange brunatre. Boucles nombreuses.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Cet inocybe est facile a identifier par ses teintes jaune orangees et son odeur d'iode desagreable.
Clavaria purpurea Clavaria purpurea Fr. 1821 Noms francais : Clavaire violette (ムラサキナギナタタケ)
Synonymes : Alloclavaria purpurea (Fr.) B. Dentinger & D.J. McLaughlin 2007
References : IH2 653 ; Cetto 2859
Groupe : Clavaires
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Clavariaceae
Chapeau/Fructification : 2,5-12 cm x 1,5-5 mm, cylindraces a presque fusoides, non-ramifies, souvent obtusement appointis au sommet, aplatis et flexueux, parfois avec une rainure longitudinale; surface mate, violet terne a brun-violace, plus pale a la base.
Chair : tendre et friable, mince, blanche a violetee. Saveur et odeur peu marquees.
Habitat : en touffes denses sur le sol ou dans les mousses, sous coniferes, en ete-automne. Assez rare en Europe, commun en Amerique du Nord et au Japon ou il est donne comestible.
Spores : Sporee blanche. Spores 5,5-10(12) x 3-5 m, ellipsoides, lisses. Basides 4-spores. Cystides hyalines, cylindracees, 45-130 x 5-9 m, a cloisons minces. Pas de boucles.
Comestibilite : Comestible
Lactarius uyedae Singer (1952) Noms francais : Lactaire d'Ueda ; Lactaire blanc minuscule (ヒメシロチチタケ)
Synonymes : Lactarius uyedae Singer (1952) , Kew bulletin, 7, p. 300 (Basionyme)
Pleurogala uyedae (Singer) Redhead & Norvell (1993) , Mycotaxon, 48, p. 377
Lactifluus uyedae (Singer) Verbeken (2012) , Mycotaxon, 119, p. 485 (nom actuel)

References : Nova Hedwigia 40 (1-4): 436 (1985) ; IH2 615 ; Mycologia Vol. 92, No. 6 (nov.-dec. 2000), p. 1119-1132
Groupe : Lactaires
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Russulales / Russulaceae
Chapeau/Fructification : 4-12 mm, pleurotoide, blanc a creme jaunatre, avec des taches ochrace en vieillissant. Cuticule mate, tendant a montrer des tons rouille sur le sec, presque glabre a l'oeil nu mais finement hispide sous la loupe. Marge incurvee chez le jeune, finement fimbriee, souvent legerement sillonnee et irregulierement ondulee.
Lames/Pores : subespacees a espacees, subdecurrentes a decurrentes, d'un blanc un peu plus jaunatre que le chapeau, palissant par le sec, pulverulentes par la sporee, entremelees de 8-13 lamellules.
Chair : blanchatre, latex blanc, immuable, acre.
Stipe : 1-2(4) x 1-1,5 mm, fortement excentrique a lateral, parfois nul, blanc a ocrace pale, tendant a roussir par le sec, surtout au sommet, a revetement entierement subtilement hispide a tomenteux. Absence de voile et de subiculum.
Habitat : De juillet a septembre, epars ou en groupes, au sol ou sur bois en decomposition, parfois dans la mousse (et alors a stipe plus long), dans les bois feuillus (Quercus ou Fagus-Castanopsis). Japon central : Shiga (Otsu, Kokubu), Kyoto (Yamazaki), Osaka (Mino). Espece non tropicale malgre son classement avec L. campinensis, igapoensis et L. panuoides.
Spores : 7-9,5(10) x 5,5-7,5(8) m, subglobuleuses ou courtement ellipsoides, ornees de verrues densement reticulees, 0,4-0,7 m de hauteur, avec tache supra-hilaire amyloide. Basides 40-50 x 7,5-12 m, generalement 4-spores. Lactocystides jusqu'a 100 x 12 m, effilees ou le plus souvent obtuses, cylindriques a ventrues. Macrocystides presentes, en nombre vers la marge, effilees en forme de crayons, 50-65 x 7,5-12 m. Hyphes non bouclees, non amyloides. Trame hymeniale et pileique avec spherocystes nombreuses. Structure monomitique. Lacticiferes presents.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Minuscule lactaire pleurotoide, pris souvent pour un Marasmiellus, decouvert par Toshiho Ueda et dedie a ce dernier par Singer, classe dans sa section tropicale Panuoidei. Fiche compilee et illustree a l'aide des Legs de Toshiho (type), D.L de Singer et l'article "Systematics of Pleurotoid Russulaceae from Guyana and Japan, with Notes on Their Ectomycorrhizal Status" par Terry W. Henkel, M. Catherine Aime, Steven L. Miller Mycologia, Vol. 92, No. 6 (Nov. - Dec., 2000), pp. 1119-1132.
Podostroma cornu-damae (Pat.) Hongo & Izawa 1994 Noms francais : Cornes de daim rutilantes ; Champignon flamboyant (カエンタケ)
Synonymes : Hypocrea cornu-damae Pat., Bulletin de la Societe Mycologique de France 11: 198 (1895) ;
Podocrea cornu-damae (Pat.) Sacc. & D. Sacc., Sylloge Fungorum 17: 799 (1905)

References : IH2 p. 279 ; IOH p. 587 ; Kinoko Field Book p. 331 ; Saikawa Y. et al., in Tetrahedron, Volume 57, No. 39, 24 Sept. 2001 , pp. 8277-8281
Groupe : Pyrenomycetes
Classification : Ascomycota / Sordariomycetes / Hypocreales / Hypocreaceae
Chapeau/Fructification : Stroma simple et cylindrique a etroitement clave a flabelliforme, souvent bifide a branchu, ramifie en forme de bois de daim (inde nomen), 7-9 cm de haut, aplani, 0,5-1 cm d'epaisseur, plusieurs stromas cylindriques issus d'une base commune, rouge orange a rouge corail brillant; surface glabre, lisse, peritheces non visibles, ostioles en forme de minuscules points orange.
