Nous sommes le 17 Novembre 2017, 19:10




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa 
Auteur Message
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2011, 14:52
Messages: 16
Localisation: Paris
Message Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa
L'intérêt de la pézize turquoise est pour moi la coloration qu'elle donne au bois, motivation initiale de mes recherches et raison de mes publications sur ce site (d'autres seront peut-être intéressés à leur tour par cette utilisation, et le peu d'informations disponibles étant éparpillé sur le tout Internet et succint dans la littérature imprimée...). Je ne distinguerai pas ici les différentes espèces du genre Chlorociboria, seule la xylindine qu'ils produisent m'intéresse :)

Le bois coloré par ce champignon a été utilisé au moins dès le 15e siècle en marquetterie. La xylindine, pigment sécrété par Chlorociboria, est totalement stable à la lumière. En revanche, en milieu basique, les rayons ultraviolets la détruisent (extrait de l'article). Ce pigment est également sensible à la chaleur et il faut prendre garde à ne pas surchauffer le bois lors de son débit ou du ponçage. La température à laquelle la xylindine est détruite n'a apparemment jamais été déterminée à ce jour, je posterai un article détaillé à ce sujet dès que j'aurai le temps de faire cette mesure.

La pézize turquoise est un colonisateur secondaire, survenant après celle par une pourriture blanche (d'après une étude menée par Sara Robinson, docteur ès biologie forestière, université de Toronto, Canada, un de ses articles).

Malgré ses nombreuses tentatives, S. Robinson n'est pas parvenue à cultiver Chlorociboria avec un bon degré de répétabilité. Dans la mesure où d'autres champignons modifiant la coloration du bois existent, elle est passée à autre chose depuis. J'ai donc décidé de reprendre le flambeau et mettre à profit mes connaissances (résiduelles!) en biologie et une partie de mon temps libre pour tenter de déterminer plus précisément les conditions naturelles de son développement, dans le but avoué de le cultiver pour pouvoir ensuite l'utiliser afin de teinter du bois destiné à la marquetterie: les nuances de coloration sont incomparablement plus belles que l'uniformité donnée par une coloration artificielle. En outre, il arrive aussi (à un stade précoce toujours) que la diffusion de la xylindine soit partielle, bordée par les lignes de mélatonine formées dans le bois lors de la rencontre de deux colonisateurs antagonistes: vraiment du plus bel effet (brut, puis poncé au grain 600)

Image
Image
(en bas à gauche, un morceau de sumac, et à droite, la huitième merveille du monde)

Lors de mes expéditions en forêt (voir la liste des récoltes sur la fiche de Chlorociboria) j'ai constaté, dans ma zone de recherche en tous cas, que la pézize turquoise se développe sur l'arbre alors qu'il est encore debout, à environ 1 m du niveau du sol. Comme l'a relevé S.Robinson lors de son étude, l'hôte doit avoir été infesté par un basidiomycète au préalable, et dans le cas des spécimens que j'ai trouvés, les candidats à la colonisation préalable sont au moins deux: Trametes versicolor, et Fomes fomentarius (une sacrée peau de vache qui bouffe le bois en un rien de temps, mais qui forme de magnifiques corps fructifiants très décoratifs une fois bien secs). Je prévois de mener une étude exhaustive in situ lors de ma prochaine expédition courant Juillet 2011, comprenant un échantillonnage complet des colonisateurs présents dans l'arbre infesté en fonction de la position verticale, afin de tenter d'établir la chronologie des faits.

Voici ma "recette" personnelle, dans le cas où on recherche une zone d'infestation, et non le corps fructifiant:
- se concentrer sur des arbres morts encore debout (ceux tombés sont en général bien bouffés mais on peut quand même récupérer des fragments utilisables). Des feuillus, principalement le bouleau et surtout le hêtre (majorité de mes récoltes).
- écorcer le tronc à environ un mètre du sol, du côté orienté au Nord (la pézize turquoise se développe à l'obscurité) et observer attentivement toute zone légèrement en creux survenue directement sous l'écorce, qui doit venir facilement
- si une tâche brun-verdâtre foncé apparait, gratter légèrement en surface; si la teinte devient vert franc, bingo, il s'agit d'une colonisation précoce de Chlorociboria, et le fragment de bois est suffisamment résistant pour être utilisé en ébénisterie (eh, l'arbre tient encore debout!):

Image

Image


Il est préférable de réduire le fragment de bois à chaque extrémité par sciages successifs de tranches de 1 cm afin de conserver le maximum de la zone teintée. On peut aussi le débiter en plaquettes à la scie à ruban, mais prendre garde à la dégradation irréversible de la xylindine si la température de la lame augmente (frottements). Comme signalé en début d'article, la température exacte de dégradation de la xylindine n'a pas encore été établie, et fera l'objet d'un article ultérieur.