Stipe : sterile
Habitat : sur le bois mort, peu commun. Tibet, Japon, Coree du Sud.
Spores : Conidiophores jusqu'a 400 μm de haut x 24 μm de large ; Phialides en bouquets, aigus au sommet, rappelant les hyphes ramifiees des Trichoderma; conidies grossierement spheriques; spore a base tronquee, vert pale, 2,53,5 μm; presque lisse a l'optique. Asques cylindriques, 135-158 6,5-8,2 m, epaissies au sommet, annelees.
Comestibilite : Mortel
Commentaires : Champignon tres dangereux, meme par la manipulation (brulures et desquamation!), mortel si ingere. Embleme des Samourais par sa forme de Kabuto et sa couleur de feu, ce champignon continue cependant de defier et punir les impudents ou les imprudents qui le consomment. Un seul gramme, meme macere dans l'eau de vie, emporte invariablement celle du macho avec d'horribles souffrances ! Au Japon, l' "Atlas de Materia Medica", datant de la periode de l'ere bunsei (1818-1829) parle deja de "poison foudroyant" du Kaen-take, avec description d'un empoisonnement mortel. La dose letale est extremement faible, seulement 3 g (poids frais des fructifications). 6 cas d'empoisonnement au Japon, dont 3 sont decedes. Les symptomes apparaissent en peu de temps, environ 10 minutes apres l'ingestion. Les premiers symptomes sont digestifs, avec des douleurs abdominales, vomissements et diarrhee. Puis des paresthesies, engourdissement des membres, etourdissements, difficultes respiratoires et deficience des globules blancs et plaquettes avec echec de la fonction hematopoietique, ulcerations dermiques dans tout l'organisme, insuffisance hepatique, insuffisance renale et insuffisance respiratoire, taux de letalite eleve. Les sequelles des survivants consistent en l'atrophie du cervelet et de la langue, troubles du mouvement ou perte de cheveux et desquamation de la peau. Trois mycotoxines ont ete identifiees en 2001 par Melle SAIKAWA Y., OKAMOTO H. & INUI Y., de type trichotecene: roridine E, verrucarine J, et satratoxine H. Pour les details, voir http://enfantdesarbres.canalblog.com/archives/2015/05/16/32063732.html Toxic principles of a poisonous mushroom Podostroma cornu-damae, Saikawa Y.; Okamoto H.; Inui T.; Makabe M.; Okuno T.; Suda T.; Hashimoto K.1; Nakata M., Tetrahedron, Volume 57, Number 39, 24 September 2001 , pp. 8277-8281
Panellus pusillus (Persoon) Burdsall & O.K. Miller (1975) Synonymes : Gloeoporus pusillus Persoon (1844) , in Leveille, Annales des sciences naturelles, botanique, serie 3, 2, p. 195 (Basionyme)
Polyporus rhipidium Berkeley (1847) , in W.J. Hooker, The London journal of botany, 6, p. 319
Polystictus rhipidium (Berkeley) Fries (1851) , Nova acta regiae Societatis scientiarum Upsaliensis, series 3, 1, p. 74
Favolus rhipidium (Berkeley) Montagne (1854) , Annales des sciences naturelles, botanique, serie 4, 1, p. 136
Favolus granulosus Leveille (1863) , Annales des sciences naturelles, botanique, serie 4, 20, p. 286
Polyporus subpulverulentus Berkeley & M.A. Curtis (1867) [1869], The journal of the linnean Society, botany, 10(45), p. 306
Laschia guaranitica Spegazzini (1884) , Anales de la Sociedad cientifica Argentina, 17(2), p. 70
Favolus rhipidium subsp.* subpulverulentus(Berkeley & M.A. Curtis) Saccardo (1888) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 6, p. 397
Gloeoporus guaraniticus (Spegazzini) Spegazzini (1889) , Boletin de la Academia nacional de ciencias en Cordoba, 11(4), p. 452
Gloeoporus rhipidium (Berkeley) Spegazzini (1889) , Boletin de la Academia nacional de ciencias en Cordoba, 11(4), p. 452
Favolaschia rhipidium (Berkeley) Patouillard (1893) , Bulletin de la Societe mycologique de France, 9(2), p. 130
Favolaschia subpulverulenta (Berkeley & M.A. Curtis) Patouillard (1893) , Bulletin de la Societe mycologique de France, 9(2), p. 130
Polyporus diminutus Massee (1896) , The journal of botany, british and foreign, 34, p. 153
Favolaschia guaranitica (Spegazzini) Kuntze (1898) , Revisio generum plantarum, 3, p. 476
Dictyopanus subpulverulentus (Berkeley & M.A. Curtis) Patouillard (1900) , Essai taxonomique sur les familles et les genres des hymenomycetes, p. 137
Dictyopanus rhipidium (Berkeley) Patouillard (1900) , Essai taxonomique sur les familles et les genres des hymenomycetes, p. 137
Dictyopanus copelandii Patouillard (1914) , Leaflets of Philippine botany, 6(104), p. 2254
Petaloides rhipidium (Berkeley) Torrend (1924) , Broteria, revista de sciencias naturaes do Collegio de S. Fiel, serie botanica, 21(1), p. 21
Polyporus rhipidium var. pusillus (Persoon) Kobayasi (1937) , Bulletin of the biogeographical Society of Japan, 7(1), p. 3
Polyporus rhipidium f. pusillus (Persoon) S. Ito & S. Imai (1940) , Transactions of the Sapporo natural history Society, 16(3), p. 121
Dictyopanus pusillus var. rhipidium (Berkeley) Singer (1945) , Lloydia, 8, p. 225
Dictyopanus pusillus (Persoon) Singer (1945) , Lloydia, 8, p. 224
Dictyopanus gloeocystidiatus Corner (1954) , Transactions of the British mycological Society, 37(3), p. 258
Panellus pusillus (Persoon) Burdsall & O.K. Miller (1975) , Beihefte zur Nova Hedwigia, 51, p. 85 (nom actuel)
Panellus copelandii (Patouillard) Burdsall & O.K. Miller (1975) , Beihefte zur Nova Hedwigia, 51, p. 88
Panellus gloeocystidiatus (Corner) Corner (1986) , Garden's bulletin, Singapore, 39(2), p. 131

References : IH1 p. 95 ; Kinoko Field Book p. 54
Groupe : Pleurotes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Tricholomatales / Pleurotaceae
Chapeau/Fructification : dimidie, hautement cordiforme a la base, plan, 4-5,5 x 3-4,5 mm, environ 1 mm d'epaisseur a la base, a surface plus ou moins feutree ou pruineuse, ochrace pale, presque blanc, devenant ochrace et finement ride en herbier, a marge entiere ou ondulee, incurvee en sechant.
Lames/Pores : Hymenophore pore. Pores petits, luminescents, disposes plus ou moins radialement, polygonaux, plus ou moins allonges et plus petits vers la marge, 7 pores/2mm. Tubes 0,4-0,5 mm de large et de long.
Chair : Dissepiments blanc crayeux, d'epaisseur variable 100-140 m, convexes.
Stipe : cylindrique, (1)-2-(3) x 0,8 mm, surface comme le chapeau, presque blanc.
Habitat : Cespiteux sur branches mortes et souches de divers feuillus, rarement sur Bambous. Commun dans le sud du Japon(sous le nom de souzoume-take スズメタケ), Taiwan, Australie, Nouvelle-Zelande...
Spores : ovoides, 3,8-4,9 x 2,5-3 m, faiblement amyloides. Boucles presentes. Pleurocystides nulles. Gloeocystides irregulierement reparties, cylindriques, 2-4m;
Commentaires : Petits sporophores gregaires, coriaces, jamais gelatineux, a pied court lateral et hymenium pore.
Hypholoma tuberosum Redhead & Kroeger (1987) Noms francais : Hypholome tubereux ; Nematolome a sclerote (キンカクイチメガサ)
Synonymes : Hypholoma tuberosum Redhead & Kroeger (1987) , Mycotaxon, 29, p. 457 (Basionyme)
Psilocybe tuberosa (Redhead & Kroeger) Walleyn (1998) , Sterbeeckia, 18, p. 11 (nom. illegit.)

References : Noordeloos F.A.N.(1999) p. 72 ; RTMI 30 p. 6-13 (2000)
Groupe : Hypholomes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Strophariaceae
Chapeau/Fructification : 2-4,5 cm, obtusement conique puis campanule a plan-convexe, souvent sombre ou distinctement umbonne, parfois courtement deprime autour de l'umbo avec l'age. Marge incurvee puis recurvee. Surface viscidule a l'humidite, generalement lisse ou granulee-ponctuee au disque, parfois avec quelques plaques ou ecailles eparses et fugaces de restes velaires a la marge, plus ou moins hygrophane, mais non strie par transparence. Couleurs variables: orange brunatre, or rougeatre, brun clair, jaune d'ocre, brun dore...
Lames/Pores : Un peu emarginees a largement adnees, parfois decurrentes par une dent, assez serrees a subespacees, 1-3 lamellules, jusqu'a 5 mm de large, blanchatres puis gris a gris violete a marge blanchatre.
Chair : blanchatre ou lavee d'orange pale a maturite, jaune clair a ocrace sale avec l'age dans le stipe. Douce, ou amariuscule, odeur nulle.
Stipe : attache a un sclerote, directement ou par une pseudorhize (jusqu'a 15 cm de long); 3-8 x 0,2-0,4 cm, egal ou parfois epaissi a la base (jusqu'a 6 mm), farci puis creux, montrant une zone annulaire supere, fibrilleuse, lisse au dessus, fibrilleux a squamuleux au dessous, legerement visqueux par temps humide, subconcolore au chapeau, souvent teinte d'orange brunatre a la base avec l'age. Les pseudorhizes sont enveloppees d'un tomentum cotonneux blanchatre a jaune brunatre.
Habitat : vient en automne sur sols fertilises de compost de feuilles, ou riches en nutriments, jardins, pelouse, parcs, 1 a 5 champignons par sclerote. Canada, Australie, Belgique, Japon.