Il est également possible de prolonger l'action de Chlorociboria dans l'échantillon trouvé en imprégnant d'eau le spécimen et en le conservant à l'abri de la lumière mais avec de l'air (c'est un champignon aérobie). J'ai pu doubler la saturation en xylindine d'un fragment récupéré, dont la moitié avait été séchée immédiatement et l'autre moitié immergée et conservée à l'abri de la lumière pendant plusieurs mois.

Concernant le séchage, justement, il est évidemment préférable de récolter ses spécimens par temps sec. Lors du séchage, qui doit être lent, le bois va immanquablement se fendre. Il vaut mieux éviter le séchage directement sur le radiateur... Un ventilateur posé dans un coin de l'atelier, directement vers la pile de bois, fait bien mieux l'affaire. Si le bois est humide, il est bon de commencer par le faire sécher au soleil en le tournant une fois par jour (des moisissures se développeraient sinon: pas bon!).
Au passage, les veinages parfois fabuleux du bois infesté par les colonisateurs primaires valent au moins autant le détour que lorsque le bois est teinté par Chlorociboria:

Image

Il est parfaitement possible d'utiliser ce bois partiellement dégradé en placage ou bien pour réaliser des panneaux flottants en ébénisterie. Ceux qui n'ont jamais entendu nos compères anglophones parler de "spalted wood" trouveront sur ce lien d'autres images, de quoi se convaincre des merveilles que Dame Nature fait en douce lors du processus de pourriture du bois. Le tout étant d'arriver avant que la lignine ne soit totalement détruite!

Une fois le bois totalement sec (6% d'humidité), on peut le travailler. Il n'y a pas plus de risques avec les champignons présents dedans qu'avec la sciure qui flotte dans l'air d'un atelier, mais il est évidemment préférable d'avoir une aspiration permanente des sciures et un filtrage efficace de l'air, ou à défaut, une protection respiratoire de qualité! Il est déconseillé aux personnes immunodéprimées de travailler avec du bois infesté par des champignons, par principe de précaution.

_________________
Thomas


05 Mai 2011, 15:59
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Novembre 2008, 23:55
Messages: 2054
Localisation: La Grande Verrière MORVAN 71
Message Re: Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa
Très intéressant texte, merci...
Pour tout dire, on répète aux visiteurs d'expos que le bois coloré en bleu a été utilisé en marquetterie... et puis c'est tout . Un peu léger.
Et on pensait que l'attaque se faisait à terre, et on comprenait mal que le bois puisse être encore dur et utilisable...
Bonne chance pour la suite.
Au sujet des 2 champignons cités, seule la micro permet de les séparer, avec la taille des spores nettement différente, plus grandes pour aeruginosa.
Chez moi les 2 espèces cohabitent... Je me demande si Chlorociboria aeruginosa n'est pas plus précoce, dès le printemps alors que Chlorociboria aeruginascens, plus abondant serait automnal... Simple supposition...
Au plaisir
jean pierre


06 Mai 2011, 12:23
Profil
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2011, 14:52
Messages: 16
Localisation: Paris
Message Re: Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa
J'espère bien finir par trouver de nouveau les sporophores de cette variété (je n'ai pas réalisé la première fois que j'en ai trouvé il y a un an et demi à quel point ils étaient rares et précieux pour l'étude en profondeur de cette pézize). Ça sera l'occasion de récolter les spores et les passer sous le microscope pour les différencier, et ensuite les mettre en culture :)

_________________
Thomas


06 Mai 2011, 12:33
Profil
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Novembre 2008, 00:53
Messages: 1124
Localisation: Sorges
Message Re: Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa
Bonjour,
Bel article
Merci pour toutes ces informations.
Rémy