Spores : Sporee brun violace ou brun vineux. Spores 8,5-12 x 5-6,5 m. Basides bouclees a 2-3-5 spores, utriformes, 21-31 x 7-9 m. Pleurocystides eparses ou rares (chrysocystides) 25-52 x 10-17 m, ventrico-fusiformes a ventrico-rostrees, rarement largement clavees. Cheilocystides 17-35 x 4-9,5 m, nombreuses et serrees, etroitement clavees-rostrees a ventrico-rostrees. Caulocystides 25-30 x 5-8 m, eparses ou en petits groupes, quasi-nulles au dessous de la zone annulaire.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Basidiophores de taille modeste et elances, issus d'un sclerote souterrain. Solitaire ou en petits groupes.
Boletus venenatus Nagasawa 1996 Noms francais : Cepe veneneux (ドクヤマドリ)
Synonymes : Neoboletus venenatus (Nagasawa) G. Wu & Zhu L. Yang 2015
References : RTMI Reports of the Tottori Mycological Institute 33 p. 1-6 : Nagasawa, E. 1995. A new poisonous species of Boletus from Japan ; IOH p. 322-323 ; Wu G, Zhao K, Li Y-C, Zeng N-K, Feng B, Halling R, Yang ZL. (2015). "Four new genera of the fungal family Boletaceae".
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 5-15 cm, hemispherique puis convexe a plan-convexe, a marge legerement appendiculee, surface seche, veloutee chez les jeunes, puis plus ou moins tomenteuse, brun jaunatre, brun dore, jaune de Pompei.
Lames/Pores : Tubes jusqu'a 20 mm de long, brusquement emargines autour du stipe, jaune clair chez les jeunes, brun jaunatre avec l'age, legerement bleuissants a la coupe. Pores arrondis a subanguleux, jaune clair au debut puis concolores aux tubes, bleuissants au froissement, se tachant de brun jaunatre a brun cognac dans les blessures.
Chair : pale a jaune clair, generalement plus pale que le haut du stipe, bleuissant legerement au dessus des tubes et dans le haut du stipe, rarement tachee de vineux dans le chapeau et le haut du stipe dans la vieillesse. Saveur douce. Odeur desagreable de gaz acetylene.
Stipe : 8,5-14 x 1,5-2(4) cm, egal ou subventru, jaune pale a jaune clair, plus pale au sommet, avec parfois une touche d'orange brunatre ou d'ocre dans les parties exposees au soleil, surface finement furfuracee, puis plus ou moins fibrilleuse a la corruption, rarement strie-cannele ou vaguement reticule a l'apex, souvent avec des taches ou un subtil bracelet orange grisatre a brun rougeatre vers le sommet. Mycelium basal jaune.
Habitat : Isole ou en petits groupes en foret mixtes de coniferes (Abies, Picea, Tsuga...). Japon (Nagano, Yamanashi, Hokkaido...); Signale en Chine en 2015.
Spores : Sporee brun jaunatre. Spores (12-) 13,2-16 (-17,2) x (4,4-) 4,8-5,6 m, jaune grisatre dans KOH, rarement virant au rouge grisatre dans le Melzer, fusiformes-ellipsoides en vue de face, subfusiformes avec une faible depression supra-hilaire en vue de profil; lisses, parois minces. Basides 32-44 x 10,5-13 m, bisporiques, clavees, non-bouclees a la base. Pleurocystides 42-88 x 10-13 m, generalement frequentes mais souvent collapsees chez les vieux sujets, generalement emergeant 12-36 m de l'hymenium, ventrues-fusiformes a ventrues-rostrees, lisses, a parois minces, a contenu hyalin ou oleifere et jaune brunatre ou brun clair dans KOH, brun rougeatre dans le Melzer. Cheilocystides (16-) 21-37 (43) x 6,5-13 m, clavees, avec l'apex largement arrondi ou subacumine, formant les aretes steriles des pores, lisses, hyalines. Trame des tubes divergente-bilaterale de type Boletus.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Espece voisine de Boletus fragrans, Boletus impolitus (Europe), B. huronensis (Amerique du Nord), et B. subcinnamomeus (Japon). Toxique, syndrome gastro-intestinal severe. cf. Matsuura M, Yamada M, Saikawa Y, Miyairi K, Okuno T, Konno K, Uenishi J, Hashimoto K (2007). "Bolevenine, a toxic protein from the Japanese toadstool Boletus venenatus". Phytochemistry 68 (6): 89398.
Tylopilus vinosobrunneus Hongo 1979 Noms francais : Bolet de fiel brun vineux (ブドウニガイグチ)
References : Beihefte zur Sydowia 8 p. 198 (1979) ; Kinoko Field Book p. 161 ;
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : (1,5)2-8 cm, convexe puis plan, surface viscidule dans la jeunesse puis seche, presque lisse, brun clair a brun rougeatre, brun vineux plus ou moins sombre. Marge incurvee dans la jeunesse.
Lames/Pores : Tubes deprimes autour du stipe ou presque adnes, blancs, puis rosatres, brunissant au toucher 5-8 mm de long. Pores petits (1-2 par mm), subanguleux, concolores, se tachant de brun pale au toucher.
Chair : ferme, puis molle, assez epaisse, blanche, legerement rougissante ou rosissante a la coupe et dans les blessures (les recoltes immuables de Taiwan pourraient relever d'une espece distincte), a odeur fongique, saveur amere.
Stipe : 3-9 x 0,5-2 cm, robuste, egal, subventru ou epaissi a la base. Surface lisse, non reticulee, concolore, souvent plus pale que la chapeau; mycelium basal blanchatre.
Habitat : ete-automne, en forets mixtes Pinus-Quercus, mais surtout sous Quercus serrata, acutissima... Japon tempere, signale en Chine et a Taiwan.
Spores : Sporee brun vineux. Spores 9-12 4-5 μm, lisses, ellipsoides a subfusoides, jaune de miel pale dans KOH. Basides 4-spores. Pleurocystides abondantes, 35-52(74) 10-16(18) μm, fusoides-ventrues, appointies aux extremites, jaune d'or, de miel ou hyalines; cheilocystides abondantes, 30-41 7,5-13 m, comme les pleurocystides mais de taille plus petite. Trame des tubes de type Boletus. Hyphes non bouclees.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Une des nombreuses especes asiatiques de Tylopilus, T. vinosobrunneus ss. stricto Hongo se distingue des autres especes ameres par : - son chapeau brun clair a brun rougeatre, - sa chair roussissante, - ses pleurocystides a contenu huileux ochrace, - et sa cuticule composee de chaines erigees d'elements cylindraces. T. ferrugineus (Frost) Singer lui ressemble un peu, mais il a la chair douce et un pied reticule.
Boletus auripes Peck 1898 Noms francais : Bolet a pied dore ; cepe dore (コガネヤマドリ)
Synonymes : ? Boletus crassipes Peck 1900 ;
References : Annual Rep. Reg. New York State Mus. 50 p. 107 ; Mem. Shiga Univ. 30 p. 52-53 (1970) ; RTMI 35 p. 48 ; IH2 548 ; IOH p. 324
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 4-10(13) cm, pulvine, puis presque plan, parfois plus ou moins ruguleux, cuticule seche presque lisse a finement tomenteuse, brun jaunatre a chatain ou brun grisatre, palissant avec l'age. Marge legerement excedante.
Lames/Pores : Tubes deprimes autour du stipe, sublibres, (4)10-15(25) mm de long, jaune de chrome, immuables. Pores petits, 1-3 / mm, circulaires, obtures dans la jeunesse comme s'ils etaient recouverts d'une membrane jaune a jaune pale, puis concolores aux tubes, immuables, mais parfois teintes ca et la d'olivace a maturite.
Chair : epaisse, de couleur jaune chamois, puis blanchatre, immuable, saveur douce, odeur faible mais agreable.
Stipe : 6-11 x 1,3-2 cm, plein et ferme, epaissi en bas ou subegal, a revetement sec, jaune d'or, plus ou moins discretement reticule, surtout au sommet, de veinules concolores ou blanchatres, la base etant recouverte d'un tomentum mycelien jaune chamois a moutarde.
Habitat : Amerique du Nord et Extreme-Orient. Ete-Automne, mycorhizique, sous feuillus (au Japon sous Quercus serrata, Q. acutissima, Q. mongolica var. crispula, Castanopis cuspidata...).
Spores : Jaune de miel sub micr. , (9,5)10-13(14) x 3,5-4,5 m, subfusoides, lisses. Basides 4-spores; cystides 28-46 x 9,5-10,5 m, ampullacees a subcylindracees, hyalines, a parois minces. Trame hymeniale de type boletus. Boucles nulles.
Comestibilite : Comestible
Commentaires : Ressemble a Retiboletus (ex Pulveroboletus) retipes, au chapeau plus sombre olivatre et a chair amere. B. aureissimus est un sosie (endemique USA?) jaune de miel plus vif, a reseau discret, ainsi que sa var. castaneus a chapeau veloute brun violace.
Amanita ibotengutake T. Oda, C. Tanaka & Tsuda (2002) Noms francais : Amanite ibotengutake (イボテングタケ) ; Panthere verruqueuse ; Panthere des pins
Synonymes : Amanita ibotengutake T. Oda, C. Tanaka & Tsuda (2002) , Mycological progress, 1(4), p. 360 (Basionyme)
Amanita pantherina ss. auct. Japon. p.p.

References : Index of Fungi 7: 484 ; (voir aussi Mycological Research Juli 1993 ; 107/7: 770)
Groupe : Amanites
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Amanitaceae
Chapeau/Fructification : 7-16(20) cm, hemispherique, puis convexe a plan, a marge souvent enroulee; cuticule brun fonce a brun jaunatre ou brun orange, plus sombre au disque; surface lisse, marge striee sur le tiers du rayon du chapeau, qui est orne de restes de voile general en forme de verrues pyramidales ou de petites plaques blanchatres a subconcolores.
Lames/Pores : blanches a creme pale, serrees, inegales (une lamellule pour 6 lames), libres a distantes du stipe, 8-16 mm de large, a arete pruineuse.
Chair : blanche, epaisse de 0,6-1 cm dans le chapeau. Odeur de resine, saveur douce.
Stipe : 5-16 1-2,5 cm, blanc a blanc jaunatre, parfois jaune pale, appointi en haut, farci, puis creux. Bulbe basal subglobuleux a ellipsoide ou fusoide, de 3-4 1,5- 4 cm. Anneau median juponnant, souvent caduc ou dechire au cours de la croissance, parfois pendant de la marge du chapeau. Restes de volve au sommet du bulbe en masse compacte ou reduits en bracelets blancs a blanchatres.
Habitat : Solitaire ou en troupes, surtout sous coniferes : Abies sachalinensis purs ou bois meles de Quercus serrata et Pinus densiflora, ou foret littorale a P. thunbergii, parfois aussi sous Lithocarpus edulis et dans les plantations de Tsuga.
Spores : (8)8,5-11(12) (5,5)6,5-8(10) μm, plus ou moins largement ellipsoides, non amyloides. Boucles presentes a la base des basides.