06 Mai 2011, 17:46
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Novembre 2008, 23:55
Messages: 2054
Localisation: La Grande Verrière MORVAN 71
Message Re: Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa
Sodabowski a écrit:
J'espère bien finir par trouver de nouveau les sporophores de cette variété (je n'ai pas réalisé la première fois que j'en ai trouvé il y a un an et demi à quel point ils étaient rares et précieux pour l'étude en profondeur de cette pézize). Ça sera l'occasion de récolter les spores et les passer sous le microscope pour les différencier, et ensuite les mettre en culture :)

A l'occasion, je t' envoie qcq fructifications de aeruginosa, si tu me donnes une adresse sur ma messagerie dech.jp@wanadoo.fr
Je pense qu'il y en a dans mes tourbières, nous en avions trouvé l'an passé en mai, avec les chefs du site.


07 Mai 2011, 17:21
Profil
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2011, 14:52
Messages: 16
Localisation: Paris
Message Re: Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa
Ah, ça serait formidable! Et moins aléatoire que de devoir attendre mes prochaines vacances... Je te transmets tout ça par mail.

_________________
Thomas


07 Mai 2011, 20:15
Profil

Inscription: 12 Mai 2011, 22:43
Messages: 1
Message Re: Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa
Bonjour,

Je suis en formation de Brevet technique des métiers spécialisés en Ébénisterie option Restauration de meuble; et dans le cadre de mes études je suis amenée à restaurer un meuble: Cabinet marqueter du 17e siècle. Sur la marqueterie du meuble il y a la présence d'un bois teinté en bleu par le champignon suivant:le chlorociboria aeruginascens.
Pour mon examen j'ai choisie de développer les caractéristiques de ce champignon, mais pour l'instant je n'ai pas trouvé beaucoup d'informations.

J'ai alors fait des recherches sur le net sur les mycologues, et je suis arriver sur votre site.
Je me permet donc de vous demander si vous avez de plus ample informations sur ce champignon:
- la manière dont le colorant du champignon s'imprègne dans le bois,
- si il est possible de le cultiver en provoquant cette attaque du champignon (car ce bois à été utilisé en très grande quantité en marqueterie au 15e siècle, mais il n'y a aucune trace de l'achat de ce bois dans les Livre d'achat de bois de l'époque),je me demande donc si à cette époque les artisans produisaient eux même ce bois?

Je vous remercie à l'avance,
Delfine


12 Mai 2011, 23:01
Profil
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2011, 14:52
Messages: 16
Localisation: Paris
Message Re: Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa
Bonjour Delfine (c'est marrant, c'est aussi le prénom de mon amie mais avec "ph")

Pour tes questions:

- la xylindine (c'est le nom du pigment des Chlorociboriae) est produite dans le mycélium, mais diffuse aussi dans le substrat en milieu basique. Sa structure fait qu'elle se dégrade si on chauffe trop (en ponçant le bois teinté par exemple). Les anglophones l'appellent "xylindein". Y'a plein d'infos sur wikipedia.

- le bois teinté par la pézize bleue (c'est le nom usuel de ces champignons) est très facile à trouver, pour peu de savoir où le chercher. En forêt un peu humide, sur des bouleaux morts, ou mieux, tombés au sol et bien recouverts de mousse et très humides, exposition au Nord. Soulève l'écorce à environ un mètre de la base du tronc en remontant vers le haut. Si le bois n'est pas trop désagrégé on peut l'utiliser, quitte à le renforcer à la gomme-laque ou carrément au durcisseur pour bois vermoulus (mais pas top pour une restauration!).
Chaque fois que j'en ai trouvé ça a été dans ces conditions-là, et il ne me faut plus que quelques minutes pour repérer une souche de bouleau susceptible d'être infestée par ce champignon. Je compte faire une vidéo cet été lors de ma prochaine excursion en forêt sur la chasse au bois verdi, je te tiendrai au courant.