Comestibilite : Toxique
Commentaires : Espece intermediaire entre A. muscaria et A. pantherina, semblable a A. regalis, mais - entre autres caracteres distinctifs - avec boucles. Chimiquement, A. pantherina ne possede pas d'acide ibotenique, alors que ce chromogene est present dans A. ibotengutake, A. regalis et A. muscaria. Longtemps confondu dans Amanita pantherina, a ete isolee par analyse moleculaire et distinguee egalement de Amanita regalis et A. subglobosa Zhu L. Yang. Les differences morphologiques sont la grande taille des carpophores, anneau fugace, les restes de volve en bracelets ascendants, l'habitat sous Pinus et les hyphes et basides bouclees, et enfin chimiquement par la presence d'acide ibotenique et de muscimol.
Tylopilus fumosipes (Peck) A.H. Sm. & Thiers 1897 Noms francais : Bolet a pied enfume ; Bolet porphyre bleuissant (アイゾメクロイグチ)
Synonymes : Ceriomyces fumosipes (Peck) Murrill 1909 ;
Porphyrellus fumosipes (Peck) Snell 1945 ;
? Tylopilus sordidus (Frost) A.H. Sm. & Thiers 1968 ;
Tylopilus fumosipes var. glabripes Wolfe 1980

Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 4-8,5 cm, convexe a presque plan, finement tomenteux, non visqueux, gerce rivuleux a maturite, brun fonce a brun grisatre, parfois teinte de bleu verdatre.
Lames/Pores : Tubes 0,5-0,7 mm de long, plans ou parfois deprimes a maturite, d'abord blanc grisatre, puis jaune grisatre plus clair a brun grisatre, laves de rouge a la coupe. Pores 0,1-0,2 mm, blanchatres dans la jeunesse, brun jaunatre en vieillissant, bleuissants puis virant au brun vineux au toucher.
Chair : epaisse de 0,7-1,3 cm dans le chapeau, blanchatre, virant lentement legerement au bleu pale.
Stipe : 5-9 x 0,6-1,5 cm, egal ou attenue a la base, solide, revetement concolore au chapeau ou plus pale, strie longitudinalement et finement pelucheuse, parfois avec une zone bleu violace au sommet, mais toujours bien blanc a la base.
Habitat : solitaire ou en groupes sur le sol sous feuillus, surtout Quercus, mais aussi sous coniferes; juillet-octobre, peu Commun. Amerique du Nord, Taiwan, Japon.
Spores : Sporeee brunochrace a brun violace. Spores 10-14 4-5 μm, lisses, subovoides a obtusement fusiformes en vue frontale, opaque khaki in KOH, brun roussatre pale avec une bordure plus sombre in Melzer. Basides 28-39 10-12 μm, clavees, a 4 sterigmates, 3-4 μm long, hyalines in KOH. Pleurocystides 30-42 9-12 μm, clavees a subfusoides. Cheilocystides 30-55 8-18 μm, plus ou moins largement clavees pedicellees a spheropedonculees. Pileipellis a trichoderme constitue d'elements de 8-15 μm de diametre, terminaisons cellulaires subclavees a subfusoides. Boucles absentes.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : IOH p. 334
Pseudomerulius curtisii (Berk.) Redhead & Ginns 1985 Noms francais : Paxille de Curtis (サケバタケ)
Synonymes : Meiorganum curtisii (Berk.) Singer, J. Garcia & L.D. Gomez ;
Paxillus curtisii Berk. ;
Paxillus corrugatus Atk.

References : TMSJ Trans. Mycol. Soc. Japan 26(3) p. 372, 1985 ; IH1 495 ; IOH p. 289 ;
Groupe : Croutes
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Coniophoraceae
Chapeau/Fructification : 2-5(8) cm, semi-circulaire (et alors dimidie), ou en eventail a conchoide, plan-convexe puis un peu creuse, retreci au point d'attache, a revetement lisse a feutre, d'un jaune plus ou moins chaud, orange, olivace ou brunatre, a marge legerement involutee. Hymenophore constitue de lames rayonnantes, tres sinueuses-frisotees, assez serrees, epaisses et ceracees, d'un beau jaune orange plus vif que le chapeau, se teintant d'olivace avec l'age et brunissantes au froissement. Stipe nul ou rudimentaire, blanchatre.
Chair : ferme, jaune pale, insipide, a odeur desagreable sur le frais.
Habitat : Pas tres commun en Amerique du Nord, Chine, Japon, Russie extreme-orientale. Saprotrophe (pourriture brune) de juin a octobre sur bois pourrissant de coniferes (en Asie) ou de feuillus, disperse ou parfois agrege en amas, annuel.
Spores : Spores brun olivace en masse, 3-4 x 1,5-2 m, etroitement ellipsoides, non amyloides. Trame monomitique a hyphes generatrices bouclees, a paroi mince, hyalines, x 2-4,5 m
Austroboletus subvirens (Hongo) Wolfe 1980 Noms francais : Faux bolet verdoyant (オオヤシャイグチ)
Synonymes : Porphyrellus subvirens Hongo 1960
References : J-APG 18-4 (1960) p. 110-112 ; IH1 506 ; IOH p. 348
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 4-8,5 cm, hemispherique a convexe, puis plan, legerement ombonne a obtus, un peu visqueux par temps humide, finement pruineux ou veloute, d'abord vert sombre olivace, puis teinte de jaune ochrace, souvent couvert de granules ou squamules olivacees, craquele, rimeux-areole, avec un voile membraneux appendicule a la marge, incurvee chez les jeunes.
Lames/Pores : Tubes 10-13 mm de long, blancs puis brun vineux, se tachant de rougeatre a la corruption, adnes a sublibres ou deprimes au pied, ventrus; pores ronds puis anguleux, 0,4-0,9 mm de diametre, blanchatres puis laves de verdatre pale, enfin concolores au tubes.
Chair : blanche, molle, moyennement epaisse a presque mince, saveur amere, odeur nulle.
Stipe : 6-11 x 0,7-2 cm, epais, subegal a attenue au sommet, jaune, reticule de mailles olivacees longitudinales, un peu gluant par temps humide, solide puis farci, tomentum blanc a la base.
Habitat : au Japon (type), vient de juillet a septembre, dans les bois mixtes de Castanopsis/Pinus ou Quercus/Pinus, solitaire ou gregaire, sur le sol parmi les feuilles mortes. Recolte a Taiwan en juin sous Cyclobalanopsis glauca. Distribution: Japon, Taiwan, Chine, Nouvelle-Guinee.
Spores : Sporee brun vineux. Spores jaune pale a jaune ferrugineux pale sous le microscope, fusoides et verruqueuses, 13-19 x 6-7,5(8) m; basides tetrasporiques, 26-29 x 12,5-13,5 m. Pleurocystides 23-30 9-11 μm , ventrues ou fusoides ventrues. Trame des tubes de type phylloporoide.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Tres proche de Austroboletus fusisporus, mais facile a separer par la grande taille des carpophores, le chapeau olivace, l'absence d'odeur et les spores plus etroites. Austroboletus virens decrit par Chiu en 1948, s'en eloigne egalement par son reseau noiratre sur le stipe et ses spores hyalines, ellipsoides, 11-14 x 5,5-6 m.
Deflexula fascicularis (Bres. & Pat.) Corner (1950) Noms francais : Clavaire feu d'artifice (シダレハナビタケ)
Synonymes : Pterula fascicularis Bres. & Pat. (1901)
References : IOH p. 411
Groupe : Clavaires
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Agaricales / Pterulaceae
Chapeau/Fructification : 1-2 cm de hauteur, blanchatre puis jaune ocrace pale, plus ou moins sali de brun ocrace avec l'age.
Chair : tenace mais elastique et flexible.
Stipe : fermement attache au substrat ligneux, en grand nombre fascicules, formant des grappes pendantes a 360 degres, d'ou le nom japonais de "feu d'artifice pleureur".
Spores : blanches en masse, lisses, spheriques a ellipsoides, contenant un grosse goutte huileuse. Basides grandes, a 4-spores. Cystides nulles. Hyphes dimitiques, les squelettiques bouclees.
Comestibilite : Sans interet
Hymenochaete cyclolamellata T. Wagner & M. Fisch. 2002 Synonymes : Cyclomyces fuscus Kunze ex Fr. 1830 ;
Inonotus fuscus (Kunze ex Fr.) Corner 1991 ;
Polyporus campyloporus Mont. 1854

Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Hymenochaetales / Hymenochaetaceae
Chapeau/Fructification : 2-3 x 1,5-2 cm, conchoide, tomenteux, zone, roux. Marge sinueuse.
Lames/Pores : lamelles concentriques de 1-2 mm de large, concolores.
Chair : mince 1-2 mm, brune.
Habitat : Pas rare en plaques imbriquees, sur les buches de culture a Shii-take. Japon, Chine, Afrique, Oceanie.
Spores : Basides clavees a 2-sporees. Spores ovoides, 3-4,5 x 3 m, lisses, hyalines.
Comestibilite : Sans interet
Fomes subflexibilis (Berk. et M.A. Curtis) Cooke 1885 Noms francais : Polypore flexible (ホウネンタケ)
Synonymes : Polyporus subflexibilis Berk. et M.A. Curtis 1869 ;
Scindalma s. (Berk. et M.A. Curtis) Kuntze 1898 ;
Phellinus s. (Berk. et M.A. Curtis) Pat. 1900 ;
Roseoformes subflexibilis (Berk. et Curt.) Aoshima ;
Nom actuel: Abundisporus subflexibilis (Berk. et M.A. Curtis) Parmasto 2000 ;
Polyporus vibratilis Berk. et M.A. Curtis 1869 ;
Polyporus endapalus Berk. 1873 ;
Polyporus exothephrus Berk. 1878 ;
Polyporus exotephrus Berk. 1878 ;
Polyporus purpureoalbus Rostr. 1902 ;
Coriolopsis copelandii Murrill 1908 ;
Fomes intertextus Lloyd 1922 ;
Fomes awhitu G. Cunn. 1948 ;
Polystictus vibratilis Berk. et M.A. Curtis 1868 ;
References : IOH p. 481
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Polyporales / Polyporaceae
Chapeau/Fructification : Basidiome perenne, solitaire ou rarement 2-3 confluents et imbriques, semi-circulaires, largement fixe au support, legerement conchoide, presque unguliforme, rarement plan, parfois effuse-reflechi, a consistance de liege, leger sur le sec. Chapeau 2,5-6,5 x 4-11 x 0,5-3 cm; surface non zonee dans la jeunesse mais ensuite avec une large zone marginale ou discretement zonee concentriquement et legerement sillonnee, a base inegale, fauve orange, ambre ou brun datte fonce, avec la base a la fin noiratre; zone marginale parfois argile fauve. Croute presente chez les individus perennes, dure, epaisse de 0,03-0,15 mm, noire et brillante a la coupe. Marge aigue ou mince mais arrondie.