Des experts forestiers nord-américains ont fait une étude poussée sur ces champignons et n'ont obtenu de pigmentation que dans 50% des cas. Les conditions exactes de son développement restent à déterminer, et je compte bien tenter d'en savoir davantage d'ici à l'an prochain. Le but de mon étude sur les Chlorociboriae est précisément de définir les conditions dans lesquelles elles se développent pour le produire sans devoir compter uniquement sur Dame Nature et le commercialiser, même si le marché est très petit et spécialisé.

La meilleure solution pour ta restauration dans l'immédiat c'est de te promener en forêt et regarder le bois mort par terre (les bouleaux principalement) jusqu'à en trouver du bien teinté... c'est comme ça que j'ai amassé mon petit stock personnel. J'en ai ramené un peu plus de 20 kilos (humide!) en janvier dernier en deux jours.

Après, la couleur exacte dépend du lieu de récolte, en Amérique la coloration est franchement bleue, alors que dans les pyrénées (là où j'ai ramassé mes échantillons) c'est plutôt du bleu-vert ou même carrément vert émeraude. Il y a plusieurs variétés de Chlorociboriae en Europe (deux, aeruginosa et aeruginascens, plus 13 autres en Nouvelle-Zélande) mais à l'heure actuelle aucune étude n'a été faite sur les raisons pour lesquelles le bois est soit franchement bleu soit carrément vert. J'ai ma petite idée sur la question, je pense qu'un autre champignon qui teinte le bois en jaune se développe dans les mêmes conditions que la pézize, et celui-ci ne serait pas présent dans les échantillons totalement bleus que j'ai pu voir provenant d'Amérique ou d'ailleurs. Pour tout te dire, j'ai isolé deux souches différentes dans l'écorce d'un de mes échantillons ramenés en début d'année, l'une étant Chlorociboria et l'autre, à identifier, produit un mycélium carrément jaune. Je l'ai mis en culture afin de l'isoler au mieux pour pouvoir le faire analyser par des professionnels (moi, je fais des études de physique fondamentale).

Pour revenir au meuble que tu dois restaurer, de quelle surface de bois teinté as-tu besoin exactement?
Tu ne risques pas de le trouver commercialisé dans l'immédiat... Même chez "les fils de J. George", professionnels chevronnés des bois de placage depuis plusieurs générations, ils ne connaissaient pas l'origine exacte de la couleur de ce bois verdi (ils ont plusieurs beaux échantillons qu'ils gardent précieusement, je dois retourner les voir un de ces jours pour acheter du filet et aussi pour leur toucher quelques mots à ce sujet).

Tu peux me contacter par messagerie personnelle si tu le souhaites. Si j'ai suffisamment de feuillets dans mon petit stock personnel pour t'aider à faire ta restauration, ça sera avec plaisir, mais le gros de mon stock est chez mes parents à la montagne...

_________________
Thomas


12 Mai 2011, 23:54
Profil
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Novembre 2010, 22:12
Messages: 711
Localisation: Haute-Normandie
Message Re: Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa
Merci pour ce sujet que j'ai lu avec beaucoup d'intérêt.
J'ai photographié en février dernier, en forêt, quelques morceaux de bois observés à terre et avec une belle coloration.
J'ai lu dans un ouvrage de mycologie quelques notions très simples par rapport à ce fait.

Je pense ne pas me tromper si mes deux morceaux de bois correspondent à ton sujet ?

Valérie


Fichiers joints:
photo Valérie 2.jpg
photo Valérie 2.jpg [ 192.75 Kio | Vu 2237 fois ]
Photo Valérie 1.jpg
Photo Valérie 1.jpg [ 211.41 Kio | Vu 2237 fois ]
13 Mai 2011, 21:12
Profil Site Internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mai 2011, 14:52
Messages: 16
Localisation: Paris
Message Re: Chlorociboria aeruginascens/aeruginosa
C'est exactement ça Valérie! Tu les as emportés j'espère? Leur couleur est sublime. Les miens sont plutôt vert émeraude légèrement bleu.


Fichiers joints:
Commentaire: Chlorociboria dans bouleau
IMG_39760.jpg
IMG_39760.jpg [ 147.9 Kio | Vu 2234 fois ]

_________________
Thomas
13 Mai 2011, 21:40
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by Vjacheslav Trushkin for Free Forums/DivisionCore.
Traduction par: phpBB-fr.com