Lames/Pores : Surface poree glauque ou bai avec une touche vineuse, orange fauve au froissement, bientot, fauve brunatre a brun de datte ou chocolat; pores ronds, 6,5-8,5 par mm, a parois minces.
Chair : 5-20 mm d'epaisseur (1-3 mm dans la portion resupinee, densement cotonneuse ou subereuse, non ou discretement zonee, fauve brunatre ou ambre.
Habitat : Bresil, Cuba, Kenya, Malawi, Tanzanie, Venezuela, Japon, Coree, Australie.
Spores : Spore 4-5 x 2,5-3,5 m, ellipsoide, aplatie d'un cote, legerement anguleuse, quelques rares spores presque tronquees, generalement avec 1-2 guttules, a cloisons epaisses, plus ou moins jaunatre, legerement dextrinoide. Cystides nulles; basides 13-17 x 5-5,5 m.
Comestibilite : Sans interet
Commentaires : Abundisporus subflexibilis a ete synonymise avec A. roseoalbus (= A. fuscopurpureus) par Ryvarden (Ryvarden et Johansen, 1980), une espece tres voisine distincte par ses spores plus courtes (jusqu'a 4 m de longueur), et des hyphes gonflant fortement in KOH. A. violaceus est une autre espece proche, separable par des spores plus grandes (4,5-5,5 x 2,8-3,5 m) et une marge molle, sans cortex. Les differences de taille sporale entre les recoltes cubaines, africaines et sud-americaines font egalement de A. pubertatis une possible variete de A. subflexibilis.
Boletus obscureumbrinus Hongo 1968 Noms francais : Bolet terre d'ombre, Grand bolet brun-brule(オオコゲチャイグチ)
Synonymes : Sutorius obscureumbrinus (Hongo) G. Wu & Zhu L. Yang, Fungal Diversity 81: 138 (2016)
Groupe : Bolets
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Boletales / Boletaceae
Chapeau/Fructification : 5-11(15)cm, hemispherique, puis pulvine, marge involutee, seche, finement veloutee, brun terre d'ombre a ombre brulee (presque "brun momie").
Lames/Pores : Tubes adnes a subdeprimes, jaune sulfurin pale a jaune de miel pale, faiblement bleuissants au froissement, 3-9 mm de long; pores minuscules, 2-3 par mm, arrondis, subargilaces (entre ocre jaune et brun Nerprun).
Chair : tres epaisse, ferme, jaune pale, bleuissant faiblement a la coupe. Saveur douce, odeur agreable.
Stipe : 5-10 x 2-3cm , epaissi a la base 3-4,5 cm, robuste, ovoide-bulbeux, robuste, finement veloute, jaunatre au sommet, ailleurs concolore au chapeau, puis plus pale, non reticule.
Habitat : Pas rare de la fin de l'ete et en automne sous Castanopsis cuspidate, Quercus glauca, ou dans les bois meles de Pinus densiflora-Quercus serrata. Japon central, signale en Chine.
Spores : jaune de miel sub microscopio, 9,5-114-5 m, ellipsoides-fusoides; basides tetrasporiques; cystides poreuses, tres nombreuses, 26-34 x 3-5,5 m, subcylindriques a subventrues, jaune de mie; trame de l'hymenophore bilaterale de type Bolet; epicutis en trichodermes palissadiques.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Une grosse espece de belle couleur ombre brulee, contrastant avec un stipe jaune et des pores plus ou moins argilaces.
Inonotus mikadoi (Lloyd) Gilb. & Ryvarden (2000) Noms francais : Polypore du Mikado ; Polypore loutre(カワウソタケ)
Synonymes : Polyporus cuticularis var. mikadoi (Lloyd) A. Kawam., Icones of Japanese Fungi 1: 125 (1954) ;
Polyporus mikadoi
Lloyd, Mycol. Writ. 4 (Letter 43): 3 (1912)

References : Nunez et Ryvarden 2000. East Asian polypores. Synopsis Fungorum. 13:1-168
Groupe : Polypores
Classification : Basidiomycota / Agaricomycetes / Hymenochaetales / Hymenochaetaceae
Chapeau/Fructification : Petits basidiocarpes annuels, dimidies a subongules, a base contractee, 1,5 - 2,5 x 0,5 - 1 cm; surface pileique "brun soudan" a "brun mars", striee radialement, marge aigue, reflechie;
Lames/Pores : surface poree concave, brun a grisatre, un peu brillante, pores 2-3 par mm, tubes concolores jusqu'a 7 mm de long, dissepiments epais, farineux;
Chair : contexte mince (<2mm), brun rouille, fibreux, legerement brillant, avec une base granuleuse jusqu'a 5 mm de diametre.
Habitat : Sur Prunus spp. vivants Distribution: climats chauds ou temperes, Japon, Coree, Taiwan.
Spores : Basides clavees, 20-25 x 4-5 m, avec un etranglement median, 2-4 sterigmates de 4-6 m de long. Basidiospores abondantes, brun rouille, largement ellipsoides, 4.5-6 x 3.5-4 m. Systeme hyphal monomitique, les generatives uni-septees, hyalines a jaunatre dans la trame, jusqu'a 5 m de large, contexte brun fonce et paroi epaisse, 4-7.5 m large. Setae absent.
Comestibilite : Inconnu
Commentaires : Cette belle espece est caracterisee par ses petits basidiocarpes, l'absence totale de setae, et l'hote exclusif (pruniers et cerisiers du Japon)